Tag Archives: virtual project teams

11 Février – Montréal – La performance et la culture des équipes virtuelles

25 Jan

Alors que le monde devient plus connecté, les entreprises travaillent de plus en plus en équipes virtuelles dispersés partout dans le monde.

Adina Gottardi

Adina Gottardi

Construire des équipes virtuelles de haute performance présente aux gestionnaires des défis particuliers qui ne sont pas présents dans les équipes en face-à-face. Les sujets traités comprennent l’effet de levier talent, les processus de groupe, la communication dans un monde virtuel, en travaillant dans un environnement mondial, et de motiver des groupes culturellement diversifiés.

Travailler en équipe virtuelle est un défi pour les membres de l’équipe et des gestionnaires de projets ainsi. La présentation expliquera la dynamique d’équipe virtuels basés sur des études de cas présentées dans de grandes universités (Harvard, MIT) et l’attention de canal sur l’avenir des équipes virtuelles et les défis qui viennent avec eux:

  • globe

    Les sites distants

  • Différents fuseaux horaires
  • La différence culturelle
  • Différents éthique de travail
  • Vacances
  • Les femmes au travail dans certains pays en développement

Une courte vidéo, créé par mes collègues de l’Université de Harvard, sera présenté pour décrire les différences culturelles dans une équipe virtuelle.

Les équipes virtuelles ont des avantages énormes dans certains domaines qui seront également explorés dans la présentation.

collaborer à travers le mondeQuelle dynamique pour la création d’équipes virtuelles de haute performance ? Comment tirer parti des talents ? Comment adapter la communication dans un monde virtuel, en travaillant dans un environnement mondial, et comment motiver des groupes culturellement diversifiés ?

Avoir des membres de l’équipe virtuelle accommodants et manager la performance de l’équipe virtuelle se révèlent être certaines des zones les plus difficiles et les négligées dans la gestion des personnes.

Conférencière : Adina Gottardi est une gestionnaire de projet, ayant travaillé dans les équipes virtuelles dans le secteur privé et le gouvernement.

CSP Formation

Partenaire de DantotsuPM

un cadeau de Noël de la part de « Speak Better, Feel Great TV » pour améliorer votre anglais

23 Dec

Un « starter pack » pour le « small talk » en cadeau de Noël pour les lecteurs de DantotsuPM, le blog du management de projet.

Juste avant de rentrer aux USA pour aller voir sa famille (et trouver de l’inspiration pour de futures articles et vidéos !), Christina Rebuffet, que je remercie, a créé un « starter pack » gratuit pour le « small talk » à partager avec vous, lecteurs de DantotsuPM.

accéder au pack gratuit

accéder au pack gratuit

Ce pack contient 3 vidéos accompagnées de leurs fiches de vocabulaire et astuces sur les sujets suivants :

  1. Démarrer une conversation en anglais,
  2. Décrire la carte d’un restaurant à son visiteur étranger
  3. Décrire le vin, un grand sujet pour beaucoup de français ;-)

Voici le lien pour pouvoir accéder au pack : http://christinarebuffet.com/successful-small-talk-optin/

Merci Christina and « Merry Christmas » or « Happy Holidays » or « Season greetings » , as you prefer :-) !!!

15 Décembre – Montpellier – La gestion des équipes distribuées

3 Dec

La Branche Languedoc-Roussillon du PMI France vous invite à assister à cette conférence sera animée par Ken Tomlinson, le président de PMI France.

Ken Tomlinson

Ken Tomlinson

Cet événement aura lieu le Mardi 15 Décembre 2015 de 18h00 à 20h00 dans les locaux de DELL Montpellier. L’événement est gratuit et sera dispensé en Français.

Comment vous inscrire ?

Merci de suivre ce lien http://pmi-france.org/branches/languedoc-roussillon/conferences

Attention, toute personne non inscrite sur la liste remise avant jeudi 10 décembre 12h00 ne pourra pas recevoir de badge et donc accéder au site.

Nous vous indiquerons la marche à suivre dans le mail de confirmation d’inscription.

Pour les membres du PMI, vous pourrez réclamer 2 PDUs pour la participation à cette conférence. Le code PDUs vous sera communiqué ultérieurement.

Sujet de la conférence

PMIFR Languedoc RoussillonLa dispersion des équipes devient une réalité de plus en plus fréquente aujourd’hui pour les chefs de projets. Gérer une équipe distribuée nécessite d’utiliser des techniques traditionnelles de management mais aussi nécessite de porter beaucoup plus son attention sur la gestion des membres de l’équipe, des parties prenantes, la communication et la gestion des conflits

Ken vous présentera à travers son expérience les clés pour réussir son projet au sein d’équipes distribuées.

Three Globes Showing ContinentsIl abordera à partir de son expérience professionnelle et au sein du PMI, d’études sociologiques et d’exercices de groupe les moyens pour le chef de projet de devenir un réel leader au sein de son équipe, d’être connu et reconnu des membres ; mais aussi sur le besoin de donner à chacun une place au sein du groupe, la possibilité de participer, de coopérer et améliorer le fonctionnement de l’équipe tout en respectant les différences de chacun.

CSP Formation

Partenaire de DantotsuPM

9 Décembre – Orléans – Management d’équipes multiculturelles à distance + Mind Mapping

26 Nov

Le Management de Projet vous passionne, c’est votre métier, ou vous êtes intéressés.

PMI-France (Région Centre) organise sa 2ème soirée thématique animée par 2 intervenants de renom à ORLEANS. Découvrez leProject Management Institute, ses activités à l’échelle nationale et au plus près des régions, mais également la présentation des différentes certifications proposées.

« Le Management d’équipes multiculturelles à distance» par Fariba TAVAKOLI

Fariba TAVAKOLI

Fariba TAVAKOLI

Aujourd’hui, au sein des organisations internationales, tout manager ayant plus de 10 personnes sous sa responsabilité doit se préparer à diriger virtuellement des équipes multiculturelles constituées de membres dispersés dans différents pays. Ces leaders font face à des défis très particuliers spécifiques à la direction d’équipes à distance. Comment assurer une performance maximale de la part d’une équipe que vous rencontrez rarement ? Comment faire naître et entretenir une véritable cohésion d’équipe lorsque les membres ne travaillent pas sur le même site ? Comment maîtriser l’art de la communication virtuelle? Comment diriger à la fois des équipes internes à votre organisation, et des intervenants extérieurs ? Comment faire face à tous ces défis lorsqu’il s’agit de motiver et de mener des personnes d’horizons culturels diverses et variés ?

« Présentation des techniques de Mind mapping via le produit Mindview pour planifier son projet» par Marc CANTAINMatchware,

mindview mapPour clôturer cet évènement, un cocktail vous sera offert et permettra de rencontrer des professionnels impliqués dans la gestion de projet.

Ne manquez pas cette rencontre en  bloquant la date dès aujourd’hui !

Inscrivez-vous en ligne

CSP Formation

Partenaire de DantotsuPM

Recherche de cas d’usage? Pensez communautés!

12 Nov

Looking for use cases? Communities! par Campana & Schott

http://www.campana-schott.com/us/company/ceo-blog/blog-detail/looking-for-use-cases-communities/

La question cruciale pour la mise en œuvre de solutions techniques ou organisationnelles pour la collaboration sociale est: Quels sont les scénarios business pertinents d’application (les cas d’usage) ?

La conférence « Mitarbeiterportale 2015 » ( Portails collaborateurs 2015), a mis en évidence une tendance étonnamment claire : presque tous les experts et consultants en présence ont reconnu que la promotion et le support des communautés crée une valeur majeure pour les sociétés. Les discussions pendant la conférence ont aussi révélé un autre aspect : beaucoup de sociétés planifient déjà des projets très concrets de mise en œuvre. Les communautés existent déjà dans environ la moitié des sociétés, mais la plupart d’entre elles n’ont pas la capacité de mettre en œuvre des solutions techniques ou organisationnelles avancées. L’autre moitié des sociétés est toujours dans l’étape initiale, avec l’intention de créer des communautés.

8 - Xavier Trottin - Collaboration socialeQue sont les communautés ?

Businesspeople on Chess Board --- Image by © Royalty-Free/Corbis

Businesspeople on Chess Board — Image by © Royalty-Free/Corbis

Les communautés se réfèrent à des groupes plutôt libres de collaborateurs et d’experts qui travaillent sur les mêmes questions ou objectifs, mais viennent souvent de différentes divisions et sites de la société. Les formes plus traditionnelles sont des communautés homogènes, par exemple des communautés dans lesquelles des développeurs pour les ressources humaines de pays différents peuvent échanger des informations, ou du personnel marketing de différentes divisions de la société communiquent les uns avec les autres. À cet égard, des communautés hétérogènes consistant de membres exécutant des rôles très différents et provenant de beaucoup de services différents offrent encore plus de potentiel (d’innovation).

Les exemples de succès de communautés

Imaginez que des ingénieurs de développement, des contrôleurs, des chefs de produit, du personnel de ventes et des experts de production se rencontrent sur une plate-forme et l’utilisent pour partager, compléter ou étoffer leurs idées sur une nouvelle technologie de transmission (comme c’est le cas chez l’un de nos clients automobiles). Cet environnement plutôt peu structuré et informel a significativement raccourci le temps requis pour transformer des idées techniques en composants produit prêts à être commercialisés et profitables.

e-learningAutre exemple : Chez un grand client dans la logistique, CS gère l’initiative stratégique la plus importante dans la société : la mise en œuvre de la transformation numérique. Dans ce cas, les collaborateurs font face à un défi particulier lorsqu’il s’agit de collaboration à cause de la complexité élevée, du degré d’innovation et des pressions considérables sur le facteur temps. En plus de la direction de programme agile, qui a été définie par CS, la société compte maintenant sur une nouvelle forme de collaboration : une communauté spécifique au programme. L’objectif de la communauté est d’assurer que l’analyse de nouvelles données clients, de nouvelles opportunités techniques, de nouveaux modèles de facturation, etc. peuvent être disséminés plus rapidement et traités à travers de multiples services. Cette communauté ajoute une plate-forme interne pour le développement collaboratif de nouvelles idées / une extension collaborative du modèle économique aux structures existantes de projets.

Modèle de Mise en œuvre pour les Communautés

La collaboration sociale combine des solutions techniques avec des solutions organisationnelles de façon à ce que la collaboration humaine dans les sociétés soit significativement améliorée. Ceci ne fonctionne qu’avec une préparation bien ciblée. Dans ce contexte, le support aux communautés implique les étapes concrètes suivantes :

  1. time for questionsQuels sont les personnes, experts et groupes visés au sens large ? Qui doit être inclus et connecté ?
  2. Quels sont les besoins et la communication actuels ?
  3. Qu’est-ce qui doit être renforcé et étendu ? Qu’est-ce qui est ajouté ?
  4. Quels composants techniques peuvent être utilisés dans ce but ?
  5. Des solutions existantes peuvent-elles être utilisées en tant que réseaux sociaux, ou des solutions dans le « cloud » sont-elles une meilleure option ?
  6. Quels composants logiciels sont utilisés pour la phase de démarrage et qu’ajoutera-t-on plus tard ? Ici aussi, nous recommandons une approche strictement itérative :
  7. Par exemple, le processus peut être commencé avec des profils d’experts (des pages de profil)
  8. Une fois que ceux-ci sont adoptés, un forum d’évaluation et de discussion autour de nouvelles idées peut être ajouté
  9. Un flux d’activité peut être configuré une fois qu’un certain volume a été atteint sur les questions pertinentes
  10. Qui peut être désigné comme le Manager de Communauté ? Cette personne, qui a la responsabilité globale, est nécessaire pour maintenir la circulation des échange et intégrer activement de nouveaux membres.
  11. L’échange d’informations marche-t-il vraiment ? Il y a plusieurs instruments disponibles pour mesurer l’utilisation – par exemple, de bonnes combinaisons sont l’analyse anonyme du nombre et du périmètre professionnel des membres actifs et du volume d’activité, complété par des enquêtes auprès des utilisateurs réguliers.
Campana & Schott est partenaire de DantotsuPM

Campana & Schott est partenaire de DantotsuPM

Perspective

La collaboration sociale n’est pas gratuite. La mise à disposition de support technique et organisationnel pour des communautés implique certains coûts bien réels. Mais si de telles communautés sont clairement alignées sur les clients et le modèle économique, la collaboration sociale apporte un impact business presque par elle-même.

19 Novembre – Webinar – Conduire et motiver une équipe internationale

10 Nov

« Conduire et motiver une équipe internationale (contexte interculturel) »

Vous voulez optimiser votre travail au quotidien ou encore devenir un vrai Manager international ?

Le PMI France vous propose un séminaire en ligne sur le pilotage des équipes à l’international en tenant compte des différentes cultures.

La dimention "Power Distance"

Ne manquez pas les 5 dimensions culturelles proposées et analysées par Geert Hofstede (cliquez sur cette image)

Le management interculturel est un nouveau type de management dans le sens où il consiste à prendre en compte les différences culturelles à la fois dans l’entreprise et avec les partenaires étrangers. En moins de dix ans et en raison des échecs vécus à l’export, le management interculturel est devenu une préoccupation majeure de beaucoup d’entrepreneurs.

Il est vrai que face à une autre culture que la nôtre, nous sommes souvent démunis vis à vis des règles de jeux culturelles que nous ne maîtrisons pas et qui ne sont écrites nulle part…

Il y a bien sûr le facteur de la langue, mais il y a aussi et surtout les facteurs sociaux, les usages, la relation au temps, à l’espace, la communication non verbale, les modes d’intégration cognitifs et tous ces éléments qui semblent suivre un autre cheminement.

La vie est donc loin d’être un fleuve tranquille pour intégrer l’ensemble de ces paramètres interculturels !

dans les rapides l'équipe est la cléQuoiqu’il en soit, l’internationalisation des entreprises et la globalisation des marchés ont forcé les hommes à mieux se comprendre et à mieux s’accepter. C’est là une véritable richesse de la diversité qui est en train de se créer et qui impacte toutes les cultures. A l’entreprise maintenant de savoir se former pour en tirer parti !

Au sommaire de ce webinar:

  1. Qu’est-ce que la motivation
  2. Intégrer la culture de ses collaborateurs
  3. Comprendre la notion de variables culturelles
  4. Piloter en intégrant ces deux éléments.

Intervenant : Laurent Goulvestre, Directeur Grands Comptes chez Publicis mais aussi facilitateur interculturel pour de grands groupes français.

Si en France « Le changement, c’est maintenant ! :-) », pour les Américains : “Change is the only constant”

14 Sep

L’attitude américaine face au changement

Empire State BuildingPour les Américains, le changement est un mode de vie. On dit même que “Change is the only constant.” Si la citation est attribuée au philosophe grec Héraclite, c’est aussi un dicton bien ancré dans la mentalité américaine. En général, la “menace” du changement n’intimide pas les Américains. Le changement n’y est pas forcément considéré comme une menace, juste l’évolution naturelle des choses.

Les Américains ne rejettent pas d’emblée les nouvelles propositions, ils sont toujours prêts à leur donner une chance.

Ils ne sautent pas forcément de joie à chaque annonce de changement. Ils n’apprécient pas non plus de devoir tout réapprendre et de perdre du temps à se réapproprier des nouveaux outils, pas plus qu’un autre peuple. Mais, ils acceptent que le changement est inévitable et probablement pour le meilleur. La transition est une étape à passer, mais tout sera probablement mieux après.

La nouveauté est généralement perçue comme une amélioration de l’existant.

Image courtesy of mrpuen / FreeDigitalPhotos.net

Image courtesy of mrpuen / FreeDigitalPhotos.net

Dans la réalité, même si ceci ne s’avère pas toujours vrai, cela fait partie de la quête du progrès. Si l’on ne change pas, on ne s’améliore pas, c’est sûr et certain. Vous avez peut-être déjà entendu votre collègue américain dire : “Si le premier changement ne convient pas, on changera de nouveau, mais au moins on aura essayé”

Ceci explique, en partie, pourquoi un Américain ne cherche pas forcément la perfection ; le “good enough” (assez bon ou suffisant) est satisfaisant pour commencer. Pourquoi perdre du temps à vouloir créer quelque chose de parfait quand on le modifiera sûrement dans quelque temps ? Cette volonté d’aller vite pour réfléchir après peut heurter certaines sensibilités, notamment dans une culture qui préfère, en règle général, débattre longuement pour passer à l’acte une fois tous les scénarios analysés et possibilités examinées.

En France on a l’habitude d’entendre “On sait ce que l’on perd, mais on ne sait pas ce que l’on gagne.”

C’est à l’opposé de l’attitude américaine: “New is better.” Ces perspectives contraires sont sources de malentendus et de préjugés.

  • Pour les Américains : les Français réfléchissent trop, sont lents à prendre une décision et se focalisent excessivement sur les aspects (potentiellement) négatifs du changement.
  • Pour les Français : les Américains n’ont pas assez l’esprit critique, sont trop naïfs et ne se laissent pas assez de temps pour savoir si une idée fonctionnera ou pas. Ils veulent des résultats immédiats, ce qui n’est pas toujours possible, ni désirable.
La dimention "Power Distance"

Ne manquez pas l’article sur les 5 dimensions culturelles (cliquez sur cette image)

Selon les modèles de Geert Hofstede, la France et les États -Unis sont très différents dans leur indice évitement-incertitude. Hofstede a mesuré à quel point les membres d’une culture se sentent menacés par une situation ambiguë, changeante ou incertaine. Sur 100 points, les États-Unis sont à 46 et la France à 86. C’est presque le double !

Concrètement, cela signifie que, si vous travaillez avec des Américains, il peut être judicieux d’attirer leur attention sur les différentes attitudes face au changement.

Expliquez que vous êtes conscient de la plus grande tolérance pour l’inconnu chez les Américains, et du fait qu’ils ne ressentent pas le besoin de connaitre toutes les règles d’avance. Précisez aussi, que côté français, il est préférable de connaitre autant de détails que possible de la situation précédente afin de définir au mieux le chemin à prendre. Le but n’étant pas de forcer une culture à adopter la position de l’autre, mais de comprendre les différences pour trouver des compromis harmonieux.

CSP Formation

Partenaire de DantotsuPM

Thomas W. McKee de ManagerWise dit “attitudes are caught, not taught.” Autrement dit, une attitude est contagieuse mais ne peut pas être transmise de force.

positifAchilles Armenakis, dans son rapport “Creating readiness for organizational change” constate que, si des employés ne voient pas dans la hiérarchie une attitude positive, exprimée par exemple par un engagement fort du management, la mise en place des programmes de formation, l’allocation des ressources appropriées pour accompagner le changement, etc., cette transition sera vécue comme une expérience stressante, même par des Américains.

C’est pour cela qu’un manager américain peut sembler chercher à vous “embarquer” dans son projet et à vous convaincre qu’il a forcément raison. Malgré les apparences, ce n’est pas pour imposer de force le changement, mais plutôt pour partager et propager son enthousiasme, pour dissiper vos craintes dans l’espoir que vous aussi, vous verrez que ce changement peut avoir du bon.

Pour les Américains, tout changement n’est pas forcément bon, mais il n’est pas forcément mauvais d’emblée. Ils ont tendance à se dire “jusqu’à ce que je sache que le changement est défavorable, je considère qu’il peut être bon.” Ce n’est donc pas quelque chose à éviter, ni à empêcher.

Christina Rebuffet

Christina Rebuffet

Car après tout, « change is the only constant. »

Depuis 11 ans, Christina, Américaine, coache ses clients à communiquer avec plus de spontanéité et d’aisance en anglais. Sa mission ? Aider les professionnels francophones à booster leur anglais pour booster leur carrière, et remonter le niveau de la France entière !

 Rejoignez gratuitement The Speak Better, Feel Great Community pour recevoir une leçon-vidéo par semaine et mieux comprendre vos collègues américains.

 Guest Post sept. 2015 – Christina Rebuffet – contact@christinarebuffet.com

 

Vidéo

Si vous travaillez avec des américains : « What’s Labour day? » par Christina Rebuffet

7 Sep

Labor Day est une fête typiquement américaine, le 1er lundi de septembre (cette année, aujourd’hui 7 septembre).

On dit souvent à tort que c’est l’équivalent de la Fête du Travail en France. Alors qu’est-ce que cette fête signifie pour vos collègues américains ?

Tout est expliqué dans cette vidéo de Christina Rebuffet !

 

7 Septembre – Grenoble – Comment mieux collaborer avec vos collègues américains

17 Aug

La façon dont on pense, communique et réagit dans de nombreuses situations professionnelles est fortement influencée par le système éducatif par lequel on est passé.

footballComme le système scolaire français met l’accent sur l’analyse critique et les connaissances théoriques (en particulier, les mathématiques) tandis que le système scolaire américain privilégie la connaissance de soi et les compétences sociales, Français et Américains ont souvent des difficultés à travailler ensemble.

Les membres d’équipes franco-américaines ont souvent à faire face à des malentendus qui, lorsqu’ils ne sont pas identifiés ou gérés à temps, peuvent rapidement prendre des proportions sans rapport avec l’incident initial et avoir des conséquences graves pour ces équipes et leurs projets, sous la forme de retards, de dépassement de budget, de réputation ternie, etc.

American football 2Cette présentation examine comment les professionnels américains et les cadres français pensent, communiquent et réagissent dans de nombreuses situations professionnelles où ces différences d’approche font une différence.

A l’aide de diagrammes et d’anecdotes soigneusement sélectionnés, cette présentation analyse les causes profondes de ces malentendus et examine les différences en matière de communication verbale et non-verbale, de feedback, de prise de décision, de travail en équipe et de gestion de projet. Cette présentation suggère des changements concrets de comportement ou d’attitude que chacun peut mettre en pratique immédiatement afin de collaborer plus efficacement avec ses collègues outre-Atlantique.

S'inscrire

appliquez le modèle d’analyse culturelle à 7 dimensions à votre entreprise et votre projet

11 Aug
Fons Trompenaars

Fons Trompenaars

Le modèle d’analyse culturelle à sept dimensions de Fons Trompenaars (et Charles Hampden-Turner) a pour but d’évaluer les différences culturelles entre les sociétés

Faites l’essai: Répondez à ces questions pour vous-même puis pour votre projet et enfin pour votre entreprise et notez les réponses dans les colonnes d’un petit tableau :

  1. universalisme / particularisme : Que privilégiez-vous, les règles ou les relations ?
  2. individualisme / collectivisme : Fonctionnez-vous plutôt comme membre d’un groupe ou en individuel ?
  3. neutralité / affectivité : Combien affichez-vous vos émotions ?
  4. degré d’engagement : Jusqu’à quel niveau vous impliquez-vous vis-à-vis d’une personne ou d’une situation ?
  5. statut attribué / statut acquis : Devez-vous faire vos preuves pour acquérir un statut ou vous est-il attribué par les autres ?
  6. orientation temporelle : Faites-vous une chose à la fois ou plusieurs en parallèle et en même temps ?
  7. orientation interne ou externe : Contrôlez-vous votre environnement ou devez-vous le subir ?

résultatsMaintenant:

a) comparez les résultats obtenus sur chaque ligne

b) identifiez les adéquations et éventuels décalages de culture

c) établissez des plans d’action pour gérer ou combler les écarts

Bonus:

Essayez de faire de même avec les membres de votre équipe, en particulier si celle-ci est géographiquement distribuée et/ou fait appel à des intervenants de plusieurs sociétés différentes qui sont autant de richesses culturelles à exploiter.

Précédents billets sur la multi culturalité et Fons Trompenaars

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 416 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :