Tag Archives: risques
Vidéo

« donner du sens » et un sens partagé au sein vos équipes par Olivier Soudieux

17 déc

Ayant déjà organisé plusieurs évènements sur lesquels j’ai fait intervenir Olivier Soudieux, je suis très heureux de partager avec vous cette vidéo qu’Olivier a enregistrée à l’occasion de TEDx Alsace cette année.

Si vous avez déjà vu Olivier sur scène ou participé à un groupe de travail animé par lui, vous aurez certainement plaisir à le retrouver.

Pour les autres découvrez-le et n’hésitez pas à faire appel à lui pour animer vos séminaires sur le Leadership, le Management, le Management de Projet…

Dans cette séquence, Olivier s’attache à partager son expérience sur « donner du sens » et un sens partagé au sein vos équipes.

Genius Inside est partenaire de DantotsuPM

Genius Inside est partenaire de DantotsuPM

B.A.-BA : répondre aux résistances

9 déc

Dans un article précédent, j’ai décrit le B.A.-BA: pour conduire des entretiens téléphoniques efficaces. Dans cet article, je voudrais me concentrer sur quelques éléments essentiels pour répondre aux résistances pendant des appels téléphoniques ou des réunions, particulièrement si vous devez vendre un projet ou une idée. De nouveau, rien de neuf sous le soleil pour les chefs de projet expérimentés ou les professionnels de la vente. Mais, ce qui va sans dire, va encore mieux en le disant.

J’ai appris qu’il y a essentiellement trois types différents de résistance qui doivent être reconnus et gérés : Perception incorrecte, Scepticisme et Problème. En réalité, la manière de répondre dans ces trois situations n’est pas si différente mais voyons cela au cas pas cas :

1. Perception incorrecte

active listeningAvoir une perception incorrecte c’est soit percevoir inexactement ou bien mal comprendre. Vous vous trouvez dans une situation où, après avoir exposé votre topo, vous avez écouté activement votre interlocuteur. Vous remarquez que votre message n’est pas compris. Il peut y avoir beaucoup de raisons à cela : la manière dont vous vous êtes exprimé; des idées préconçues ou un manque d’écoute de la part de votre interlocuteur; un sujet trop complexe pour être compris du premier coup; un domaine qui exige des connaissances préalables que l’autre personne peut ne pas posséder … Ce qui est nécessaire dans cette situation c’est tout d’abord d’établir qu’il y a une mauvaise perception, de fournir ensuite une clarification et de conclure par une nouvelle écoute et un questionnement pour confirmer l’accord.

  • Établir qu’il y une mauvaise perception : prouvez, en répétant autant que possible les mots utilisés par la personne, que vous avez identifié une perception incorrecte. Précisez que la faute est la vôtre. Cette mauvaise perception ou ce malentendu est survenu parce que vous n’avez pas encore été capable de transmettre votre message assez clairement pour convaincre la personne.

Par exemple : «je vous entends dire que vous comprenez que ce projet durera 2 ans et exigera 10 membres du personnel de l’entreprise. Je vois que je n’ai pas été clair dans mes explications et je voudrais clarifier ce point spécifique.»

  • Fournissez la clarification sur l’élément qui n’a pas été bien compris.

Dans notre exemple : «le projet durera en effet 2 ans et nécessitera 10 ressources avec la portée actuellement définie. Cependant, une option présentée est de composer l’équipe à  50/50 entre internes et externes. De plus, une deuxième option est  de réduire la portée initiale pour obtenir la  plus grande partie possible  des bénéfices sur une période plus courte, si vous pensez que c’est souhaitable pour l’entreprise.»

  • Et concluez avec une nouvelle écoute et des questions pour confirmer l’accord.

Dans notre exemple : «j’ai vu que vous avez hoché la tête quand j’ai clarifié que nous pourrions pourvoir le projet avec 50 % de ressources externes. Sommes-nous d’accord que cette option est une bonne approche pour construire le projet ?»

2. Scepticisme

thinkLe scepticisme s’apparente très souvent à des doutes et un désir de suspendre son jugement par rapport à de nouvelles informations qui ne sont pas très bien supportées par l’argument ou l’évidence présenté. Quand vous remarquez que les informations que vous avez fournies ne sont pas bien acceptées et que ce n’est pas en raison d’un malentendu, mais plutôt du scepticisme, vous êtes dans une situation qui exige l’assurance ou la réassurance. Donc, reconnaissez le scepticisme, rassurez et concluez par une nouvelle écoute et des questions pour confirmer l’accord.

  • Reconnaissez le scepticisme : vous anticiperez souvent cette réaction potentielle en passant en revue votre proposition ou argumentaire. Vous vous mettez vraiment dans les chaussures de votre homologue pendant un moment et essayez de voir depuis sa perspective ce qui pourrait être douteux dans votre projet ou idée. Dans certains cas, vous pouvez tout simplement vous remémorez que, lorsque vous n’étiez pas encore familier avec le projet, vous aviez également eu des doutes . Utilisez ceux-ci pour montrer que vous comprenez le scepticisme de votre interlocuteur.

Par exemple : « je vois que vous semblez avoir des doutes sur les 2 ans de durée et 240 homme mois d’effort. Très sincèrement, c’était également ma première réaction quand j’ai reçu ces évaluations. »

  • Rassurez sur le sujet qui génère du scepticisme. Si vous le pouvez, fournissez davantage de faits et preuves sur votre argumentaire. Des benchmarks ou des études, des chiffres de projets antérieurs, des références (particulièrement de personnes que votre homologue connaît bien), des précédents, des statistiques, … sont autant de sources que vous pouvez utiliser pour rassurer la personne sur le sujet.

Dans notre exemple : «Aussi, j’ai questionné l’équipe pour comprendre les détails. Et, ils ont été capables de me montrer les chiffres d’un projet précédent de complexité et portée semblables. Il avait coûté 360mm avec 12 ressources sur 2 ans et demi. Grâce à cette expérience, ils ont été capables de réduire la durée de notre projet à 2 ans et la taille d’équipe à 10 ressources au lieu de 12. Une amélioration de 30 % et avec une équipe qui a déjà réalisé un projet semblable.»

  • Et concluez avec une nouvelle session d’écoute et de questionnement pour accord.

Dans notre exemple : «vous avez semblé être sur la même longueur d’ondes que moi quand j’ai exposé la façon dont les évaluations ont été construites. Êtes-vous plus à l’aise avec cet aspect du projet ?»

3. Problème

einstein problem solving«J’ai un problème …» est la méthode traditionnelle de remonter une préoccupation, un souci, lors d’une réunion. C’est une déclaration très puissante et qui, si elle n’est pas réglée, peut tout stopper. Si votre contrepartie ne l’exprime pas ouvertement, mais vous pouvez voir qu’il y a un problème réel pour lui ou elle, posez la question: «À votre avis, quel pourrait-être le problème-clé ou la préoccupation que le projet  devrait adresser  en priorité ?». De nouveau, ce qui est exigé dans cette situation est en premier lieu de reconnaître qu’il y a un problème, ensuite réaffirmer les points forts de votre proposition, chercher une résolution et conclure par une nouvelle écoute et des questions pour confirmer l’accord.

  • Reconnaissez le problème : assurez-vous que vous comprenez précisément le souci. Est-ce le coût, les délais, le contenu, l’approche, la dotation en personnel, les compétences, les conditions de paiement ? Prouvez, en réutilisant autant que possible les mots de la personne, que vous avez vraiment compris où se situe le problème.

Par exemple : «je vous entends mentionner comme un problème le fait que le projet durera 2 ans et exigera 10 membres du personnel interne. Et que la durée est une réelle préoccupation ou un point de blocage pour vous parce que votre fenêtre d’opportunité pour lancer ces nouveaux services sur le marché n’est que de 18 mois.»

  • Réaffirmez les points forts de votre proposition et utilisez des accords établis précédemment pour renforcer les bénéfices escomptés. Réitérez l’équation besoins/bénéfices du projet.

Dans notre exemple : «Nous avons établi ensemble que ce nouveau projet est absolument nécessaire pour permettre à la société de livrer ces nouveaux services. Des études préalables ont établi que des modifications  aux systèmes existants coûteraient davantage et demanderaient plus de temps. De plus, nous sommes d’accord sur la portée du projet en termes de contenu et d’évaluation des charges. Ce projet permettra aux nouveaux services d’être développés et exploités efficacement.»

  • Cherchez la résolution avec votre contrepartie pour éliminer ou contourner le problème.

Dans notre exemple : Ce projet durera en effet 2 ans avec 10 ressources pour la portée actuellement définie. Cependant, une option que nous avons examinée est de réduire la durée en amenant des ressources supplémentaires pour exécuter certaines tâches en parallèle plutôt que séquentiellement. D’autre part, nous avons également l’option mentionnée précédemment de réduire la portée initiale pour nous concentrer sur les fonctions les plus critiques. Celles qui permettront de répondre à la majorité des besoins sous 18 mois, avec quelques adaptations de processus. Puis, nous livrerons une version qui couvrira la totalité du périmètre un peu plus tard.»

  • Et concluez avec une nouvelle écoute et questionnement pour accord.

Dans notre exemple : «j’ai vu que vous avez été sensible à l’option d’ajouter du personnel externe sur le projet. Sommes-nous d’accord que ce serait une bonne approche pour avancer sur le projet ?»

Bien sûr, les chefs de projet ne sont pas des commerciaux professionnels, mais connaître quelque-unes des ficelles pour mieux répondre aux résistances pendant des réunions est une compétence fort utile dans nos vies professionnelle et privée.

Genius Inside est partenaire de DantotsuPM

Genius Inside est partenaire de DantotsuPM

3 Décembre – Aubière (Auvergne) – Construction d’usines: les problématiques de gestion de projet et de risques

30 nov

MichelinConférence de Michelin sur Construction d’usines: les problématiques de gestion de projet et de risques

Début à 18:00, inscriptions

Genius Inside est partenaire de DantotsuPM

Genius Inside est partenaire de DantotsuPM

back to basics: responding to resistance

25 nov

In a previous post, I wrote about the basics for running an effective call. In this article, I’d like to focus on some of the basics for responding to resistance during calls or meetings, especially when you’re selling a project or an idea. Again, this is certainly nothing new for experienced PMs or sales professionals. But what goes well without saying, goes even better when you say it.

I learned that there are essentially three different types of resistance that need to be recognized and managed: Misperception, Skepticism and Concern. Actually, the way to respond is not so different but let’s see the three cases:

1. Misperception

Image courtesy of stockimages / FreeDigitalPhotos.net

Image courtesy of stockimages / FreeDigitalPhotos.net

To misperceive is to perceive incorrectly or misunderstand. You are in a situation where you have exposed your point and then listened actively to your counterpart. And you notice that the message you are trying to get through is not understood. This could be due to many reasons: the way you expressed it; preconceived ideas or lack of listening on the other side; too complex to be understood in one shot; requiring prerequisite knowledge that the other person may not have… What is required in this situation is first of all to acknowledge the misperception, then provide clarification and conclude with listening again and probing for acceptance.

  • acknowledge the misperception: prove by repeating as much as possible the words of the person that you acknowledge the fact that there is a misperception. Make it clear that the fault is yours. The misperception or misunderstanding has happened because you have not been able yet to convey your message clearly enough to convince the person.

For example: « I hear you say that you understand that this project will last 2 years and require 10 internal staff members. I have not been clear in my explanations and I’d like to clarify this very specific point. »

  • provide clarification on the piece that has not been well understood.

In our example: « The project would indeed last 2 years and 10 resources with the currently defined scope. However, one option I presented is to resource with a 50/50 split between internal and external. Also, you have the second option I mentioned of reducing the initial scope to get the bulk of the benefits in a shorter timeframe if you believe this is feasible. »

  • and conclude with listening again and probing for acceptance.

In our example: « I saw you nod your head when I clarified that we could staff the project with 50% of external resources. Are we in agreement that this option is a good approach to build upon for the project? »

2. Skepticism

thinkSkepticism very often means doubts and desire to suspend judgment on new information that is not very well supported by argument or evidence.  When you notice that the information you provided is not well accepted and that it is not due to a misunderstanding but rather skepticism, you are in a situation that requires assurance or reassurance. I.e.  acknowledge the skepticism, then provide assurance and conclude with listening again and probing for acceptance.

  • acknowledge the skepticism: you will often have anticipated this potential reaction as you reviewed your proposal or speech. You did put yourself in the shoes of your counterpart for a moment and tried to see from his eyes what could be doubtful with your project or idea you’re selling. In other instances, you can recall the times when you were not familiar with the project or idea and potentially shared similar doubts. Use these to show that you understand the skepticism of your counterpart.

For example: « I see that you seem to have doubts with the 2 years and 240 man month effort. To be honest, it was also my first reaction when I saw these estimates.« 

  • provide assurance on the piece that is generating skepticism. If you can, provide more facts and evidence that the information you provided is certain. Industry benchmarks or studies, figures from prior projects, references (especially from persons your counterpart knows well), track record, statistics,… are as many sources you may want to use to assure the person on the topic.

In our example: « So, I challenged the team to understand the details. And, they were able to show me the figures from a prior project of similar complexity and scope that had cost 360mm with 12 resources over 2.5 Years. Thanks to that earlier experience, they were able to reduce the duration of our project to 2 years and the team size to 10 resources instead of 12. A 30% improvement with a team that has already undertaken a similar challenge! »

  • and conclude with listening again and probing for acceptance.

In our example: « You appeared to be in tune with me when I exposed the way the estimates were built. Are you more comfortable with this aspect of the project? »

3. Concerns

bras ouverts« I have a concern… » is the traditional method of bringing up an issue to a meeting. It is a very strong statement and if unsettled a concern about something will stop it from being done. If your counterpart is not expressing his concerns openly but you can tell that there is a real issue for him or her that is not being addressed, ask the question. « In your opinion, what is the key issue or concern with the proposed project that we shall address? ». Again, what is required in this situation is first to acknowledge the concern, then to reaffirm the strong points of your proposal, seek resolution and conclude with listening again and probing for acceptance.

  • acknowledge the concern: make sure that you understand the exact concern. Is it cost, time, contents, approach, staffing, skills, payment terms? Prove by repeating as much as possible the words of the person that you have really understood where the concern is.

For example: « I hear you mention as a concern the fact that the project will last 2 years and require 10 internal staff members.  And that the duration is a real issue for you because your window of opportunity is 18 months to bring the new services to the market. »

  • reaffirm the strong points of your proposal and use established agreements to reinforce the foreseen benefits. Restate the needs/benefits equation for the project.

In our example: « This new project is absolutely required to enable the company to deliver these new services and earlier studies have established that amendments to existing solutions would cost more and take longer. Additionally, we are in agreement on the scope of the project in terms of contents and resources required to achieve it.  The project will enable the new services to be developed and operated efficiently. »

  • seek resolution looking for solutions with your counterpart that would remove his concerns.

In our example: « The project will indeed last 2 years and 10 resources with the currently defined scope. However, an option we looked at is to reduce the duration by bringing extra resources to run in parallel some tasks that are currently planned sequentially. Also, we have the option I mentioned earlier to reduce the initial scope to focus on very critical functionality that will get you the bulk of the benefits in 18 months with some manual processes while developing the full functionality in the next release. »

  • and conclude with listening again and probing for acceptance.

In our example: « I saw you nod your head when we rediscussed the option to add external staff the project. Are we in agreement that this is a good approach to move forward on the project? »

Of course, PMs are not professional sales people, but mastering the basics for responding to resistance during calls or meetings is a very useful asset in our professional and personal life.

Genius Inside est partenaire de DantotsuPM

Genius Inside est partenaire de DantotsuPM

November 19 – Webinar (PMI) – “How to Manage the Risks You Didn’t Know You Were Taking” with David Hillson

13 nov

“How to Manage the Risks You Didn’t Know You Were Taking”

Dr. David Hillson

Dr David Hillson

David Hillson

Project risk covers more than uncertain future events. If you don’t recognise all the risks you end up taking them with your eyes shut. Find out what you’re missing, and discover the other types of risk that affect your project, together with practical strategies for addressing them.

The definition of risk in the PMI PMBoK Guide risk chapter includes more than uncertain future events that would have a negative effect on achievement of project objectives. The definition starts with the phrase “A project risk is an uncertain event or condition…” If we limit our view of risk to only look at one part of the risk picture, we’ll end up taking risks without knowing it.

protectionThis presentation explores the other types of risk that are usually missed from the typical risk process. Drawing on leading thinking and current best practice, David Hillson explores the full range of project risks that need to be managed. These include sources of variability (“aleatoric risk”), ambiguity (“epistemic risk”), and emergence (“ontological risk”), as well as future uncertain events (“stochastic risk”). He also explains the new concept of “overall risk” which was introduced in the PMI Practice Standard on Project Risk Management (2009) but which is nearly always overlooked. Finally the presentation reminds practitioners not to forget risks with positive impacts.

With clear illustrative examples of each type of risk, and practical response strategies for managing them, this presentation will help you to identify all types of risk that might affect your projects, and offers ways for you to tackle them effectively.

19 November11 AM – 12 PM EST / 17:00 CET/France

Genius Inside est partenaire de DantotsuPM

Genius Inside est partenaire de DantotsuPM

November 6 – Webinar (PMI) – “Trust, Risks and Ethics in Project Leadership”

1 nov

“Risk Managment for Project Driven Organizations” with Andy Jordan, PMP

risk6 November • 1-2 PM EST

Organizations invest a lot of time, money, and energy into developing and utilizing risk management practices as part of their project management disciplines.

Yet, when you move beyond the project to the program, portfolio, PMO and even organizational level, that same level of risk command and control rarely exists.

With this in mind, well-known subject matter expert and author Andy Jordan starts where most leave off. He explores risk management at the portfolio, program, and PMO levels.


Genius Inside est partenaire de DantotsuPM

Genius Inside est partenaire de DantotsuPM

19 Novembre – Montréal – Leçons apprises de la pratique de la gestion intégrée des risques

29 oct

L’objectif de cette conférence du PMI Montréal est de partager les leçons apprises de la pratique quotidienne de la gestion intégrée des risques au sein du Curateur public du Québec avec Hind Belqorchi.

"Image courtesy of Stuart Miles / FreeDigitalPhotos.net"

« Image courtesy of Stuart Miles / FreeDigitalPhotos.net »

Les principaux défis de mise en œuvre de la gestion intégrée des risques, peu importe la démarche ou l’approche préconisée par l’organisation, sont :

  • adapter la démarche selon le contexte, les contraintes et la culture organisationnels, tout en gardant le principe de rigueur.
  • responsabiliser les gestionnaires et les chefs de projets à la gestion des risques
  • favoriser la mise en place d’une culture de gestion des risques au niveau organisationnel, opérationnel et de projet.

17h30 -18h00 : accueil | 18h00-19h00 : dîner, trois services  | 19h00-20h00 : conférence

S’inscrire à cet évènement

Genius Inside est partenaire de DantotsuPM

Genius Inside est partenaire de DantotsuPM

23 Octobre – Webinar (QRP) – Une meilleure gestion du risque avec PRINCE2 !

20 oct
seminaire QRP

Partenaire de DantotsuPM

Vous êtes un professionnel de la Gestion de Projets et vous cherchez une méthode pour optimiser votre gestion et mieux établir le contrôle de vos projets en matière de risque?

QRP vous propose de participer au webinar qui vous donnera la possibilité d’enrichir votre connaissance de PRINCE2 et plus en particulier l’un de ses 7 thèmes : Le Risque.

La prise de risque est un aspect inévitable du projet, dans la mesure où le projet est porteur de changements et que tout changement s’accompagne d’incertitude et donc de risques.

Le thème risque a pour but d‘identifier, d’évaluer et de contrôler les incertitudes du projet, et par là-même d’améliorer ses perspectives de réussite.

Lors de ce webinar qui débutera à 14h30, nous vous expliquerons comment mieux gérer les risques dans vos projets grâce à PRINCE2 en appliquant systématiquement les tâches d’identification et d’évaluation des risques ainsi que de planification et mise en œuvre des réponses aux risques.

S’inscrire

Partenaire de DantotsuPM

Partenaire de DantotsuPM

Genius Inside est partenaire de DantotsuPM

Genius Inside est partenaire de DantotsuPM

 

October 21 – Webinar (PMI) – Better Risk Management and the PMI-RMP Certification

14 oct
PMGS est partenaire de DantotsuPM depuis sa création

PMGS est partenaire de DantotsuPM depuis sa création

PMI’s Project Risk Management Community of Practice presents this webinar with Barbara J Zimmerman

In this fast-paced world of international business, projects are being undertaken that are more complex, involve more people, and require faster decision making.

All these variables decrease the probability of success and increase uncertainty. To counteract these problems, project managers must stay constantly vigilant of potential stumbling blocks and proactively manage them to prevent unnecessary problems from occurring.

Good risk management skills are essential to bring projects through to completion on time, within budget, and with satisfied stakeholders.

Managers who are more knowledgeable and experienced in risk management methodology are highly valued and more marketable in the workforce.

By obtaining the PMI-RMP (Risk Management Professional) certification, an individual will stand out as one of those prized project managers.

This presentation will discuss the necessity for good risk management skills, the benefits of the PMI-RMP certification, and some tips and tricks on how to obtain the certification.

Genius Inside est partenaire de DantotsuPM

Genius Inside est partenaire de DantotsuPM

Image

October 17 – Live Webinar (PMI) – The silver lining of project uncertainties

13 oct

live webinar uncertainties

Uncertainty isn’t a risk to be avoided . . . it’s an opportunity to be exploited.

Genius Inside est partenaire de DantotsuPM

Genius Inside est partenaire de DantotsuPM

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 169 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :