Archive | best practices RSS feed for this section

et si nous pratiquions dès aujourd’hui la discipline qui nous mènera aux succès de demain ?

5 Feb

Practicing Disciplines Today That Will Lead to Success Tomorrow

http://www.johnmaxwell.com/blog/practicing-disciplines-today-that-will-lead-to-success-tomorrow par The John Maxwell Company

man on scale

Tout le monde veut à être mince, mais personne ne veut suivre un régime. Tout le monde veut de l’argent, mais peu de personnes veulent travailler de longues heures ou respecter un budget. Des tas de gens souhaitent avoir un jardin agréable, mais peu arracher les mauvaises herbes.

Le commun dénominateur du succès est la discipline

Prendre l’habitude de faire des choses que l’énorme majorité des gens néglige de faire. Les personnes ne tombent pas accidentellement dans l’excellence. Même celles qui atteignent soudainement la gloire ont souvent bossé dur pendant toute leur vie pour atteindre ce « soudain succès ». Ce que vous faites des belles opportunités dépend de qui vous êtes déjà; et qui nous sommes déjà est le résultat de précédentes années de discipline.

Il est bon de faire l’éloge de la qualité de la discipline, mais la réelle question est où pratiquer cette discipline sur une base quotidienne ? Il est particulièrement critique pour les leaders d’être discipliné dans les domaines suivants :

1) Pensée

réfléchissonsMettez un point d’honneur à vous discipliner à penser à vos valeurs et priorités chaque jour. Les valeurs vous fournissent la direction, guidant votre prise de décision. En attendant, vos priorités vous donnent le focus, dictant où et comment vous dépenser votre temps.

Les faibles penseurs sont les esclaves de leur environnement. A l’inverse, les leaders font une habitude d’examiner leur monde et identifier des façons de mieux faire. Leurs idées et perspicacité les rendent intéressants et recherchés par leurs coéquipiers.

2) Relations

Prenez la décision de cultiver votre relationnel et investissez quotidiennement dans vos relations. Vous apprécierez davantage la vie en la partageant avec d’autres et vous irez plus loin dans la vie en partenariat avec des gens pour lesquels vous avez une authentique importance.

3) Talent

talentQuotidiennement choisissez de renforcer et affûter vos capacités naturelles, pour qu’elles vous ouvrent des avenues uniques d’influence. Les gens ne paient pas attention à ce qui est moyen, mais ils respectent et récompensent les individus qui possèdent des compétences exceptionnelles.

4) Finances

Faites des sacrifices et vivez selon vos moyens actuels afin d’avoir demain des options financières. Eviter les dettes. Bien que l’argent seul ne puisse vous rendre heureux, devoir de l’argent va certainement vous rendre malheureux. De plus, donnez généreusement. Le but de la fortune n’est pas de vous gâter vous-même mais de servir à ceux qui sont dans le besoin.

5) Santé

docteurPrenez la décision de connaître et suivre quotidiennement de saines habitudes de santé. Mangez avec modération et faites de régulièrement l’exercice. Aussi, trouvez un équilibre entre travail et repos. Les leaders ont de l’ambition, de temps en temps un peu trop, et ils peuvent s’épuiser à poursuivre leurs objectifs de carrière. Comme l’a dit John Wanamaker « les gens qui ne peuvent pas trouver le temps de se relaxer sont obligés tôt ou tard de trouver du temps pour se soigner ». Managez le stress efficacement pour que les pressions n’usent pas excessivement votre organisme. Prendre soin de vous-même vous donne la force physique et le bien-être mental pour aborder les demandes du leadership.

En bref…

Si vous vous engagez à pratiquer un ensemble de disciplines quotidiennes, vous atteindrez un point dans votre vie où vous serez absolument étonné par tout ce que vous êtes parvenu à accomplir de positif. A moment-là, il sera clair comme de l’eau de roche que vous n’avez pas accompli tout cela en un jour mais grâce à ce que vous avez fait chaque jour. En exécutant les bonnes choses quotidiennement, année après année, vous en recevrez un jour la récompense et la reconnaissance.

le design : plus c’est simple, plus c’est à la fois bon, beau et efficace !

3 Feb

John McWade du magazine Before&After partage ses conseils dans cette courte vidéo sur la réalisation de la couverture d’un document ou magazine sur lequel vous voudriez présenter une image, un titre et quelques éléments phares du contenu.

Dans nos situations en management de projet, ce pourrait être la charte de projet, le business case, le rapport final…

Simplicité et élégance sont les maîtres mots: le tout en seulement quelques minutes avec les conseils d’un pro.

Le site Before&After propose par ailleurs plusieurs autres documents et vidéos gratuits et fort utiles:

Le “small talk” : Pourquoi c’est indispensable pour réussir avec vos collègues américains

26 Jan

“Pourquoi il me parle ce type ? On se connait pas !”

Un billet en deux parties de Christina Rebuffet dont voici la première.

Imaginez…

Vous venez de vous installer dans votre siège pour un vol Paris – Amsterdam. Un autre passager arrive et vous remarquez son passeport américain. Il engage la conversation:

flying-people-sitting-public-transportation-large– “Excuse me, I’m in the window seat. Looks like it’s gonna be a full flight.”

– “Ah, yes.” Vous sortez pour le laisser prendre place.

– “Sorry, excuse me,” il continue. “Well, at least it’ll be a short flight. You going on vacation or business?”

Et là, vous pensez “Pourquoi il me parle ce type ? On se connait pas !”

Les Américains et le “small talk”…

Si vous avez voyagé aux États-Unis, vous avez sûrement remarqué que les Américains se parlent, beaucoup, partout, de tout. Ils semblent être “copains” avec tout le monde. Si vous avez déjà travaillé avec des Américains, vous avez peut-être eu l’impression qu’ils parlent beaucoup pour ne pas dire grande chose. C’est le “small talk,” et même si le contenu de l’échange peut être plutôt banal, l’exercice est tout sauf banal.

Des sujets personnels, voir très personnels

Même dans un contexte professionnel, aux États-Unis, il n’est pas rare de raconter à vos collègues votre vie, celle de vos enfants, de parler du dernier match et même de contredire votre chef (que vous appelez par son prénom, d’ailleurs…) sur certains sujets légers, sans risquer de froisser ses sensibilités.

Cette habitude peut être déstabilisante pour des Français, qui peuvent voir ces petites conversations de tous les jours d’une manière différente. Avec des inconnus, comme dans un avion ou en attendant le bus, un Français aura plus tendance à voir celui qui vient nous parler sans invitation avec un certain degré de suspicion.

Imaginez…

Vous montez dans le bus, vous prenez place et la personne assise à coté de vous lance “Il fait beau aujourd’hui. Vous allez où ?” L’expérience risque d’être plus dérangeante qu’agréable, surtout si vous êtes une femme et celui qui initie la conversation est un homme.

people-feet-Bus-travelling-largeLa même situation aux États-Unis ne sera pas vécu de la même façon. On imagine la conversation se déroulera plutôt de cette manière:

– Jack: Nice day out today. Where you headed?

– Rachel: Yeah, it is. Just going downtown to do a little shopping.

– Jack: Yeah, my wife’s at the mall right now, looking for a present for our daughter. It’s her birthday in 2 weeks.

– Rachel: Oh, how nice! How old is she gonna be?

– Jack: Four. And she’s already a little monster!

– Rachel: Oh, I can imagine. At that age… Well, my stop’s up next. Good talking to you. And happy birthday to your daughter!

C’est une conversation en apparence sans intérêt. Jack ne voulait pas forcément savoir où Rachel allait. La vie de Jack n’intéresse pas Rachel plus que ça. Pour quelqu’un venant d’une culture où il est préférable pour deux inconnus de garder un certain distance, ces échanges paraissent superficiels, creux, voire gênants.

Mais l’importance n’est pas tant le sujet de conversation, que l’acte de la conversation. Le “small talk” joue un rôle important dans la société américaine, tant dans la vie personnelle que dans la vie professionnelle.

La place du “small talk dans une société individualiste

La société américaine est basée sur l’individualisme. Le respect et le sens d’appartenance proviennent plus de ce que l’on fait que de ce que l’on est. Même si vous gérez une entreprise fondée par votre arrière-arrière grand-père, il va falloir faire vos preuves avant que les salariés vous voient comme leur véritable chef.

Group of BusinesspeopleDe ce fait, le sens d’appartenance est loin d’être acquis. Le sens du groupe est plus faible que le sens de l’individu. Il faut donc s’assurer de son appartenance au groupe, donc de sa légitimité au sein du groupe, régulièrement. C’est par le “small talk” que ça se passe.

Ces petites discussions sont aussi une manière de renforcer cette notion d’égalité entre deux individus, tout comme la pratique courante d’utiliser les prénoms dans beaucoup de contextes où, dans d’autres cultures, un certain degré de formalité sera de mise (exprimé par le vouvoiement, par exemple).

En s’ouvrant à l’autre par une petite discussion, on lui montre qu’on accepte en tant que personne, que l’on ne se croit pas supérieur sans le connaitre. Après tout, même s’il est habillé en jean et en sweater, il se trouve que c’est peut-être le fondateur d’une puissante entreprise.

Pour un Américain, ne pas initier le small talk—même un échange de quelques phrases—serait considéré comme malpoli, froid, distant. Ignorer l’autre totalement revient à une réjection de celui-ci en tant qu’être humain, dans un certain sens.

Indispensable dans un contexte professionnel

Dans un contexte professionnel, on voit l’importance du rôle que joue le small talk. En anglais on dit souvent “It’s not what you know, it’s who you know.” On préférerait travailler avec un collègue un peu moins compétent, mais sympathique et agréable qu’avec un expert dans son domaine qui n’échange guère avec ses collègues.

Lnetwork of peoplea capacité à participer dans ces petites discussions de tous les jours avec ses collaborateurs (peu importe leur place dans la hiérarchie) est essentielle pour construire de bonnes relations. C’est à travers ces conversations légères que l’on crée du relationnel, que l’on gagne la confiance de l’autre, que l’on montre que l’on joue le jeu.

Bien sûr, au final, vous serez apprécié pour des aspects plus concrets de votre travail, mais l’impression que vous donnez en tant que personne joue un rôle déterminant sur les opportunités qui s’ouvrent à vous. Cette impression peut même influencer la façon dont on évalue votre travail.

Christina Rebuffet

Christina Rebuffet

Dans la 2ème partie, nous verrons comment apprendre à s’approprier cette manière d’aborder le “small talk” ainsi que 3 techniques pour améliorer vos petites discussions de tous les jours avec vos collègues américains.

Entrainez-vous dès maintenant à lancer des sujets de discussion ET découvrez le vocabulaire indispensable pour réussir votre “small talk” en anglais. Accédez gratuitement au Small Talk Starter Kit: http://bit.ly/SmallTalkKit

Américaine, Christina coache depuis 12 ans des professionnels français à comprendre à la fois la langue et la culture de leurs collègues américains. Animatrice de la chaine YouTube “Speak Better, Feel Great TV, sa mission est de remonter le niveau d’anglais de la France entière !

accéder au pack gratuit

accéder au pack gratuit

February 3 – Webinar – Changing Behaviors and Changing Habits

20 Jan

How to Apply Breakthrough 21st Century Research

Paul Gibbon's latest book on the topic

Paul Gibbon’s latest book on the topic

It used to be thought that with the right reasons, humans would do as reason dictated.  That proved false. Then it was believed that an emotions mattered. True, but also a completely insufficient answer.

To change behavior, we need to get to grips with the phenomenon of habit (sometimes our ally, but often not!)

  1. What are the flaws with old understandings of how people change?
  2. What is a habit – why are they hard to change?
  3. What does research tell us about forming new habits?  How long? What is the best way to do so?
  4. What does research say about breaking bad habits?
  5. Finally, what does this add up to for the practice of changing behaviors in business?
  6. How can one use research on habits to change culture?

Register for this webinar with Paul Gibbons

le guide de réduction de stress de la personne très occupée

20 Jan

The Busy Person’s Guide to Reducing Stress

http://zenhabits.net/stressguide/ par Leo Babauta

stressLe stress est l’une des plus grandes causes de problèmes de santé de beaucoup de personnes : il peut causer des problèmes cardiaques, la dépression, des attaques d’anxiété, des problèmes de sommeil, des maladies auto-immunes, des problèmes de poids et bien davantage.

Mais nous sommes très occupés – comment faire retomber les niveaux de stress tout en complétant notre job, en nous occupant de nous-même et de nos familles ?

La personne occupée pourrait ne pas avoir de temps pour des retraites de méditation d’une semaine entière, ni de brèves vacances, ni des consultations hebdomadaires. Alors, qu’est-ce qui peut être fait ?

Je vais être bref: il y a 5 petites choses que vous pouvez faire.

Quelques changements de mentalité, une paire d’actions qui demandent seulement 2 minutes chacune. Ceux-ci ne résoudront pas les problèmes de stress les plus sévères, mais ils aideront la plupart d’entre nous.

  1. Soyez complètement dans une tâche.

étudier, lire attentivementAu lieu d’être dans le mode stressant de commutation de tâches, prenez votre tâche suivante, laissez s’en aller tout le reste et soyez seulement dans le moment présent avec cette tâche. Laissez-vous être immergé dans cette tâche, lâcher le sentiment que vous devez vous en débarrasser rapidement en toute urgence, pour passer à la tâche suivante. Il y aura toujours une tâche suivante – la nature de listes de tâche est qu’elles sont sans fin. Aussi, laissez ces autres tâches venir plus tard. Soyez juste dans cette tâche, comme si cela est votre univers entier.

  1. Visualisez vos idéaux et relâchez le contrôle.

command and controlLa peur vous rend stressé, pas des facteurs externes comme votre travail ou des problèmes familiaux. Ces choses externes sont juste une partie de la vie, mais elles deviennent stressantes quand vous craignez l’échec, quand vous craignez que les gens ne vous aiment pas, quand vous craignez de ne pas être assez bon, quand vous craignez l’abandon, etc. Cette crainte est basée sur un certain idéal (et vous craignez la non atteinte de cet idéal) : vous avez une image mentale que vous allez réussir, être parfait, être aimé, être à l’aise tout le temps. Ces idéaux sont une façon d’être dans le contrôle d’un monde que vous ne contrôlez pas en réalité, mais ils vous font mal en causant de la peur et du stress. Au lieu de cela, lâcher de contrôle. Soyez OK avec le chaos et l’incertitude et croyez que les choses trouveront leur place. Vous aurez moins peur et serez moins stressé.

  1. Acceptez les gens et souriez.

sourireNous nous énervons après d’autres personnes parce qu’elles ne respectent pas nos idéaux ou comment elles devraient agir. Au lieu de cela, essayez de les accepter pour qui elles sont et reconnaissez que, comme Vous, elles sont imparfaites et recherchent le bonheur et luttent pour le trouver. Elles font de leur mieux. Acceptez-les, souriez et appréciez votre temps avec cette personne.

  1. Allez faire un tour.

Quand les choses deviennent stressantes, prenez 2 ou 3 minutes pour faire une promenade et vider votre esprit. Une courte promenade fait des miracles.

  1. Exercez de brèves pratiques d’attention.
"Image courtesy of stockimages / FreeDigitalPhotos.net".

« Image courtesy of stockimages / FreeDigitalPhotos.net ».

Vous n’avez pas à méditer 30 minutes pour obtenir les bénéfices du fait d’être attentif. Vous pouvez faire un balayage rapide de votre corps (voir comment votre corps se sent à cet instant) en 10 secondes. Vous pouvez prêter attention à votre souffle pendant 30 secondes. Vous pouvez observer vos pensées, craintes, idéaux pendant une minute. Vous pouvez marcher, en prêtant attention à votre corps, vos pieds, votre souffle, votre environnement, comme vous marchez. Vous pouvez faire chacune de ces sortes de pratiques d’être attentif par petits bouts pendant votre journée.

Et pour aller plus loin: Si vous avez encore un peu de temps après avoir fait ces choses, j’ai quelques autres recommandations qui aideront. Éliminez les tâches inutiles de votre « Todo List », réduisez vos engagements en disant non aux gens, commencez une pratique de méditation régulière de 5 minutes, manger plus sainement, faites régulièrement de l’exercice, passer du temps de qualité avec des personnes aimées, prenez plus de sommeil, buvez du thé.

Je devrais indiquer que beaucoup de personnes font face au stress de façons malsaines – alcool, tabac, drogues, malbouffe, violence, regarder la télévision, procrastiner. Ironiquement ceux-ci causent encore plus de stress. Au lieu de cela, apprenez à le gérer sans ces béquilles.

Psychologist Kelly McGonigal urges us to see stress as a positive, and introduces us to an unsung mechanism for stress reduction: reaching out to others.

Stress. It makes your heart pound, your breathing quicken and your forehead sweat. But while stress has been made into a public health enemy, new research suggests that stress may only be bad for you if you believe that to be the case.

Les chefs de projet peuvent faire prendre le changement

14 Jan

Project Managers Can Make Change Stick

http://www.pmhut.com/project-managers-can-make-change-stick Par Kiron D. Bondale

Kiron D. Bondale

Kiron D. Bondale

Le Management du Changement Organisationnel (OCM), bien que n’étant pas une nouvelle discipline, reçoit plus d’attention que quand le focus était placé sur le « Just Do It ». Que ceci soit le résultat de changements malheureux rendus publics car ils ne sont pas implémentés aussi bien que prévus, que cela provienne d’un lavage de cerveau des cabinets de conseil, ou d’une évolution de pensée de la part des équipes de direction, c’est une étape positive.

Qu’est-ce que cela signifie pour un chef de projet ?

Dans la plupart des organisations, le rôle du chef de projet débute une fois que l’on a fourni un peu de justification financière pour initier un changement et se termine une fois que les livrables requis pour déployer le changement ont été complétés et passés à l’équipe opérationnelle. Vu de bout de la lorgnette, un chef de projet pourrait estimer qu’OCM a lieu avant et après leur implication.

Bien que ceci soit partiellement vrai, cela ne signifie pas qu’un chef de projet ne peut pas prendre un rôle de leadership dans la préparation de l’organisation pour le succès du changement.

Voici quelques-unes des façons d’y parvenir :

Rappeler à l’équipe de leadership du changement l’importance d’un état final compréhensible.
la vision projet SMP2

Les champions du changement pourraient avoir une vision limpide de ce qu’ils essayent d’accomplir, mais si la même vision n’est pas systématiquement partagée par ceux tenus de l’adopter et la supporter, il deviendra très difficile d’obtenir l’engagement et l’alignement sur les mêmes objectifs. Avec l’analyse régulière des parties prenantes, un chef de projet peut identifier des écarts de compréhension et de persuasion et peut aider à concentrer les efforts de communication de l’équipe de leadership du changement.

S’assurer que l’on ne donne pas une priorité inférieure à l’adoption et au support des livrables.
Organization Chart

Si le projet prend du retard sur le calendrier ou dépasse le budget, il pourrait être tentant de réduire le contenu des tâches OCM. Dans de tels cas, le chef de projet devrait engager les parties prenantes appropriées pour identifier et quantifier les risques de tels raccourcis et éviter le syndrome « l’opération a été un succès mais le patient est mort ».

Aider le leader du changement à développer un plan détaillé pour livrer l’ensemble des tâches OCM.
PM Plan

Même si un plan de changement de haut niveau devrait exister en avance de phase par rapport au démarrage du projet, il ne sera pas au bon niveau de détail pour identifier tous les risques liés aux communications clés ou au timing de livraison des procédures.

Garantir un niveau approprié de participation de ceux affectés par le changement dans les activités clés.

Group of BusinesspeopleDans la collecte des besoins, le prototypage d’interface utilisateur, le développement de procédures détaillées, ou la communication des messages, la participation active de ceux dont on attend qu’ils adoptent le changement est une bonne pratique reconnue. Cependant, elle peut ne pas recevoir l’attention nécessaire en raison de la concurrence de diverses priorités opérationnelles ou projet. Le chef de projet peut aider à renforcer l’importance de cette participation et devrait remonter tout problème en suivant la gouvernance définie si les utilisateurs finaux ne sont pas impliqués aux niveaux attendus.

Au-delà de la triple contrainte

la triple contrainte

On attend des chefs de projet qu’ils aillent au-delà de répondre à la triple contrainte en aidant le business à réaliser les bénéfices attendus des investissements placés dans les projets. La participation active et le support de pratiques de changement organisationnel durables sont des moyens pour eux de respecter ces attentes.

26 Janvier – Sophia Antipolis – La négociation « gagnant-gagnant » théorie ou réalité ?

11 Jan

‘Win-Win’ Negotiation a theoretical concept or an achievable reality?

Mardi, 26 Janvier, de 18h00 à 21h00, à Amadeus, salle Mistral, Sophia-Antipolis

Conférence en Anglais

Je m’inscris

Le concept de négociation « gagnant-gagnant » existe-t-il réellement ?

L’humain peut-il dépasser son penchant naturel pour le « gagnant-perdant » ?

wonner and loserLa réponse est oui. Toutefois, de nombreuses pratiques doivent être mise en œuvre de afin de parvenir à obtenir une réelle chance de négociation « gagnant-gagnant ». La vérité est que trop souvent, on ne reçoit pas ce que l’on mérite, mais ce que l’on est capable de négocier. La compétence de négociation en gestion de projet est d’une importance capitale et demande seulement à être maitrisée afin de parvenir efficacement à ses fins.

Cette session vous donnera un aperçu des pratiques vous permettant de développer la confiance en soi nécessaire afin d’affronter n’importe quel type de négociation, d’individu à individu ou face à une équipe. Elle vous permettra de comprendre comment, en utilisant une structure contrôlée de persuasion, vous serez à même de conduire avec succès des entretiens de négociation aboutissants à des résultats « gagnant-gagnant » profitables à court et long termes.

win win

Does true Win-Win really exist in any negotiation relationship?

négocier et renégocierCan the quite natural, human default position of Win-Lose be realistically overcome?

The answer is yes it can. However, there are many ‘Must Do’ activities that have to be employed to give you a real chance of negotiating a Win-Win outcome. The truth is that all too often you don’t get what you deserve; you get what you are capable of negotiating. The skill of negotiation in project management is a crucially important requirement that simply needs to be mastered in order to achieve efficient and effective outcomes.

This session will give you an insight into the critical ‘must do’ activities to help you develop the confidence to tackle any negotiation situation, one on one to team negotiations. It will enable you to understand how, by using structured controlled persuasion you will be able to conduct successful negotiation meetings to achieve a measurable win-win result that pays dividends in short term results and long term relationships. 

Comment écrire un rapport de projet qui soit lisible

11 Jan

How to Write a Project Report That’s Actually Readable

http://www.easyprojects.net/blog/2013/10/16/write-project-report-thats-actually-readable/ par Patrick

reportLes rapports de projet sont aussi nécessaires aux efforts d’une équipe que l’eau à la vie et souvent tout aussi ennuyeux. Le problème est que certains chefs de projet excellent dans l’organisation de grands groupes de personnes ou la coordination de plannings, mais ne sont pas si bons pour écrire d’un document réellement efficace).

« Attendez ! » me direz-vous. « Il suffit de poser des mots sur une page. En quoi cela peut-il être si difficile ? »

La réponse est « très difficile. »

Après tout, pourquoi pensez-vous que les sociétés embauchent des spécialistes en rédaction de documents techniques ? Heureusement, les chefs de projet n’ont pas besoin d’aller jusque-là pour écrire un rapport de projet lisible.

Au lieu de cela, vous devez juste vous rappeler quelques petites choses :

Écrivez à et pour votre public

Écrivez-vous pour votre management, ou pour le client ? Des groupes différents chercheront des informations différentes. Le management exécutif, par exemple, pourrait rechercher les niveaux de productivité et des données de dotation en personnel. Les clients voudront suivre les heures facturables et le statut du projet.

N’oubliez pas la terminologie non plus, ni le management, ni le client ne peuvent savoir ce dont vous parlez quand vous utilisez un jargon interne à l’équipe.

rapport professionnelFaites bref

Vous écrivez un rapport de projet, pas une thèse d’université. Si le but de votre rapport est de donner une mise à jour sur le projet, vous devriez limiter votre rapport à quelques pages au maximum. Il n’y a aucun besoin d’inclure des informations supplémentaires comme « un contexte de projet » ou ce qui avait déjà été réalisé si vous êtes déjà au milieu du projet, puisque tout le monde devrait déjà savoir ce que vous faites et pourquoi.

Campana & Schott est partenaire de DantotsuPM

Campana & Schott est partenaire de DantotsuPM

Soyez pertinent

OK, une tâche a quelques jours de retard. Mais le client a-t-il vraiment besoin de savoir qu’un membre de l’équipe avait un cas d’urgence familiale ? Tout ce qui compte pour le client est où le projet en est actuellement et ce que vous faites pour rattraper le retard. Tout le reste n’est pas leur business. Par contre, le management pourrait vouloir savoir pourquoi Jerry ne s’est pas présenté au travail depuis quelques jours.

Illustrez votre point

Si vous donnez des statistiques et des pourcentages, peut-être que la meilleure façon de faire passer vos informations est d’utiliser un graphique ou un schéma. Ceci est particulièrement vrai si vous comparez des informations similaires, comme des heures travaillées par collaborateur/tâche. Cette méthode de visualisation rapide est très commode pour le lecteur, et, en plus, elle vous demande moins d’écrit.

proofreadingRelisez-vous

Les romanciers, même professionnels, qui écrivent plus de 300,000 mots par an, doivent relire et vérifier leur travail. Les rapports de projet ne sont pas aussi longs bien sûr, mais cela signifie seulement que vous avez moins d’excuses pour ne pas les relire et les vérifier avant de les envoyer. Les coquilles, noms mal orthographiés, et chiffres erronés sont un gros problème quand un projet important est en jeu.

La meilleure partie à propos de l’écriture d’un rapport lisible et bien formaté est que vous pourrez probablement l’utiliser comme une base de travail pour les rapports futurs. Cela devient un modèle sur lequel vous pouvez juste mettre à jour les informations les plus récentes.

Oui, cela semble intimidant de prime abord, mais vous gagnerez tellement de temps à l’avenir.

MPM est Partenaire de DantotsuPM

MPM est Partenaire de DantotsuPM

Héros au travail : Un bien ou un mal ?

7 Jan

Heroes in the Workplace: Good or Bad?

http://www.ginaabudi.com/heroes-in-the-workplace-good-or-bad par Antonio Ferraro

Héros junior...Une définition commune du héros est une personne que l’on admire typiquement pour son courage et ses nobles qualités, on admire beaucoup de « héros » au travail pour des raisons similaires. Les héros dans les organisations sont souvent ceux vers lesquels « vont » les gens en temps de crise ou d’intense nécessité. Ces collaborateurs héroïques se prévalent de connaitre et comprendre des processus spécifiques dans le business et gardent leur précieuse connaissance sous clé. Bien que ces personnes héroïques soient souvent excellentes pour s’élever et faciliter la résolution quand un problème surgit, elles sont souvent rapides à repartir quand les solutions sont élaborées pour que ces problèmes spécifiques ne se reproduisent plus. Pourquoi? Probablement parce que le héros a peur de perdre son statut de  » héros » qu’il a travaillé si durement à établir. Ceci peut générer des ennuis dans beaucoup de situations business, particulièrement dans les entreprises qui pratiquent le LEAN qui est centré sur l’élimination de problèmes et leur prévention avant qu’ils ne puissent faire surface et causer des problèmes.

Prenons un peu de recul. Un héros devrait-il vraiment être quelqu’un qui entre pour fixer un problème uniquement pour en récolter la récompense en matière de reconnaissance et l’admiration puis partir ensuite et ne revenir que quand un autre problème majeur surgit ? Ou un héros est-il quelqu’un qui est enclin à partager les informations apprises sur des processus business et à être entièrement impliqué dans la recherche de façons d’arrêter ces problèmes d’arriver avant même qu’ils ne deviennent une possibilité ? La deuxième option semble soutenir plus d’héroïsme dans bien des situations.

Comment transformer un héros de crise en héros préventif

Ceci peut être une tâche délicate. Dans de nombreux cas, les héros du business ont si peur de ne plus être nécessaires et reconnus qu’ils refusent de partager leur connaissance dans des domaines spécifiques.

Pour changer cette mentalité, la patience et la persévérance sont nécessaires.

5 StarsLes héros sont souvent des collaborateurs de valeur dans la société et ont tendance à prendre leur travail au sérieux. Ils sont dévoués à leurs employeurs et devraient tout d’abord être reconnus pour cela. Cependant, une fois que cela a été établi, les héros doivent être impliqués dans le brainstorming et la planification de sessions à propos de leur expertise.

Ceci donne la sensation au héros d’être précieux et dans une position estimée avec une connaissance pertinente à partager, ce qui aide aussi à remonter leur moral.

Souvenez-vous, la clé est de faire en sorte que le héros se sente toujours héroïque, mais d’une façon différente, sur un niveau plus préventif.

Une fois que de certains processus ont été revus en utilisant les informations préventives fournies par le héros, il ou elle devrait être aussi reconnu pour son dévouement sur le projet préventif.

Relisez ce billet sur le LEAN

Relisez ce billet sur le LEAN

Restez LEAN avec l’aide de héros préventifs

Les héros peuvent exister et on en trouve vraiment dans beaucoup de sociétés, cependant, pour garder des pratiques vraiment LEAN, le héros doit être une partie du mouvement préventif.

Quand on parle de LEAN, on regarde tout de la planification aux processus aux produits et, quand des collaborateurs déterminés sont impliqués dans cette pratique, ils peuvent eux-aussi devenir des héros préventifs.

 

éliminez le transparent « Merci » à la fin de votre présentation, ou plutôt remplacez-le par quelque chose d’utile !

5 Jan

Voici un conseil qui m’a interpelé sur LinkedIn.

Delete the « Thank you! » slide – how to end your presentation by Brian McCarthy

Des suggestions gratuites et qui peuvent vous permettre de vous distinguer !

Des suggestions gratuites et qui peuvent vous permettre de vous distinguer !

Quelle belle idée que ces suggestions:

  1. presentationRépéter le message fourni en ouverture de votre présentation
  2. Montrer comment chacun des points traités dans la présentation soutient votre propos
  3. Finir sur une note enthousiaste, énergique et d’ouverture
  4. Ne clôturer la présentation qu’après la séance de questions réponses

Qu’ajouteriez-vous à cette liste d’alternatives plus productive que le traditionnel transparent « Merci » ?

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 414 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :