Tag Archives: management

5 principes de leadership pour réussir son projet (R)

15 juin

Thomas Juli, que j’ai eu le plaisir de rencontrer à plusieurs évènements du PMI a publié il y a déjà quelques années un ouvrage sur le leadership dans le management de projet qui reste d’actualité. L’article ci-dessous expose quelques-uns des principes qui font d’un chef de projet un meilleur leader.

Five Leadership Principles for Project Success

http://www.pmhut.com/five-leadership-principles-for-project-success

Par Thomas Juli

Nous avons tous un besoin vital de projets réussis.

Mais que signifie exactement un projet réussi ?

  • Le succès du projet est-il la livraison réussie, dans les temps et dans le budget ?
  • Ou est-ce que c’est le chemin emprunté pour réussir ?
  • Les résultats importent-ils toujours le plus ?
  • Qu’est-ce d’autre que le projet réussi ?
  • Et qu’est-ce que cela demande d’atteindre le succès sur le projet ?
  • Le succès tombe-t-il du ciel ?
  • Est-il limité à quelques chanceux qui se trouvent au bon endroit juste au bon moment ?
  • Est-ce une coïncidence ? Ou pouvons-nous en réalité planifier le succès ?

Il n’y a aucun doute que le bon management de projet est un facteur critique de succès. C’est-à-dire un projet ne peut pas être exécuté sans management de projet, que ce soit formel ou informel. Vous devez avoir quelque chose qui assure la cohésion. Sous-jacente est la supposition que nous avons besoin d’une certaine forme d’ordre pour organiser et exécuter un projet. Quelqu’un doit faire ce quelque chose. En ce sens, le management de projet aide à poser un cadre, fournissant la structure et direction au chaos potentiel. Sans cette structure, un projet ne mène ne nulle part; il échouera très probablement, s’il parvient jamais à décoller.

Partenaire de DantotsuPM

Partenaire de DantotsuPM

Si vous voulez produire des résultats de ce chaos apparent, vous devez mettre en place la structure qui permet la créativité, l’innovation et les résultats. Le management de projet fournit d’excellents outils pour bâtir cette structure. Ils sont importants et nécessaires au succès de projet. Mais sont-ils suffisants ? Je ne le pense pas. En fait, je revendique qu’à moins que vous ne les ajustiez dans la bonne direction, ils restent inefficaces. Si vous voulez vraiment sécuriser le succès de votre projet, vous devez comprendre ce qu’il faut faire pour donner la bonne direction. Le management de projet seul n’y parviendra pas. Cela demande du leadership – votre leadership.

Sans leadership de projet, il n’y a aucune direction dans le management de projet. Le leadership est le facteur décisif pour améliorer les chances de réussite des projets. Par conséquent, le management de projet efficace doit se baser sur de solides fondations en leadership de projet. Sans leadership, il y a de grandes chances que ce projet ne soit “qu’un autre projet.”

Basé sur ma propre expérience dans le management de projet et l’examen de littérature sur le leadership, le management de projet, le business, les systèmes et la théorie de la complexité, j’ai identifié cinq simples mais puissants principes de leadership qui, si appliqués systématiquement, peuvent vous à mener votre projet au succès.

Partenaire de DantotsuPM

Partenaire de DantotsuPM

Les cinq principes de leadership pour le succès du projet sont :

  1. Construire la vision
  2. Nourrir la collaboration
  3. Promouvoir la performance
  4. Cultiver l’apprentissage
  5. S’assurer des résultats

Considérons chaque principe à tour de rôle.

Principe 1 : Construire la vision

Partager une vision et des buts communs et avoir la même compréhension du suivi du progrès vers cette vision est sont des facteurs clefs dans le succès d’un projet et d’une équipe.

Une vision de projet donne l’image complète de votre projet. Les objectifs de projet qualifient cette vision, la rendent spécifique. Tant la vision que les objectifs de projet sont cruciaux pour le succès de projet. Ensemble ils définissent la direction et donnent le ton de votre « voyage projet ». Ils se complémentent l’un l’autre. La vision inspire votre voyage. Elle définit le but de votre projet.

La clé à la construction de la vision est que les gens doivent pouvoir toucher du doigt la vision dans leurs activités quotidiennes. Donnez-leur la chance de s’identifier avec la vision. Impliquez-les dans la construction de cette vision et de participer à en faire une réalité. Cela aide à construire le relationnel et la nécessaire adhésion de ces personnes à réaliser le projet. Faites-en des fans de la vision. Laissez-la constituer leur motivation et leur passion. Laissez-les en délirer.

L’histoire d’un visiteur qui était curieux d’un chantier en construction illustre la puissance d’une vision commune du projet. Ce visiteur s’est approché d’un groupe d’ouvriers pour en découvrir davantage sur la construction. Le premier ouvrier a répondu qu’il posait des briques. Le deuxième ouvrier lui a dit qu’il construisait un mur. Alors il a posé la question à un troisième ouvrier. Celui-ci a expliqué que lui et les autres personnes dans son équipe construisaient une cathédrale. La chose intéressante était que chaque ouvrier faisait en réalité la même activité. Pourtant les motivations et attitudes différaient beaucoup. Le troisième ouvrier savait qu’il consacrait son temps et ses efforts à quelque chose de grand. Son projet pouvait consister à construire un mur. Mais c’était la vision du projet de construire une cathédrale qui l’avait séduit.

Une vision de projet sans objectifs peut vous donner une idée de la direction, mais vous ne pourriez jamais approcher de la destination sans produire des résultats tangibles à un certain moment. D’autre part, des objectifs de projet sans une vision peuvent décrire le résultat final désiré et les délais, mais ils ne peuvent pas inspirer l’enthousiasme nécessaire dans votre équipe pour mener le projet au succès. Ils ne fournissent pas de signification au travail.

En tant que leader de projet vous devez vous assurer qu’aussi bien la vision que les objectifs de projet sont en place. Les leaders de projet ne commencent pas de projet sans une vision de projet et des objectifs. Si vous voulez être ou devenir un leader de projet, vous construire la vision et les objectifs de projet ou vous assurer qu’ils sont en place, limpides, qu’ils sont compris par chaque personne activement impliquée dans le projet. C’est là la signification du premier principe de leadership. Commencez avec une vision unifiée et sachez où vous en étiez avant et où vous en êtes pendant votre projet. Connaissez votre environnement, connaissez votre potentiel et identifiez vos limites et surmontez-les. Construisez et impliquez votre équipe et nourrissez une collaboration effective à tous les niveaux. Cela nous amène au deuxième principe de leadership : nourrir la collaboration.

Principe 2 : Nourrir la collaboration

certifications PMIUne équipe performante amène des effets de synergie; l’impossible devient possible. C’est pourquoi la collaboration active d’équipe est cruciale.

Le succès de projet n’est pas la somme d’accomplissements individuels.

L’équipe de projet livre le projet. Comme tel, l’équipe est le corps et l’âme du projet. En corollaire, le succès de projet est, ou devrait toujours être, le succès de l’équipe. Les leaders efficaces de projet comprennent la valeur et l’énorme potentiel de la collaboration. C’est pourquoi ils favorisent activement la collaboration. Ils servent de modèles à émuler et font partie de l’équipe. Ils participent et contribuent ainsi activement à la collaboration.

La collaboration est nécessaire pour que l’équipe atteigne la vision et les objectifs du projet. De la même manière, la vision de projet doit inclure le concept de collaboration; il doit faire partie de la vision tout autant que les objectifs de projet. La collaboration est le moyen de réaliser les objectifs et d’approcher de la réalisation de la vision. C’est un élément central de chaque projet. C’est pourquoi la vision et la collaboration vont main dans la main. Vous ne pouvez pas vous atteindre des résultats de projet sans collaboration. D’autre part, la collaboration sans cause commune ne mène nulle part.

La collaboration est l’oxygène du travail d’équipe.

teamworkElle est ce qui rend le travail d’équipe possible en premier lieu. Elle englobe la communication, l’exécution individuelle et en commun, la livraison de résultats tant au équipe qu’individuel.

Si vous voulez augmenter la collaboration vous devez commencer par vous-même. Soyez un modèle à copier pour les autres : Partagez les informations ouvertement. Donnez et acceptez tout retour d’information ouvert et constructif. Soyez un bon joueur d’équipe et travaillez avec votre équipe.

Comprenez que le projet c’est l’équipe.

Le leadership de projet devient le leadership d’équipe. Cela implique que si vous voulez être un leader efficace de projet vous devez aussi être un bon joueur d’équipe.

Accroître la collaboration peut être difficile de temps en temps. Cela demande beaucoup d’efforts et peut être consommateur de temps. Les récompenses, cependant, sont à la mesure de chaque minute investie. Avoir mutuellement compris et supporté les règles d’engagement, caractérisées par la communication ouverte et la collaboration efficace, rend la vie de projet beaucoup plus facile. Une fois que vous avez créé une atmosphère de confiance, d’esprit d’équipe et de plaisir, les effets de la synergie d’équipe apparaissent. Des choses magiques peuvent se produire, la productivité augmente et la qualité des livrables de l’équipe s’élève. La collaboration prépare le terrain pour la performance au niveau individuel et au niveau de l’équipe. En tant que leader de projet vous voulez cultiver ce terroir de performance. Cela nous amène au troisième principe de leadership : promouvoir la performance.

winner attitudePrincipe 3 : Promouvoir la performance

Planifier est bon et important. Au bout du compte, vous et votre équipe devez produire. Comme vous êtes le leader, c’est votre responsabilité de créer un environnement qui promeut la performance, tant au niveau de l’équipe qu’au niveau individuel.

Construire la vision et accroître la collaboration sont des pré-requis au succès de projet. Hélas, ils sont inutiles si vous ne pouvez pas déplacer votre équipe vers la performance. C’est pourquoi vous voulez créer un environnement qui promeut la performance. Les règles suivantes aident à le réaliser.

La règle 1 : Soyez un modèle à émuler.

Peu importe sur quel projet vous travaillez, soyez conscients que vous êtes un modèle à émuler pour votre propre équipe et autres. Agissez comme tel. Alignez vos actes et vos propos  et soyez honnête avec vos propres principes. Démontrez un authentique leadership.

La règle  2 : Créez le bon environnement.
équipe en face à face

Si vous voulez promouvoir la performance dans votre équipe, prenez le temps de découvrir ce qui motive chaque membre individuel de l’équipe et l’équipe dans son ensemble. Découvrez ce que les membres individuels de l’équipe et l’équipe au complet doivent réaliser. Apprenez comment vous pouvez aider l’équipe à être performante.

La règle  3 : Donnez du pouvoir à votre équipe.

Vous devez permettre à votre équipe de faire son travail et d’être performante. Donnez le pouvoir à votre équipe et toutes les informations dont elle a besoin pour faire son travail et être performante. Donnez à votre équipe l’occasion d’exceller et d’avoir un apport actif dans le succès du projet.

Image courtesy of Stuart Miles / FreeDigitalPhotos.net

Image courtesy of Stuart Miles / FreeDigitalPhotos.net

La règle 4 : Développez une attitude orientée solution-et-résultats envers des problèmes et des risques.

Les équipes performantes se concentrent sur les solutions et les résultats plutôt que les problèmes. On ne voit pas le problème ou le risque comme un arrêt potentiel du projet, mais comme une chance d’apprendre et de prouver ses compétences au niveau du groupe et de l’individu.

La règle 5 : Invitez une compétition productive.

La compétition productive peut en réalité aider à promouvoir la performance – à condition que la compétition vise à améliorer la performance de l’équipe et soit liée à la collaboration et au partage social.

La règle 6 : Laissez-les y parvenir.

Quand vous et votre équipe avez conjointement construit une vision commune et avez développé des règles de collaboration, il ne devrait y avoir aucun besoin de micro-manager des membres de l’équipe. Ayez foi en votre équipe et laissez-la faire son travail.

La règle 7 : Célébrez la  performance.
ajouter de la vie et de la couleur

“Cherchez les comportements qui reflètent l’objectif et les valeurs, le développement de compétence et de travail d’équipe et récompensez, récompensez, récompensez ces comportements” Blanchard, K. H. (2001). High Five! The Magic of Working Together. New York : HarperCollins p. 190. Assurez-vous que cette célébration coïncide avec la livraison réussie du projet.

La performance durable peut être atteinte. Cela demande pratique, formation, endurance et une orientation résultats envers les défis du projet pour la développer et la supporter. Pourtant, la performance et le succès de projet ne tombent pas du ciel. Vous devez vous préparer et travailler sur eux, en apprenant des erreurs et des échecs. Il ne peut pas y avoir de performance sans formation ou apprentissage. Cela nous mène au quatrième principe de leadership): cultiver l’apprentissage.

Principe 4 : Cultiver l’apprentissage

enfant apprenant à marcherEn tant qu’humains nous faisons tous des erreurs. Les leaders efficaces encouragent leurs équipes à explorer de nouvelles avenues et à faire des erreurs et apprendre d’elles. Un leader efficace intègre un temps suffisant pour que l’équipe apprenne, crée et innove.

En tant que le leader de projet, vous servez de partenaire et d’entraîneur pour étudier et partager l’information. Vous facilitez l’apprentissage. Vous n’êtes pas la source unique d’informations. Au lieu de cela, vous créez un environnement apprenant pour votre équipe. Exposez l’attente que vous avez de chacun dans votre équipe qu’il vous rejoigne et vous supporte dans la culture de l’apprentissage pour le but du projet.

Apprendre n’est pas une activité ponctuelle, disons, sous forme de formation professionnelle préalable ou au tout début de votre projet. C’est en continu et devrait être à l’ordre du jour quotidien de votre équipe. Établissez des sessions régulières avec votre équipe où vous passez en revue la performance passée, partagez des informations sur des accomplissements prévus, adressez et résolvez les obstacles ensemble. Invitez des revues externes. Des vues extérieures offrent des perspectives différentes; perspectives fraîches et non biaisées. Si elles aspirent à aider l’équipe à identifier des risques et des questions inconnus et les surmonter, ces revues externes de projet peuvent être une super occasion d’apprendre.

Quand vous ou votre équipe faites des erreurs, apprenez d’elles. Corrigez vos défauts, améliorez votre performance et continuez à avancer vers l’accomplissement de la vision du projet. Cultivez l’apprentissage depuis le début de votre projet. Cela augmente significativement la vitesse à laquelle votre équipe peut exécuter et supporter la performance tout le temps et sécuriser ainsi la livraison.

Innovation Road Sign with dramatic clouds and sky.Créez un espace pour que vos membres d’équipe soient créatifs, essayez quelque chose de nouveau, partagez leurs idées et apprenez les uns des autres. Prévoyez un temps suffisant pour que votre équipe pense en dehors des limites, au-delà des chemins connus et trouve de nouvelles avenues pour atteindre les objectifs des projets. Autorisez votre équipe à être performante, faire des erreurs, apprendre et innover. Cela permet de réduire l’incertitude quand l’information circule plus librement. Les membres de l’équipe n’ont pas peur de faire des erreurs. Ils voient les erreurs comme des opportunités d’apprendre et ils s’entraident pour résoudre les problèmes. En corollaire, si vous voulez que la performance apporte les résultats désirables vous devez cultiver l’apprentissage. Il ne peut pas y avoir de performance durable sans apprentissage et il ne peut pas y avoir de résultat sans performance.

Principe 5 : S’assurer des résultats

Délivrer des résultats est un besoin ET un résultat du leadership efficace de projet.
résultats

La livraison du projet est un effort d’équipe, pas un effort individuel. Le leader efficace de projet construit et guide l’équipe pour livrer des résultats en incorporant les quatre premiers principes de leadership.

S’assurer des résultats ne concerne pas seulement les résultats finaux. Pas plus que le succès du projet et le leadership de projet. Le cinquième principe nous dit que dans toutes nos activités nous gardons à l’esprit la vision de projet et produisons les résultats qui profitent à l’objectif du projet. Le succès n’est pas défini par un seul produit  ou service délivré à l’achèvement du projet. C’est l’accumulation des nombreux résultats apportés par chaque principe de leadership. La vision, la collaboration, la performance et l’apprentissage sont tout aussi importants. Ils culminent dans les résultats. Quand vous parlez du succès de projet, le chemin pour parvenir à ces résultats importe aussi. En corollaire, un leader de projet efficace regarde toujours au-delà de la livraison de résultats.

Le cinquième principe de s’assurer des résultats nous rappelle que nous devons nous assurer que les résultats des quatre autres principes sont alignés sur la vision et les objectifs du projet.

objectif butIls doivent servir le but de projet. S’assurer des résultats n’est pas une activité qui se concentre seulement sur les livrables finaux du projet. Il en appelle à toutes nos activités de projet qui seront orientés vers les résultats, gardant les livrables finaux à l’esprit. C’est un appel à un leadership orienté solution et résultats.

L’assurance de résultats offre d’excellentes occasions d’apprentissage, qui aident à leur tour à accroître la collaboration, améliorer la performance, provoquer l’innovation et nous approcher ainsi de la compréhension de la vision du projet. Des résultats intermédiaires de projet servent de reflet du leadership de projet et de combien les cinq principes de leadership sont correctement pratiqués. Ils révèlent la vraie qualité de collaboration d’équipe, la performance d’équipe et l’apprentissage d’équipe. C’est une forme d’assurance qualité de leadership efficace pour le succès de projet.

Leadership dynamique de projet

configure-disc-jockey-disco

Le bon dosage des 5 principes est peut-être le plus important

Aucun principe isolé n’est le plus important. C’est la combinaison des cinq principes de leadership qui aide à sécuriser le succès du projet. La construction de la vision est le principe par lequel commencer, mais vous ne pouvez pas réaliser de résultat si vous n’embrassez pas tous les cinq principes ensemble comme un système. Le leadership n’est pas simplement la somme de l’application des cinq principes. C’est aussi comprendre et vivre la dynamique de chaque principe aussi bien que l’ensemble des cinq principes.

Si vous voulez gagner une compréhension plus profonde d’un principe de leadership spécifique, vous devez prendre en compte les quatre autres principes et comment ils touchent celui que vous regardez.

L’application des cinq principes de leadership dans la vie quotidienne du projet exige que le leader de projet pratique les cinq principes constamment et de manière consistante. C’est un exercice continu. Selon où vous en êtes dans un projet, il peut y avoir un accent plus fort sur un ou deux principes. Mais vous ne pouvez pas en isoler un des autres. Le leadership holistique comprend tous les cinq principes.

Les cinq principes de leadership servent de direction vers un leadership efficace et contribuent au succès du projet. Les suivre et les pratiquer n’est pas une garantie de succès, mais ils le rendront plus probable.

CSP Formation

Partenaire de DantotsuPM

Le succès de projet commence et finit par le leadership de projet.

long-road-straightCependant, même si les principes de leadership peuvent être appliqués par chaque membre de l’équipe indépendamment de son rôle, le leadership n’est pas limité à une seule personne ou à un seul rôle. Nous savons qu’en tant que leaders de projet nous ne pouvons pas réussir par nous-mêmes. Nous avons besoin de l’aide et du support de nos équipes. C’est pourquoi il est important de construire des équipes et leur donner le pouvoir d’exécuter et de livrer. Le succès du projet n’est pas un question d’accomplissements individuels. C’est un effort commun et devrait être traité et honoré comme tel. La compréhension des principes peut être la première étape vers le succès du projet. C’est à vous de prendre cette direction et d’avancer.

Vos prises de décision sont-elles sous influence ? par Yann Coirault

9 juin

les prises de décision managériales deviennent de plus en plus complexes

CSP formation

Yann Coirault

http://www.myrhline.com/actualite-rh/vos-prises-de-decision-sont-elles-sous-influence.html un article de Yann Coirault sur le site myRHline

A l’heure de la mondialisation, les entreprises sont soumises à des contraintes économiques de plus en plus fortes. Dans ce monde en perpétuel changement, elles doivent par ailleurs être capables de s’adapter rapidement. Face à ces enjeux, les prises de décision managériales deviennent de plus en plus complexes : la pression qui pèse sur les épaules des managers laisse peu de place au temps et à la réflexion, pourtant nécessaires à la prise de décision.

le livre

le livre co-écrit par Yann Coirault et Pia De Buchet

Yann Coirault, consultant chez CSP Formation et auteur du livre, ‘Les 5 clés pour prendre les bonnes décisions’ co-écrit avec Pia De Buchet paru aux éditions Dunod, revient plus en détails sur la prise de décision. Loin d’être le seul fait de la raison, cette dernière est largement influencée par l’émotion et l’intuition.

Les prises de décision entre émotion, intuition et raison

« Aujourd’hui, un bon manager est un leader reconnu pour ses prises de décision efficaces et qui engendrent l’adhésion des collaborateurs. Mais la prise de décision requiert avant tout une connaissance de soi indispensable car elle est liée aux émotions, à l’intuition et à un zeste de raison. La bonne décision n’est pas toujours la plus rationnelle ! », précise Yann Coirault, consultant CSP Formation et pilote de l’innovation chez CSP Formation.

Image courtesy of tuart Miles / FreeDigitalPhotos.net

Image courtesy of tuart Miles / FreeDigitalPhotos.net

Selon les Neurosciences, il n’y a pas de prise de décision sans émotion. Des travaux scientifiques démontrent ainsi que des personnes dont le cerveau a été affecté sur des parties qui gèrent les émotions, ne sont plus capables de prendre la moindre décision. Par ailleurs, les émotions conditionnent pleinement la prise de décision : ainsi, si nous sommes heureux, nous prenons plus de risques. Enfin, des études récentes* ont mis en lumière que le cerveau est capable d’anticiper les émotions suite à la prise de décision : par exemple, le regret d’avoir pris la décision, la fierté de l’avoir fait, etc.

Chacun est donc affecté différemment par la gestion des émotions dans la prise de décision, car elles sont influencées par notre profil de personnalité, comme l’ont démontré plusieurs écoles de pensée, et notamment celles qui ont travaillé sur les préférences cérébrales, comme le MBTI (Théorie des types de Carl Jung).

Le mode intuitif fait également parti du processus de décision : notre cerveau est en permanence en capacité de prédire l’avenir de manière non rationnelle et de se projeter dans des situations.

Comment faire pour prendre des décisions efficaces ?  

La mise en place d’un processus décisionnel basé sur la logique et la raison reste un moyen efficace de prendre une décision. Le problème arrive souvent quand les options sont trop nombreuses ou que les données du passé ne sont pas toutes connues par exemple. Lorsqu’il manque des informations, la prise de décision s’immerge dans le brouillard, la méthode rationnelle ne fonctionne plus. L’une des clés est de réduire le temps de décision, réduire le nombre de critères en utilisant des critères discriminants (éliminer plutôt que choisir). 

Image courtesy of stockimages at FreeDigitalPhotos.net

Image courtesy of stockimages at FreeDigitalPhotos.net

Deuxième clé : s’écouter et faire confiance à son intuition en la considérant en tant que donnée comme une autre. Dès lors, comment faire pour écouter son intuition ? Le meilleur moyen est de ne pas écouter ses émotions et sa raison, le meilleur moment est souvent le plus inattendu ! Le matin sous la douche, au réveil, en marchant, après un jogging, bref dans des moments, où l’on ne pense pas…

Pour être un bon manager, il faut avoir conscience de l’enjeu des émotions et de l’intuition dans les prises de décision. « La prise de décision n’est pas seulement une question de raison elle implique les émotions. De plus, elle est liée à ses propres valeurs et à sa vision d’équipe ou à sa vision stratégique. C’est le propre des grands leaders dont l’exemple le plus célèbre est celui de Kennedy qui a eu un jour l’idée folle de faire marcher un homme sur la Lune ! », conclut Yann Coirault.

CSP Formation

Partenaire de DantotsuPM

 

comment être le premier à savoir et non pas le dernier ?

1 juin

How to Be the First to Know Not the Last

http://leadershipfreak.wordpress.com/2014/09/27/how-to-be-the-first-to-know-not-the-last/

hidingDu temps que vous entendiez parler d’un problème c’est quasiment l’éruption volcanique.

Il pourrait avoir été managé facilement le mois dernier. Maintenant, il y a le feu et les équipes explosent.

Être tenu dans le noir et hors circuit empire toujours les choses.

Ceux qui dirigent avec la peur ont besoin de distance pas de connexion.

Entrez dans le cercle !

NE FAITES PAS :

Vous êtes hors circuit parce que vous êtes une plaie quand ils vous font entrer dans la boucle.

  1. Image courtesy of stockimages / FreeDigitalPhotos.net

    Image courtesy of stockimages / FreeDigitalPhotos.net

    Ne minimisez pas. Cela peut paraître comme une chose insignifiante pour vous mais c’est monstrueux pour ceux qui sont dedans. « débrouillez-vous » n’est pas une réponse.

  2. Ne jugez pas. Des dénigrements de frustration comme « c’est ridicule » incitent les gens à s’éloigner de vous.
  3. Ne résolvez pas. Votre besoin de réparer rapidement dévalue les autres et empêche la connexion.
  4. Ne parlez pas autant.

FAITES :

  1. Connectez-vous en douceur. Connectez-vous sur de petites questions si vous voulez entendre les grandes. La confiance vient à pas de fourmi plutôt qu’à pas de géant. Invitez vos coéquipiers au café, pour une courte promenade, ou à déjeuner. Ne parlez pas business. Parlez d’eux.
  2. Allez vers les gens. Les gens ne viendront pas à vous. Visitez leur monde fréquemment et souvent. Vous n’avez pas besoin d’un ordre du jour. Raccourcissez la distance.
  3. Relisez ce billet et revoyez cette vidéo

    Relisez ce billet et revoyez cette vidéo

    Restez optimiste. Les coéquipiers se protègent des leaders frustrés, découragés. Les collaborateurs ne veulent pas déranger une personne déjà dans les problèmes.

  4. Penchez-vous sérieusement sur le sujet. Posez des questions. Qu’est-ce qui est important ? Quel comportement négatif se répète ? Que voulez-vous ? A quoi ressemble le succès ?
  5. Augmentez les attentes. Le succès n’est pas l’absence de problèmes. S’attendre à ce que les problèmes disparaissent d’eux-mêmes est une garantie de frustration.
  6. Créez des options. Ce qui fonctionne pour l’une ne marche pas pour un autre. Demandez « que pourrions-nous faire pour résoudre ceci ? » puis demandez « que pourrions-nous faire d’autre ? » et reposez enscore ces questions.
  7. Soyez un modèle. Parlez avec les autres de la façon dont vous voulez qu’ils vous parlent. Ils ne seront jamais ouverts si vous êtes fermé.

Comment les leaders pourraient-ils entrer et rester dans la boucle ?

CSP Formation

Partenaire de DantotsuPM

engager des participants réticents à participer davantage dans une équipe

28 mai

Engaging Reluctant Participants on a Team

http://www.ginaabudi.com/engaging-reluctant-participants-team par Gina Abudi

De bonnes pratiques pour faire participer tout le monde pour et partager idées et réflexions

Business DiscussionTout le monde dans l’équipe ne va être spontanément un participant actif et consentant dans les discussions. Certains individus peuvent être timides et donc réticents à participer; d’autres peuvent simplement ne pas vouloir participer pour nombre de raisons. Cependant, il est important que tout le monde dans l’équipe participe aux discussions pour s’assurer qu’une variété d’idées est présentée et que les meilleures solutions ou décisions sont retenues par l’équipe et pas seulement celles de quelques personnes.

Envisagez ces bonnes pratiques pour faire participer des membres d’équipe réticents aux discussions :

  • Facilitez les discussions d’équipe pour garantir que tout le monde participe en demandant aux individus (à tour de rôle) leurs idées, réflexions, etc.
  • Business DiscussionAvant une réunion d’équipe, joignez individuellement les membres qui ont tendance à être plus silencieux et demandez-leur s’ils accepteraient de partager leurs pensées à la prochaine réunion.
  • Assurez-vous que les participants aient les informations nécessaires AVANT la réunion pour qu’ils puissent se sentir préparés à discuter de sujets spécifiques.
  • Quand quelques membres dominent et réduisent d’autres au silence, structurez les discussions vous adressant en premier aux membres plus silencieux, puis en demandant l’apport de ceux qui parlent plus facilement.

Quand vous remarquez qu’il y a quelques personnes dans l’équipe qui ont tendance à être plus en retrait, découvrez pourquoi c’est le cas. Certaines personnes ont juste tendance à être un peu timides et ne pas parler aussi facilement que d’autres. Dans d’autres cas, il se pourrait qu’il y ait des membres si extravertis que les gens plus calmes semblent juste ne pas avoir une chance de placer un mot dans la conversation. En joignant individuellement les membres plus introvertis de l’équipe, vous pourrez mieux comprendre comment les engager pour qu’ils puissent participer et partager leurs idées et leurs connaissances avec les autres.

Que faites-vous pour faire participer les membres les plus réticents de votre équipe ?

CSP Formation

Partenaire de DantotsuPM

June 3 – Webinar (PMI) – Influence and Lateral Leadership Across Cultures

20 mai

Influencing without formal authority

banana revolverModern leaders and managers increasingly recognize the importance of being able to influence people over whom they don’t have formal authority.

Because authority is becoming an ambiguous concept, contemporary leaders can no longer simply tell others what to do, particularly when facing common issues such as:

  • Working across departments in a matrix and flat structure, where authority and responsibility are unclear.
  • Working across cultures in multi-site or multinational organizations.
  • Managing projects across national boundaries.
  • Managing cross-functional and cross-cultural teams located in different countries.
  • Trying to get ideas accepted upward and across organizations.

Registration for PMI Members

CSP Formation

Partenaire de DantotsuPM

changez la disposition de vos bureaux pour un management d’équipe projet plus efficace (ou pas…)

11 mai

Change Your Office Layout for a More Effective Project Management Team

http://www.easyprojects.net/blog/2013/12/03/change-office-layout-effective-project-management-team/

bureaux "paysagers"Si votre société ressemble à la plupart, l’attribution des places de chacun a été déterminée par quelqu’un d’autre que vous. Arbitrairement ou pas, vous avez eu peu ou pas de contrôle sur la façon dont votre équipe est installée. Mais réalisez-vous que cela a un grand impact sur comment fonctionne votre équipe ?

Réfléchissez-y ! Que donne la disposition ? Quels mobiliers utilisez-vous ? Combien est-il difficile d’aller d’un point A à un point B ? Qui est assis où ?

Cela peut sembler étrange, mais vous pouvez avoir des équipes de management de projets beaucoup plus efficaces en changeant la disposition de vos locaux. Vous pouvez promouvoir la communication et la cohésion d’équipe pour moins d’un après-midi de déménagement de meubles.

Comment, vous demandez-vous ?

CSP Formation

Partenaire de DantotsuPM

Placez les équipes en fonction du flux du processus

Si vos projets se déroulent selon un système rigide, séquentiel, vous pourriez vouloir positionner les gens en conséquence. Avoir de l’équipe Assurance Qualité proche des développeurs peut économiser un temps utile, car l’équipe QA peut juste aller tirer par la manche un développeur et lui faire voir un bug ou un problème au lieu de devoir envoyer de longs et compliqués courriers électroniques.

Positionnez ensemble des équipes qui coopèrent souvent

Office Chair and Box Containing Personal EffectsDans mon ancienne agence, nous avions l’habitude d’entasser des équipes de management des comptes clients dans des zones spécifiques de l’étage de production. Le concepteur, le représentant qualité, l’auteur et le chef de projet se trouvaient ensemble dans un même endroit pour une communication optimisée. Quand certains membres de l’équipe passaient sur des comptes différents, ils changeaient de sièges et se déplaçaient à l’emplacement de leur nouveau groupe.

Laissez beaucoup d’espaces « ouverts » (machine à café)

coffee breakEn planifiant une nouvelle disposition, laissez de la place pour que les gens puissent être debout et interagir. Ce pourrait être pour des réunions impromptues ou de simples discussions amicales. L’objectif est d’avoir des espaces libres, sympathiques qui promeuvent l’interaction et la cohésion dans l’équipe.

Vous devez aussi prendre en compte les besoins de votre équipe en prévoyant les chemins de déplacement. Les membres de l’équipe qui ont besoin de confidentialité devraient être éloignés des endroits et passages à fort trafic, ou avoir d’autres moyens de limiter les distractions.

Avis perso déménagementsCulture versus Processus de Travail

La commutation d’attributions des places assises est une excellente occasion d’obtenir certains retours de la part de l’équipe. Les membres peuvent vous dire avec qui ils travaillent le mieux et proposer des suggestions sur comment les choses pourraient être rationalisées. Cependant, vous devez vous assurer qu’ils ne cherchent pas seulement à réunir tous leurs amis autour d’eux. Ceci pourrait potentiellement être sujet à plus de distractions et donc moins productif que leurs places actuelles. Idem avec les membres de l’équipe qui ne s’entendent pas. Les rassembler pourrait juste générer des ennuis.

Le déplacement de meubles et de cloisons de séparation pourrait sembler ardu, mais vous pouvez essayer de commencer petit et vous concentrer sur les attributions de sièges. Une fois que vous êtes plus à l’aise avec l’idée, vous pouvez être un peu plus audacieux et planifier un espace de bureau qui permettra vraiment à la productivité de votre équipe de circuler librement.

Partenaire de DantotsuPM

Partenaire de DantotsuPM

21 Mai – Sophia Antipolis – Gestion des talents (en management de projets, mais pas uniquement…)

7 mai
Inscrivez-vous à cet après-midi de rencontres du PMI

Inscrivez-vous à cet après-midi de rencontres du PMI

« La véritable différence entre le succès et l’échec dans une entreprise tient très souvent à la façon dont l’entreprise sait faire ressortir l’énergie et le talent de son personnel. » Thomas J. Watson, Jr., Président d’IBM

CSP Formation

Partenaire de DantotsuPM

Nous cherchons tous des collaborateurs talentueux mais comment les trouver, comment les cultiver et comment les garder ?

De la qualité des rapports entre les personnes dépend la performance de l’entreprise
Jean-Pierre Doly
Doly&Partners, Paris
Jean-Marc Chazarin L’estime de soi est le cœur du cœur du réacteur de l’humain
Jean-Marc Chazarin
Trans-Formatio, Aix-en-Provence
La coopération des talents, comment la mettre en place ? S’entourer de talents
Jean-Baptiste Hibon
Jean-Baptiste Hibon, Lyon

De 13h30 à 18h00, cet événement donne droit à 4 PDUs pour les certifiés PMP® ou PgMP®.

Partenaire de DantotsuPM

Partenaire de DantotsuPM

Pourquoi est-il si difficile de communiquer pendant un changement ?

27 avr

Why Is It Harder To Communicate During Change?

http://www.pmhut.com/why-is-it-harder-to-communicate-during-change par Corrina Jorgensen

Le changement dans le business met une réelle pression sur les communications internes. Non seulement le travail usuel pour tenir chacun informé, impliqué et engagé mais un projet de changement a ses propres demandes et jalons spécifiques à respecter : que faire ?

Même dans les grandes organisations, une organisation de communications interne efficace peut être désorganisée par le besoin de faire tourner le business comme d’habitude et, en sus, de répondre aux besoins de ce projet. Au bout du compte, des collaborateurs engagés apportent une contribution tangible, positive pour la performance de la société donc il faut expliquer l’histoire derrière le changement, le faire se produire et s’enraciner dans les pratiques pour délivrer de vrais bénéfices business.

Image courtesy of mrpuen / FreeDigitalPhotos.net

Image courtesy of mrpuen / FreeDigitalPhotos.net

Les projets dans les grandes organisations sont d’habitude bien dotés au plan technique. Mais souvent la voix ‘de l’utilisateur’ n’est pas la préoccupation première. Or, ceci a un réel impact sur tout changement dans le long terme. Après tout ce seront les gens dans la société, les utilisateurs finaux qui adopteront et adapteront les nouvelles façons de travailler : systèmes, processus ou changement d’organisation.

La communication ne consiste pas seulement à faire savoir aux gens ce qui se passe. Ils doivent être eux-mêmes au centre du changement s’il affectera la manière dont ils travaillent et s’ils doivent opérer un changement dans leur comportement. Donc, une approche de communications est de fournir des occasions pour capturer les avis parties prenantes : une vraie communication bidirectionnelle.

Voici quelques situations que nous avons probablement tous rencontrées par hasard et accompagnées d’idées sur comment neutraliser leur impact négatif sur les résultats du projet.

Soutenir le momentum

 Image courtesy of cooldesign at FreeDigitalPhotos.net

Image courtesy of cooldesign at FreeDigitalPhotos.net

Souvent les communications sur le changement peuvent perdre en énergie pendant le projet. Les gens peuvent être inquiets de communiquer de mauvaises nouvelles ou croire qu’il n’y a pas eu beaucoup de progrès et que donc il vaut mieux ne rien dire.

Cependant, des communications efficaces se doivent d’être cohérentes. Indépendamment du message, être honnêtes et se comporter comme des partenaires de votre communauté de changement, est critique. Travailler ensemble dans un esprit collaboratif, engageant et de façon interactive nouera des relations fortes.

Établir et tenir la promesse permettent une communication dans les deux sens, ouverte et honnête; travailler sur une base ‘sans aucune surprise’ construit la confiance et l’empathie pour le projet ou programme ainsi qu’une meilleure compréhension de vos clients et récipiendaires du changement.

Un projet ou un programme de changement a besoin d’un jeu cohérent de messages avec un jeu consistant de matériels. Les messages contenus dans ceux-ci devraient supporter l’objectif commun.

Partenaire de DantotsuPM

Partenaire de DantotsuPM

Le programme et les projets de changement peuvent être une belle occasion d’injecter innovation et créativité dans les communications. Les matériels doivent être créatifs mais ils doivent aussi être efficaces côté coûts. Les approches pourraient inclure des vidéos à faible composante technologique, bon marché, une application pour smartphone, une boite à outils et aussi des présentations, faisant toutes partie d’une suite pragmatique de solutions multimédia.

globePour beaucoup Directeurs de projet et de programmes, il peut y avoir des difficultés à adresser un auditoire géographiquement dispersé. Cela nécessite une réponse coordonnée, répondant aux besoins culturels croisés et fournissant des mises à jour opportunes, régulières dans le format que les utilisateurs veulent et donnant systématiquement la possibilité pour eux d’entrer dans une conversation.

Que faire si ça ne marche pas ?

Les communications de changement réclament planification, stratégie et méthode. La méthode doit se distinguer des communications habituelles pour raconter l’histoire du changement, connecter les parties prenantes et encourager les réponses. Les méthodes de communications dans ces programmes de changement ont aussi besoin d’être mesurées, évaluées et d’avoir la flexibilité de s’adapter aux changements dans le projet.

Businesspeople on Chess Board --- Image by © Royalty-Free/Corbis

Businesspeople on Chess Board — Image by © Royalty-Free/Corbis

Parfois les communications échouent parce qu’elles n’ont pas identifié en juste proportion avec les parties prenantes le « WIIFM »/ What’s In It For Me : Qu’y-a-t-il de bon pour moi dans ce changement ? Bien qu’une histoire centrale qui crée la cohésion pour le changement soit essentielle, il doit être interprété de nouveau pour être pertinent pour chaque individu que le changement va impacter.

La mesure de l’engagement sur les objectifs du projet devrait indiquer s’ils y répondent ou pas et pourquoi. Il est alors temps de déterminer en quoi les individus affectés peuvent être atteints et pourquoi, en particulier, ils pourraient ne pas vouloir monter à bord.

Adresser le manque de support

Une approche très ouverte montrera que la direction n’a rien à cacher et une session honnête de questions/réponses lors d’une émission diffusée sur le Web qui affichera les questions en temps réel. Souvent, un manque d’engagement du management intermédiaire (pas au niveau du sponsor qui supporte souvent efficacement) peut entraver la réussite, donc les communications doivent créer une ligne directe entre la direction et tous les niveaux de l’organisation.

CSP Formation

Partenaire de DantotsuPM

Permettre aux managers de parler à leurs équipes et d’avoir des discussions difficiles et la création de réseaux de communication, augmente les chances d’engagement avec les groupes de parties prenantes les plus traditionnellement ardus.

L’activité de communications diminue souvent après la mise en œuvre. Tenir les gens informés de où ils peuvent aller pour le nouveau support après la mise en œuvre opérationnelle donnera au changement plus de garanties d’être fructueux à long terme.

Cela vaut la peine de se rappeler que le contact personnel et utiliser des compétences plus relationnelles dans les communications principales est critique au changement. Un « storytelling » authentique, bien aligné sur le cas d’affaires crée une ligne directrice et, bien qu’il ne vienne pas toujours naturellement aux leaders et managers ‘techniciens’, c’est une compétence de valeur à cultiver et maximiser pendant le changement pour soutenir l’organisation qui va vraiment faire que le changement arrive.

Par-dessus tout une stratégie de communications pour le changement doit être réaliste et pratique. En fin de compte, il s’agit de faire le mieux possible avec la moindre quantité possible de ressources, pour permettre au changement de s’enraciner.

23 Avril – Strasbourg – Jouer des coudes ou se serrer les coudes ?

15 avr

Le PMI Alsace vous convie à son prochain atelier le Jeudi 23 avril 2015 à 18h15 chez Bureau Mobile – localisation
4 rue de l’artisanat, 67116 Reichstett – parking gratuit

Dans le cadre du thème « la fonction de chef de projet » utilisé comme fil rouge pour nos activités 2014-2015, nous vous proposons d’approfondir nos échanges lors de notre communauté de pratiques.

Partenaire de DantotsuPM

Partenaire de DantotsuPM

En voici les principaux volets :
  • Comment gérer la réponse à un appel d’offre avec les interfaces client et concurrent(s) (compétition, influence, autorité)
  • Comment gérer un conflit entre une ou plusieurs sociétés prestataires et un client (aspects humains)
  • Comment gérer des situations de sabotage ou de manque de transparence de la part du client ou d’une société concurrente (problème d’éthique).

PMIFR_Logo-AlsaceSuite à l’accueil et aux présentations des objectifs de réunion, nous engagerons une réflexion par petits groupes de travail (des documents vous seront transmis afin de doper vos échanges). La restitution se fera en groupe global afin de bénéficier des profils variés constituant la communauté de pratiques.

Le fruit de votre travail sera mis en forme et vous sera envoyé afin que chacun puisse s’y référer dans le cadre de ses activités de gestion de projet.

Cet atelier est gratuit et rapporte 2 PDUs. Le nombre de place étant limité, les inscriptions se font exclusivement en utilisant le lien suivant : http://pmi-france.org/index.php/branches/alsace/conferences

CSP Formation

Partenaire de DantotsuPM

7 façons de battre les vampires d’énergie

14 avr

7 Ways to Defeat Energy Vampires

https://leadershipfreak.wordpress.com/2015/01/10/7-ways-to-defeat-energy-vampires/

Un vampire* d’énergie épuise l’équipe toute entière.

Une petite équipe stimulée va plus loin qu’une grande équipe avec un trou noir.

L’énergie est plus importante que le talent !

L’énergie négative domine si l’on n’intervient pas.

rechargez vos batteries

Les leaders qui réussissent, surveillent, managent et augmentent l’énergie.

L’énergie est toujours positive ou négative.

Partenaire de DantotsuPM

Partenaire de DantotsuPM

Vampires

Agréables vampires d’énergie.
  •  Image courtesy of Anusorn P nachol at FreeDigitalPhotos.net

    Image courtesy of Anusorn P nachol at FreeDigitalPhotos.net

    Les vampires rêveurs commencent trop de choses et en finissent trop peu.

  • Les vampires serviables drainent l’énergie avec trop de suggestions ou de corrections.
  • Les vampires sur-engagés vous laissent tomber.
Méchants vampires d’énergie.
  • Les vampires qui ont toujours raison et exigent de suivre leur propre voie. Ils ne travaillent pas bien avec les autres.
  • Les vampires qui mènent le mauvais combat ne partage pas vos valeurs.
  • Les vampires se bâtissant un empire qui ont un ordre du jour personnel.
Involontaires vampires d’énergie.
  • Les vampires qui ont des idées, mais ne comprennent pas comment réaliser les choses.
  • Les vampires trop dans le détail qui tuent des idées avant qu’elles ne se développent suffisamment.
  • Les vampires protecteurs qui favorisent l’échec par la surprotection.

Transformez, supprimez, ou marginalisez les vampires d’énergie.

CSP Formation

Partenaire de DantotsuPM

7 manières d’accroître l’énergie

Vous êtes entourés d’interactions qui pompent cette énergie.

Les leaders prennent la responsabilité de l’énergie organisationnelle.

  1.  Image courtesy of cooldesign at FreeDigitalPhotos.net

    Image courtesy of cooldesign at FreeDigitalPhotos.net

    Évaluez votre leadership en demandant, « Quand les gens s’éloignent de moi, sont-ils énergisés ? »

  2. Reconnaissez les efforts. Les gens sont stimulés quand ils se sentent vus. L’énergie négative dit, « Personne ne me voit. Personne ne se soucie de moi. » Les gens qui disent que cela n’a pas d’importance pensent qu’ils ne comptent pas.
  3. Allez avec, pas contre. Leur idée imparfaite est meilleure que votre idée parfaite parce qu’ils la possèdent.
  4. Concevez des projets à long terme avec des victoires à court terme.
  5. Affrontez les vampires d’énergie. Si nécessaire, supprimez-les.
  6. Précisez à nouveau le but. Pourquoi faites-vous ce que vous faites ?
  7. Passez plus de temps avec les gens du centre qui répondent à l’encouragement.
The book

le livre sur Amazon

* « Le Vampire d’Énergie » vient du livre de Jon Gordon, « The Energy Bus », et ce billet est  inspiré de ce livre.

Quels types de vampires d’énergie avez-vous croisé ?

Comment, selon vous et votre expérience, les leaders, peuvent-ils contrôler, manager et accroître l’énergie ?

 

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 301 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :