Tag Archives: stress

les bénéfices d’une promenade de 30 minutes pendant la pause déjeuner

25 fév

The Benefits of a Lunch Hour Walk

http://well.blogs.nytimes.com//2015/01/21/stressed-at-work-try-a-lunchtime-walk/ par Gretchen Reynolds

Pour combattre des baisses d’enthousiasme et de concentration dans l’après-midi, faites une promenade pendant la pause déjeuner.

en marchantUne nouvelle étude constate que des promenades du midi même lentes peuvent perceptiblement – et immédiatement – améliorer l’humeur et la capacité des gens à manager le stress au travail.

Ce n’est pas nouveau, bien sûr, que la marche à pied est saine et que les gens qui marchent ou font régulièrement de l’exercice sont plus calmes, plus alertes et plus heureux que les personnes inactives.

Mais beaucoup d’études précédentes sur les effets de la marche à pied et autres exercices physiques sur l’humeur s’étaient concentrées sur des résultats dans le long terme, graduels, en regardant comment des semaines ou des mois d’exercice changent émotionnellement les gens.

Moins d’études ont examiné les changements plus rapides, quotidiens et voire même heure par heure sur l’humeur des gens en fonction de l’exercice physique et moins encore se sont concentrées sur ces effets quand les personnes sont au travail, bien que la plupart d’entre nous passent une majorité de nos heures éveillées dans un bureau.

Aussi, pour cette nouvelle étude, qui a été publiée dans le « Scandinavian Journal of Medicine and Science in Sports », des chercheurs à l’Université de Birmingham et dans d’autres universités ont-ils commencé par recruter des employés de bureau sédentaires dans leur université.

30 minutes de marche pendant la pause déjeuner 3 fois par semaine

volontairesOn a dit aux volontaires potentiels qu’ils devraient être disponibles pour marcher pendant 30 minutes pendant leur pause déjeuner habituelle trois fois par semaine.

La plupart des 56 volontaires étaient des femmes d’âge moyen. Il peut être s’avérer difficile de convaincre des hommes d’adhérer aux programmes de marche, a dit Cecilie Thogersen-Ntoumani, l’auteure principale de l’étude et maintenant professeure de la science de l’exercice à l’Université Curtin à Perth en Australie. La marche à pied peut ne pas attirer beaucoup d’hommes car considérée comme pas assez vigoureuse pour s’en donner la peine. Mais elle et ses collègues ont tout de même convaincu quatre hommes sédentaires d’âge moyen de se joindre à l’expérience.

Les volontaires ont complété une série de tests de santé, d’aptitudes et d’humeur au début de l’expérience, révélant que tous étaient en manque de forme, mais sinon généralement sains physiquement et émotionnellement.

La Docteur Thogersen-Ntoumani et ses collègues ont alors aléatoirement réparti les volontaires en deux groupes, dont l’un devait commencer un programme de marche à pied simple de 10 semaines tout de suite, tandis que l’autre attendrait et commencerait les 10 semaines du programme de marche à pied plus tard, servant en attendant, de groupe témoin.

Partenaire de DantotsuPM

Partenaire de DantotsuPM

Mesure immédiate

measure b&wPour leur permettre d’évaluer les humeurs des gens, les scientifiques ont aidé leurs volontaires à installer une application spécialisée sur leurs téléphones portables qui inclue une liste de questions sur leurs émotions. Les questions ont été conçues pour mesurer les sentiments des volontaires, dans l’instant présent en matière de stress, tension, enthousiasme, charge de travail, motivation, fatigue physique et autres questions liées à comment ils se sentent dans la vie et dans le travail à ce moment précis.

Un problème fréquent avec les études sur les effets de l’exercice physique sur l’humeur est qu’ils comptent sur la mémoire. On demande aux gens de se rappeler des heures ou des jours après les exercices comment l’activité physique les a faits se sentir. Vu combien nos émotions peuvent être passagères et mystérieuses, ces réponses a posteriori sont notoirement incertaines.

Au lieu de cela, elle et ses collègues ont voulu des évaluations dans l’instant des personnes sur comment elles se sentaient avant et après l’exercice. Les questions de l’application téléphonique supportaient cette expérience de façon relativement commode.

Les groupes se sont donc rencontrés et ont marché trois fois par semaine.

Puis, le premier groupe a commencé à marcher. On a permis à chaque volontaire de marcher pendant une de ses pauses du midi, toutes organisées par un leader de groupe et autogérées. Les marcheurs plus lents pourraient aller ensemble, les plus rapides marchant ensemble à grands pas en avant. Il n’y avait ni distance formelle ni intensité prescrites pour les promenades. Le seul paramètre était qu’elles durent 30 minutes car les volontaires avaient confirmé que cela leur laisserait tout de même le temps de déjeuner.

time for questionsChaque journée de travail pendant les 10 premières semaines, les volontaires des deux groupes ont répondu aux questions, matin et après-midi, sur leurs téléphones à propos de leur humeur à ce moment spécifique.

Après 10 semaines, le deuxième groupe a commencé son programme de marche à pied. On a permis au premier groupe de continuer à marcher ou pas comme ils préféraient. Beaucoup ont vraiment continué leurs promenades du midi.

Puis, les scientifiques ont comparé toutes les réponses, tant entre groupes qu’entre chaque personne prise individuellement. Autrement dit, ils ont vérifié pour voir si le groupe qui avait marché avait répondu aux questions différemment l’après-midi que le groupe qui n’avait pas marché et aussi si des volontaires individuels avaient répondu aux questions différemment les après-midis où ils avaient marché par rapport à quand ils ne l’avaient pas fait.

Les résultats

energized b&wLes réponses étaient considérablement différentes quand les gens avaient marché. Pour les après-midis après une promenade de midi, les marcheurs ont dit qu’ils se sont sentis considérablement plus enthousiastes, moins tendus et généralement plus relaxés et plus capables qu’un après-midi quand ils n’avaient pas marché et même par rapport à leur propre humeur le matin d’une promenade.

Bien que les auteurs n’aient pas directement mesuré la productivité au travail dans leur étude, « il y a maintenant une évidence forte que se sentir plus positif et enthousiaste au travail est très important pour la productivité, » selon le docteur Thogersen-Ntoumani. « Donc nous attendrions à que les personnes qui ont marché pendant l’heure du déjeuner soient plus productives. »

Comme autre résultat supplémentaire agréable, tous les volontaires ont démontré des gains dans leurs aptitudes en aérobie et autres mesures de santé à la fin de leurs 10 semaines de marche à pied.

Le « bémol » est l’attitude du management

Petite Bannière CSP

Partenaire de DantotsuPM

Mais, au final, beaucoup ont dit qu’ils se voyaient dans l’incapacité continuer à marcher après la fin de l’expérience et quelques-uns avaient même dû quitter le programme à mi-chemin. L’obstacle principal à leur exercice de la marche à pied avait été « que leur management attendaient d’eux qu’ils continuent à travailler pendant le déjeuner ».

Voici qui suggère que leur management pourrait vouloir se mettre au courant des dernières avancées de la science sur la productivité des personnes !

Autres billets sur cette thématique:

February 18 – Webinar (PMI) – How Project Managers can excel under pressure

13 fév

PMI’s Government Community of Practice offers PMI members a session with Bill Benjamin

PressureLet’s face it—Government Leaders face enormous amounts of pressure. Failing to manage pressure is a significant reason why projects fail. This webinar will explore how the brain functions under pressure and will explore ground breaking research on how Project Managers can excel under pressure and drive engagement, innovation, growth and deliver success in their projects!

Key Learning:

  • Stressed Out And In PainHow to better manage pressure to gain a competitive advantage
  • Research on what the top 10% did to excel under pressure
  • 3 pressure insights that will help you avoid the negative effects of pressure
  • How pressure affects your brain and strategies you can use to perform under pressure
  • Experience sharing / Stories of government leaders and organizations who have managed pressure effectively to succeed

Bill Benjamin, Institute for Health and Human Potential (IHHP), has a rare perspective: he has advanced degrees in Mathematics and Computer Science and 25 years of real world business experience as a senior leader. Bill leverages his experience to take a practical and scientific approach to helping people understand how the brain responds under pressure and how that can help increase leadership and performance.

le « côté sombre » du management de projet par Sabrina Loufrani-Fedida

26 jan

La face cachée du management de projet : stress et risques psychosociaux du chef de projet

Voici le dernier article d’une série de billets proposés par Sabrina (Liste des précédent billet à la fin de celui-ci).

Image courtesy of stockimages at FreeDigitalPhotos.net

Image courtesy of stockimages at FreeDigitalPhotos.net

Nous voudrions terminer notre propos sur la « face cachée » ou le « côté sombre » du management de projet (Asquin et al., 2007). Le management de projet incarne, dans une certaine littérature managériale, le mythe de l’action heureuse, voire exaltante dans les projets entrepreneuriaux.

Le vocabulaire même du management de projet est connoté :

  • le dépassement de soi l’emporte sur le stress,
  • l’animation ou le coaching remplacent l’autorité,
  • le pilotage se substitue au contrôle.

le « côté sombre » des projets existe

Image courtesy of 1shots at FreeDigitalPhotos.net

Image courtesy of 1shots at FreeDigitalPhotos.net

En mode projet, les salariés deviennent des acteurs et sont ainsi renvoyés chacun à l’autonomie dont ils sont censés disposer pour s’impliquer et faire réussir le projet. Ce discours « managérialement correct » interroge : le projet n’est-il pas aussi destructeur de sens, porteur de pathologies et de déstabilisations ? Cette inquiétude est à rapprocher du développement d’une littérature professionnelle et académique, parfois très médiatisée, sur la souffrance au travail. En tant que concentré de vie professionnelle, le projet exacerbe les problèmes connus ailleurs. À partir du recueil et de l’analyse de témoignages d’étudiants en formation continue, et ce, en dehors de leur contexte professionnel, Asquin et al. (2007) montrent que le « côté sombre » des projets existe, qu’il s’agisse des risques individuels liés à l’excès d’implication et d’engagement (acteurs acculés, épuisement professionnel, souffrance psychoaffective), des risques de déstabilisation des identités professionnelles et des risques de précarisation du parcours professionnel. La diffusion du management de projet doit aller de pair avec la compréhension et le contrôle de ses effets sur les acteurs et sur leurs organisations.

Partenaire de DantotsuPM et présent au Tech-Days 2015

Partenaire de DantotsuPM et présent au Tech-Days 2015

Qu’arrive-t-il à ceux qui ne sont pas compétents, qui ne sont plus compétents (c’est-à-dire ceux qui l’ont été) ou qui ont besoin de plus de temps pour le devenir ?

équipe sportive juniorLes référentiels de compétences décrivent, tant bien que mal, des listes ordonnées de compétences, censées contribuer à la réussite des activités impliquées par une fonction managériale de projet (Zannad, 2008). Réduire une situation de travail complexe à une liste de compétences individuelles relève de ce que l’on peut appeler l’effet métonymique. Utilisée sans prise en compte du contexte organisationnel et social, la notion de compétence peut devenir extrêmement réductrice. Une somme de savoir-faire de joueurs ne donne pas une équipe qui gagne. On voit de multiples exemples de personnes compétentes qui, placées dans un environnement social nouveau, n’ont pas pu exercer ces compétences parce que le mode de management, l’organisation ne créaient pas les conditions de la motivation sans laquelle la compétence reste virtuelle.

e=mc2Certains auteurs, inspirés par Albert Einstein, ont utilisé la formule « E = MC² », dans laquelle l’Efficacité humaine est le produit de la Motivation par les Compétences et le développement de la Communication.

De toute façon, une fois les compétences clés des chefs de projet identifiées, que faire de ces données brutes ? Lesquelles privilégier ? Lesquelles sont les plus importantes pour le succès d’un projet ? Quand et comment doivent-elles être employées ? Comment favoriser leur développement ?

Nous remarquons également, à l’instar de Boudès et al. (1997), que peu de travaux se sont intéressés à la compréhension de la dynamique globale du métier de chef de projet. S’intéresser à la dynamique du métier de chef de projet revient à considérer ce métier, ni comme un ensemble de rôles et missions, ni comme la simple somme de connaissances et compétences requises, mais comme une dynamique de production et de développement de nouvelles compétences, génériques et spécifiques, en management de projet.

Partenaire de DantotsuPM

Partenaire de DantotsuPM

(re)lisez cette série de billets:

  1. caractérisation du métier de chef de projet
  2. les multiples rôles et compétences du chef de projet
  3. les compétences génériques en management de projet
  4. quelles sont les compétences de management de projet qui sont spécifiques aux projets complexes ?
  5. des compétences individuelles du chef de projet à la compétence collective de l’équipe projet

19 Novembre – Grenoble – comprendre et gérer l’impact de la virtualisation du travail

25 oct

Le PMI Rhône-Alpes Pôle Grenoble organise ce bel événement sur la Mobilité, flexibilité et agilité des nouveaux Temps Modernes !

 PMIFR_Logo-Pole-GrenobloisComprendre et gérer l’impact de la virtualisation du travail sur le travailleur et l’entreprise

Conférence préparée et présentée par Dr. Cécile Van de Voorde (MANTRA)

à Grenoble INP – Ense, Amphithéâtre A 01, Site Ampère – 11, rue des Mathématiques – Domaine Universitaire – Saint-Martin d’Hères (Tram B et C arrêt Gabriel Fauré et nombreux parkings)

collaborer à travers le monde
Cette conférence sur l’impact de la virtualisation du travail explore l’émergence d’une culture nomade de l’entreprise dans un contexte de mondialisation et de délocalisation accrues. Nous évoquerons les nouveaux usages et besoins professionnels des travailleurs contemporains dans un contexte global fort dynamique et mesurerons les effets d’une virtualisation croissante sur les travailleurs comme sur les entreprises, quelle que soit la taille de la structure.

Après une discussion relative aux avantages, enjeux et risques liés aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, nous analyserons les risques psychosociaux, physiques et environnementaux associés au travail à distance, leur évaluation et leur prévention. Nous examinerons les ravages du mal-être professionnel dans le cadre de politiques de virtualisation mal adaptées ou mal gérées et nous attarderons sur l’accompagnement vers un changement sain et durable ancré dans la flexibilité et l’agilité et favorisant une meilleure compréhension de cette nouvelle réalité du travail.

burnedTrois cas pratiques seront en outre proposés; ils porteront sur la fragmentation des actes professionnels, l’interdiction du travail à domicile chez Yahoo!, ainsi que le burnout au sein une grande multinationale promouvant le télétravail. La conférence conclura sur un plaidoyer pour une approche plus humaine, économique et écologique de la mobilité et la virtualisation du travail.

le Mardi 19 Novembre 2013 à 18h00

  • 17h45 – 18h00 :   Accueil
  • 18h00 – 18h20 :   Introduction: Grenoble INP et  PMI France – Branche Rhône-Alpes
  • 18h20 – 20h00 :   Comprendre et gérer l’impact de la virtualisation du travail
  • 20h00 – 20h30 :   Cocktail offert par le PMI

le stress dans les projets : la boite à outils du préventeur

17 avr

Guillaume Pertinant, consultant et formateur, est passionné par les problématiques de l’audit et du management social en entreprise.

J’ai eu la chance de participer à l’une de ses formations il y a déjà plusieurs années et cela m’a permis de mieux comprendre ce qu’est le stress, ses manifestations et nos moyens pour le gérer le plus efficacement possible.

Guillaume nous propose sur son blog « Un ingénieur chez les DRH » une série d’articles de vulgarisation pour aider celles et ceux qui gèrent le capital humain en entreprise à prévenir les conséquences du stress.

Hors, les projets sont souvent mentionnés comme source de stress. Une série de trois articles intitulée « La boite à outils du préventeur » vous sera utile pour commencer à appréhender ce domaine complexe tant dans la vie professionnelle que personnelle.

Voici les liens vers ces articles :

  1. comprendre le stress
  2. repérer le stress
  3. identifier les causes du stress

DCRH LogoTout récemment, Guillaume a produit un logiciel décisionnel RH, DeciRH, pour la Qualité de Vie au Travail et la prévention des risques sociaux-économiques. Il a déjà reçu le prix du développement durable le plus rapide sur 2 ans du pôle de compétitivité mondial SCS début 2013 dans le concours « promotion de l’innovation » !

Écoutez-le nous présenter cette plate-forme logicielle. DéciRH est le premier logiciel décisionnel RH en mode SAAS pour La Qualité de Vie au travail et la Prévention des risques sociaux économiques (absentéisme, pénibilité, RPS, roulement du personnel, etc.).

Merci Guillaume.

16 avril – Paris – RISQUES PSYCHO-SOCIAUX: MANAGERS, VICTIMES ou BOURREAUX ?

2 avr

Le PMI – Chapitre Paris Ile de France vous invite à participer à sa soirée sur ce thème à 18h00 à la l’Espace Saint Martin –Salle Nicolas Roerich– Metro/RER Chatelet.

- 18h00 : Accueil à l’espace Saint Martin.

travailler à armes égales- 18h30 : Marie Pezé, auteure du livre  « Travailler à armes égales »

A l’heure où les entreprises, par obligation (risques juridiques, financiers, d’image,…) ou par prise de conscience (Responsabilité Sociale, Entreprise citoyenne, Climat social,…) se penchent de plus en plus sur les  risques psycho-sociaux, la question peut être posée de la responsabilité, directe ou indirecte, du management dans cette problématique. Les managers sont-ils les moteurs, les acteurs, les victimes, de cette problématique pour les entreprises comme pour ses salariés ?

Et peuvent-ils être l’une des  solutions ?

Le management équitable est-il une réponse, en ce qu’il replace l’humain au centre de l‘activité  sans méconnaître l’économique et l’écologique ?

20h30 : Rencontrez vos pairs autour d’un verre et discuter avec les membres du bureau.

Les inscriptions se font sur le site Internet du PMI Chapitre Paris Ile-de-France.

Note : Cette soirée rapportera 2 PDU aux PMPs.

CSP Formation

Partenaire de DantotsuPM

le chef de projet = « capitaine de pédalo dans la tempête » ou bien « calme dans l’oeil du cyclone »?

27 nov

Calm in the Eye of the Storm

http://www.pmhut.com/calm-in-the-eye-of-the-storm par Gary Hamilton, Gareth ByattEt Jeff Hodgkinson

Les chasseurs d’orages sont des professionnels (ou devraient l’être) qui surveillent les tornades et les ouragans pendant les mois d’été dans le sud et le Middle West des États-Unis. Leur but est de s’approcher suffisamment d’une tornade pour la photographier et la filmer sans se faire mal. Certains le font pour le frisson, tandis que d’autres poursuivent des tempêtes pour des buts légitimes de recherche. Bien que la plupart soient formés et expérimentés dans ce qu’ils font, ils ne peuvent nullement contrôler la direction que prendra la tempête (les tempêtes peuvent subitement virer dans une nouvelle direction sans avertissement). Une façon de voir la situation est comme un très important jeu ‘du chat et de la souris ‘ le jeu, avec les participants risquant des blessures ou même la mort s’ils sont pris sur le chemin de la tempête. Pour atténuer les risques, prenez les chasseurs d’orages comptent sur des informations (telles que des données sismiques et des prévisions météorologiques), utilisant technologies modernes et jugements d’experts pour la planification et l’exécution de leur travail.

En quoi cela a-t-il un rapport avec le management de programme et de projet ?

Eh bien, à part des dangers évidents auxquels sont confrontés les chasseurs d’orage, on pourrait dire que ces professionnels font face à un haut degré de complexité et d’ambiguïté, tout comme beaucoup de directeurs de projets et de programmes. Il y a une autre similitude sur laquelle nous établirons une comparaison, qui est en rapport avec la structure interne de la tornade. À l’intérieur des tornades/ouragans que les chasseurs poursuivent, il y a un environnement calme connu comme « l’œil du cyclone ». En tant que chef de programme ou de projet, vous devez hypothétiquement vous garder vous-même et votre équipe dans un environnement calme, même si et quand des complications sérieuses surgissent et des événements chaotiques divers ‘tourbillonnent’ autour de vous. Quels approches et actions pouvez-vous prendre pour protéger votre équipe du chaos et vous assurer qu’ils restent dans l’œil calme de la tempête quand les temps sont difficiles ?

Bien que chaque situation sur un programme ou un projet soit différente, ci-dessous sont nos suggestions de principes pour traiter avec les situations difficiles sur projets et programmes, collectés dans notre expérience combinée :

  • Suivez les plans

Suivre le tracéAu début du programme ou du projet, sous vos conseils, votre équipe aura développé plusieurs plans de projet (Risque, Communication, échéancier, Succès, Coût, Mise en œuvre, Itération, Qualité, Formation, peut-être de Sécurité, etc.) qui, au moment où ils ont été créés, étaient la meilleure évaluation de votre équipe du travail à faire et de comment il devrait être exécuté. Nous supposons aussi que vos clients et parties prenantes ont approuvé vos plans pour que vous puissiez commencer à les exécuter. Il est important de continuellement se référer à ces plans comme votre ligne de base pour documenter les écarts ou les détours. Des choses même simples, comme le suivi des dates de jalon et la mise en visibilité des jalons manqués ou modifiés sont importantes pour le management des plans. Par exemple, si un jalon est manqué, gardez-le dans le document mais marquez-le comme ‘loupé’ et insérez la nouvelle date au-dessous du jalon original, ou redéfinissez les bases dans l’échéancier pour refléter tant la date acceptée précédemment, que la nouvelle. Cette approche gardera toutes les parties prenantes conscientes et en accord avec le plan versus la réalité.

  • communiquez de manière non émotive

crier s'énerverIl est largement accepté que la communication représente 90% du management de projet. Nous pensons que comment les communications sont délivrées (le média, le ton et l’expression) est autant, sinon plus, crucial que ce qui est communiqué. En focalisant votre équipe et parties prenantes, pour qu’elles restent dans l’œil de la tempête, nous croyons qu’il vaut mieux suivre quelques principes clés que nous récapitulons ci-dessous :

  • Traitez des faits, pas des avis et opinions.
  • Récapitulez les détails appropriés en fonction des niveaux de direction.
  • Gardez une communication opportune, précise et de grande qualité.
  • Suivez un modèle – habituez les gens à vos communications.
  • Présentez les impacts et alternatives de Programme/Projet aux parties prenantes clés. (pas seulement, « voici les problèmes »)
  • Ne vous concentrez pas sur qui blâmer si les choses vont mal – concentrez-vous sur des solutions (c’est-à-dire, des options analysées et votre recommandation).
  • Les autres suivront votre exemple

tribu, suiveursEn toutes circonstances, ‘ Restez Calme ‘. Si vous, le leader de l’équipe, commencez à hésiter ou vous décomposer, cela aura un effet en cascade partout dans votre équipe. De plus, vos parties prenantes et vos clients continueront à croire au succès de l’équipe si la confiance transpire des communications d’équipe. Laissez les gens décharger leurs émotions quand nécessaire (quand cela est nécessaire et dans le bon environnement – la négativité devrait être contrôlée). Donnez du temps pour se défouler peut ne servir aucun autre but que relâcher un peu la pression ou le stress  mais sera apprécié plus tard.

  • Concentrez-vous sur les dates des jalons majeurs

‘ Gardez l’œil sur les coûts’ mais rappelez-vous que récolter les bénéfices définis sont la raison pour laquelle votre programme ou projet existe et continuer donc à avancer vers la date de jalon suivante. Y parvenir augmentera la confiance de chacun et vous pourrez alors faire une analyse d’impact sur les changements des lignes de référence.

  • 80/20 Décision

80/20N’attendez pas tous les faits pour prendre une décision informée. Quand vous avez les informations suffisantes agissez. Oui, c’est un peu un pari, mais retarder l’action peut aussi avoir le même impact négatif. Ceci est où l’expérience, l’instinct et les tripes entrent en jeu. Indépendamment de comment tournent les choses au final, c’était la bonne action à engager à l’époque. Parfois cela peut générer des erreurs, mais vous apprendrez de toute erreur commise. En restant concentré sur ce que vous devez faire, vous arriverez au bout.

  • Clairement définir succès par rapport au temps

Si les bénéfices évoluent pendant l’exécution du programme/projet, prévenez la partie prenante appropriée et les clients en conséquence afin qu’ils ajustent leurs attentes. Assurez-vous qu’ils veulent continuer l’effort. Acceptez l’arrêt du projet si on en arrive à un point auquel les coûts (pas seulement financiers) dépassent les bénéfices. Capturez toujours et documentez les leçons apprises et définissez comment les partager pour que de nouveaux programmes et projets les prennent en considération.

Pour conclure, rappelez-vous que, comme directeur de programme/chef de projet, vous êtes le leader et votre équipe aura tendance à imiter vos actions, particulièrement pendant une crise ou en période de stress. Suivez les basiques de comment résister à la pression et restez ‘calme dans l’œil du cyclone’ pour votre équipe. Souvenez-vous, votre programme ou le projet est un effort provisoire et ‘il passera aussi’. Nous espérons que vous mettrez une copie de ce bref article dans votre dossier de crise ou votre registre de risque pour future référence au cas où vous en auriez besoin.

Nous voudrions vraiment recevoir de vos nouvelles si vous avez un retour d’information ou une histoire à raconter sur ce sujet.

Méta Projets Management

Partenaire de DantotsuPM

l’étonnant pouvoir d’être présent

19 mar

The Amazing Power of Being Present

http://zenhabits.net/mindful/ billet écrit par Leo Babauta.

« Marchez comme si vous embrassiez la terre de vos pieds. » Thich Nhat Hahn

Comment pouvez-vous apporter calme et paix au milieu d’une journée stressante et chaotique ?

La réponse est simple, bien que pas toujours facile à mettre en pratique : apprenez à être présent.

Peu importe combien votre journée est hors contrôle, peu importe à quel point votre travail ou votre vie deviennent stressants, l’acte d’être présent peut créer une oasis. Cela peut changer votre vie et c’est incroyablement simple.

Quand j’ai demandé aux personnes quelles choses les empêchaient d’avoir une journée paisible, voici quelques-unes de leurs réponses :

  • Travail, Internet, mon propre cerveau reptilien.
  • Médias sociaux et autres distractions numériques.
  • Pour moi c’est trop de choses qui m’arrivent subitement. Que ce soient des nouvelles, des décisions, ou du travail à faire.
  • Mes quatre enfants.
  • Vaisselle, Lessive, Enfants.
  • Interruptions inutiles.
  • Manque de contrôle. Je travaille dans l’informatique et souvent des choses « urgentes » surviennent qui ont besoin d’être examinées/réparées immédiatement (selon leur définition, pas nécessairement la mienne).
  • Mes propres pensées.

Chose étonnante : tous ces problèmes peuvent être résolus par une technique. Être présent.

Comment être présent résout-il ces problèmes ?

Quand vous regardez tous les problèmes ci-dessus, vous pouvez voir si vous les regardez de près que ces problèmes sont entièrement dans leurs esprits. Bien sûr, il y a des forces externes : un flux de travail incontrôlable, le stress d’enfants et de tâches ménagères et des interruptions et distractions numériques. Mais c’est comment notre esprit traite ces forces externes qui est « LE » problème.

Si vous êtes complètement présents, les forces externes ne sont plus un problème, parce qu’il y a seulement vous et cette force externe dans l’instant présent et pas un million d’autres choses vous devez vous inquiéter.

discussion avec un enfantSi votre enfant vous interrompt, vous pouvez être stressé parce que vous avez d’autres choses dont vous inquiéter et maintenant votre enfant ajoute à vos soucis ou interrompt votre calme. Ou bien, vous pouvez être présent et il y a alors seulement vous et l’enfant. Vous pouvez apprécier cet enfant pour qui il est et être reconnaissant d’avoir ce moment avec lui.

Si votre travail exige que vous vous concentriez sur une tâche urgente, vous pouvez stresser de parce que vous avez un million d’autres choses à faire et pas assez de temps pour les faire. Ou vous pouvez être présent, vous concentrer complètement sur cette tâche et maintenant il n’y a qu’une tâche et vous. Quand vous avez fini, vous pouvez passer à la tâche suivante.

Les médias sociaux et autres distractions numériques ne nous interrompent pas si nous les fermons et apprenons à nous investir complètement dans la tâche présente. Et si nous devons envoyer du courrier électronique, twitter, ou lire des blogs, nous pouvons mettre de côté tout le reste et être présent seulement avec cette tâche numérique.

Être présent devient, alors, une façon de traiter tout problème, toute distraction, tout élément stressant. Cela permet à tout le reste de disparaître, vous laissant seulement avec ce que vous traitez en ce moment.

Comment pratiquer « être présent » ?

La méthode pour être présent est assez simple, mais c’est la pratique qui importe le plus.

La plupart des personnes n’apprennent pas à être présentes parce qu’elles ne pratiquent pas suffisamment, pas parce que c’est difficile à faire.

Quand vous pratiquez quelque chose régulièrement, vous y devenez bons. Cela devient plus une façon d’être qu’une tâche sur votre liste de choses à faire.

Pratiquez, pratiquez et être présent deviendra naturel.

se concentrer sur une tâcheVoici comment faire : quoi que vous fassiez, en ce moment, apprenez à vous concentrer complètement sur faire cette chose. Prêtez-y réellement attention : à chaque aspect de ce que vous faites, à votre corps, vos sensations, vos pensées.

Vous remarquerez que vos pensées, si vous n’y prêtez attention, sautent vers d’autres choses. C’est OK, n’essayez pas de faire sortir toutes les autres pensées de votre esprit). Mais en prenant conscience de ces sauts dans vos pensées, vous avez trouvé l’outil pour doucement retourner à votre tâche présente. Remarquez simplement ces pensées divergentes et revenez tranquillement.

Faites-le une fois, puis faites-le de nouveau. Ne vous inquiétez pas de combien de fois vous devez le faire. Faites-le.

Cela peut devenir fatigant au départ, si vous n’y êtes pas habitués. Ne vous en inquiétez pas. Reposez-vous si vous fatiguez. Revenez et pratiquez de nouveau dans un moment. Il ne s’agit pas de s’épuiser, au contraire vous devriez remarquer combien vos soucis s’envolent et vous appréciez beaucoup plus votre tâche présente.

Prenez de la joie dans ce que vous faites, reconnaissant de pouvoir faire cette tâche et appréciant entièrement chaque petit mouvement et la sensation tactile de la tâche. Vous apprendrez que tout peut être une expérience étonnante, tout peut être un miracle.

Pratiquez pendant votre journée, chaque jour. De petits « signaux de rappel à l’attention » sont utiles pour vous rappeler de revenir dans l’instant présent. Thich Nhat Hanh a un jour indiqué que les feux de signalisation sont votre rappel à être attentif quand vous conduisez. Vous pouvez trouver des signaux à être attentif partout : la voix de votre enfant, vos collaborateurs apparaissant devant vous, un message sur votre ordinateur, le bruit de la circulation.

La méditation est une façon fantastique de pratiquer, simplement parce qu’elle supprime beaucoup de la complexité du monde et vous permet de juste apprendre à être conscient de votre esprit et vous ramener au moment présent. Ce n’est pas compliqué : la méditation peut être faite n’importe où, n’importe quand. Un professeur de méditation est utile si vous pouvez en trouver un.

Pratiquez, à plusieurs reprises, en petites et belles étapes faciles. Chaque étape est un étonnement en soi et chaque opportunité de pratiquer vous aide à trouver le calme au milieu des encombrements de votre vie.

Buvez votre thé lentement et respectueusement, comme si c’est l’axe
Sur lequel tourne la terre – lentement, régulièrement, sans
vous précipitez vers l’avenir. Vivez le moment présent.
Seul ce moment est la vie. Thich Nhat Hanh

CSP Formation

Partenaire de DantotsuPM

31 Janvier – Paris Ouest – Faire face aux tensions, gestion du stress, gestion des conflits

2 jan

PMI Ile de FranceSoirée PMI Paris Île-de-France antenne Ouest: «Faire face aux tensions, gestion du stress, gestion des conflits»

Conférence de Michèle VAYN Consultante en management, prise de décision et gestion du risque.

Michèle fera un état des lieux sur la gestion du stress et des conflits ainsi que les hypothèses de communications. Puis présentera quelques clés pour prendre du recul et modifier la situation.  Après la prise de conscience, quels sont les choix possibles ? étude d’un mini cas didactique.

Après un DES de Sciences Économiques, DECS et MBA INSEAD, Michèle Vayn s’investit dans un premier temps dans un cabinet d’expertise comptable. Ses expériences à l’international la renforcent dans l’idée que les hommes et les femmes sont les éléments clés de la réussite des entreprises, notamment par la qualité de leurs décisions et de leur gestion des risques. Formée aux Ressources Humaines en France et aux USA par une approche pluridisciplinaire, bilingue en langue anglaise, elle est membre associé de la SF Coach. Elle intervient dans le secteur privé et public auprès d’entreprises de services : SSII, Maintenance, transports, AP-HP, cabinets d’avocat,…

Lieu : Alcatel-Lucent – 7-9 avenue Morane Saulnier 78140 Vélizy-Villacoublay

Inscriptions ici.

tenir le choc pour les chefs de projets

19 déc

Coping Mechanisms

http://philipdiab.com/2011/07/coping-mechanisms/ par Philip R. Diab

Je viens de voir le statut d’un collègue sur sa page Twitter qui disait « achevez-moi tout de suite » en référence à certains problèmes avec un client. Cela me rappelle que le management de projet peut être une activité très irritante. Si le PM traite avec des clients difficiles ou des parties prenantes peu conciliantes, il est souvent sage de rester relax sous la pression afin de ne pas mettre en danger le projet. En plus de la planification efficace et d’un contrôle des changements approprié, le PM doit apprendre à gérer le stress. La pression qui est mise sur nous peut causer notre explosion et, si nous ne développons pas de mécanismes de gestion robustes, nous pourrions finir par agresser certaines personnes (des membres de l’équipe ou des clients externes).

Aussi, en l’honneur de certaines des frustrations que nous rencontrons sur des projets, voici mes meilleures stratégies pour interagir avec les personnes et situations difficiles.

  1. Souriez face à adversité. Même si cela fait mal en réalité, vous forcer à sourire aidera en fait à soulager la tension.
  2. Criez si vous le devez, mais pas devant les autres. Une amie qui a un enfant de 2 ans a pris l’habitude de demander à son garçon si elle doit l’amener dehors pour crier et faire sortir un peu de sa tension. Ainsi, au lieu de crier à l’intérieur dans un restaurant, ils marcheront à l’extérieur et le garçon criera. Trouvez un endroit où vous pouvez émettre un cri perçant sans risque.
  3. Ne faites rien. Parfois vous pourriez avoir envie d’envoyer un courrier électronique ou de prendre une décision dans l’instant, juste vous sentir mieux. J’ai constaté que ces décisions et courriers électroniques hâtifs vous feront vous sentir bien pendant 3 secondes mais que vous aurez toute la vie pour les regretter. La meilleure chose à faire est de ne pas faire quoi que ce soit pendant quelque temps. Laissez-vous refroidir pendant un moment avant d’envoyer ce courrier électronique ou de prendre cette décision.
  4. Dormez dessus. Si le problème peut attendre, reportez les choses d’une journée pour que chacun ait une chance de se calmer.
  5. Donnez-le à quelqu’un d’autre. Laissez une autre personne de l’équipe traiter avec cette personne difficile si le problème est urgent et cela ne peut pas attendre.
  6. Trouvez un défouloir. L’exercice peut être la meilleure façon d’extérioriser le stress.
  7. Distrayez-vous. Trouvez autre chose à faire pour permettre à votre esprit de penser à une activité différente. Pour certains cela peut être la lecture, d’autres pourraient jouer à un jeu sur Xbox/Playstation, ou naviguer sur Internet. Si vous continuez à penser au problème il est difficile de lâcher prise.
  8. Écoutez avant de parler. Cela ne peut marcher que si vous êtes assez calme et pas sur le point d’envoyer de violents coups de poing. Dans ce cas, laissez l’autre personne dire ce qu’elle a à dire, mais lui demander d’écouter votre point de vue.
  9. Pensez à quelque chose d’agréable. Ce peut être vos vacances ou vous imaginer que vous vous trouvez loin de ces personnes difficiles. Essayez d’imaginer un meilleur moment et emplacement que celui dans lequel vous êtes.
  10. Étreignez une personne aimée. Même les professionnels peuvent bénéficier d’une étreinte de leur enfant pour leur rappeler combien ils sont appréciés.

Comme je l’ai dit : le monde du management de projet peut en effet être irritant. La différence entre un résultat positif ou négatif peut souvent dépendre de notre maîtrise de nous-mêmes pendant des situations difficiles. J’ai occasionnellement perdu mon calme (plus souvent que je n’aime l’admettre) mais les stratégies ci-dessus m’ont aidé de temps en temps à gérer des périodes stressantes.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 236 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :