11 Octobre – Paris – tour d’horizon des usages actuels des Points de Fonction

26 Sep

Métrique informatique de l’année 2016 : LE POINT DE FONCTION

  • Est-ce un phénomène de mode ?
  • Un effet de la prolifération des technologies de développement ?
  • Une conséquence de l’agilité ?
  • Le point de Fonction est toujours la métrique
  • la plus pertinente pour mesurer l’efficacité des projets informatiques !

assemiL’ASSEMI, association scientifique et technique, ayant pour objet l’étude et la promotion des métriques informatiques, organise le mardi 11 octobre 2016, sa conférence annuelle sur le thème « Les Points de Fonction ». La méthode des points de fonction est devenue une norme incontournable pour maîtriser et piloter la performance des Systèmes d’Information. La méthode supporte, en outre, des modèles d’estimation des coûts de développement et de maintenance informatique et permet de comparer l’efficacité des projets à des référentiels d’entreprises plus étendus. La méthode, représentée au niveau international par l’IFPUG est utilisée par des centaines d’entreprises et d’administrations dans le monde.

assemi-points-de-fonction

détails et inscriptions

La conférence aura lieu dans les locaux de la Maison de l’Europe à Paris. Elle est ouverte à tous les responsables informatiques, architectes, urbanistes, responsables support aux équipes projet, chefs de projet, étudiants, ….; souhaitant mieux appréhender cette méthode et bénéficier des retours d’expérience de plusieurs acteurs majeurs Français. Cette journée sera l’occasion de rencontrer vos pairs et d’échanger sur vos attentes communes.

Mindview est Partenaire de DantotsuPM - Cliquez ici pour une démonstration en ligne !

Mindview est Partenaire de DantotsuPM – Cliquez ici pour une démonstration en ligne !

Au cours de cette conférence en français qui se déroulera de 9h à 12h, 14h à 17h, un tour d’horizon des usages actuels des Points de Fonction sera présenté, des retours d’expérience clients de plusieurs secteurs d’activités seront exposés :

  • Renault
  • Société Générale
  • Ministère de l’Agriculture

PROGRAMME DÉTAILLÉ ET INSCRIPTION: cliquez ici

Enregistrer

Enregistrer

How to promote intelligent risk-taking? by Rose-Hélène Humeau

26 Sep

To win you have to risk loosing

who dares wins

to win you have to take risks

Many organizations end up by exercising caution to the point of not being sufficiently reactive to rapid environmental changes and losing the ability to catch opportunities. Looking for more analyzes, pushing systematic validations, procrastinating decisions – are examples of increased protection favored by an environment that, too often, punishes failure.

This purely precautionary approach is always inefficient, as we end up protecting ourselves from things that are unlikely to happen, and we overestimate the amount of protection we need. To increase performance organizations must enhance courage and initiatives to help teams to take risks.

The famous motto of the British SAS (Special Air Service) « who dares wins » applied to organizations and projects could push them in the right direction. But, as stated by Jean-Claude Killy « to win you have to risk losing ». Therefore, daring and carefulness are needed to encourage intelligent risk taking.

Méta Projets Management est partenaire de DantotsuPM

Méta Projets Management est partenaire de DantotsuPM

Daring

Taking the « who dares wins » attitude helps identifying opportunities. To promote this approach, we can proceed to a risk analysis with several perspectives:

jc-killy-to-win1. What if, it is me?
view your business or project as a bank account

view your business or project as a bank account

Ask your teams to view their business or project as a bank account. Every threat corresponds to a withdrawal or an additional charge, and each opportunity is a deposit or added income. Most people understand that, to preserve and enhance the overall value of their account, it is more effective to focus on increasing gains than to put all of their effort into reducing charges.

2. What if, it is a chance?

Review the list of threats and check, for each of them, if an opportunity is related to the event, using the following framework:

Thanks to [threat] A  [positive event] could happen Which brings the following value :
 

The objective is to find one or more opportunities that matter, putting effort on the right priorities.

give me the good news befor the not as good ones...

give me the good news before the bad ones…

3. Give me the good news before the bad ones!

Push the teams to start the process of risk identification with opportunities first. Prevent them from thinking about threats till one or more opportunities that matter, are listed in the risk register.

Whatever the chosen point of view, applying a new method will help the team to change the way of thinking and start to dare.

Carefulness.

Encouraging individuals to take risks raises the question of how far we can go in risk-taking. Thresholds should be clearly defined and shared for limiting thoughtless actions. The limits are set by considering value creation and value protection for the organization and its stakeholders. A limit is the point at which « it is not worth the money. »

For opportunity, a limit is reached if the expected positive impact is not high enough compared to the potential threat when the opportunity is not implemented or when it has not the desired effect. These daring thresholds should be set at the start of projects, supported by management, regularly reviewed, communicated and shared with teams.

Taking into account these thresholds, the risk management process helps in developing effective response plans. Therefore, for every opportunity that matters, the team will assess the « risk of losing » to check if risk taking remains within acceptable limits.

Opportunity analysis Threat related to opportunity
Opportunity Expected positive results
within limits
Action plan to implement the opportunity Risk of losing Expected negative results Threshold
 

The proper attitude.

In the principle of « who dares wins » the focus is on taking action in order to win rather than hoping not to lose! This positive fighting attitude helps us to commit resources to developing and implementing effective risk responses.

Image courtesy of pakorn / FreeDigitalPhotos.net

Image courtesy of pakorn / FreeDigitalPhotos.net

The importance of taking measured risks allows a proactive attitude.

Proactive teams take control and make things happen rather than just adjusting to a situation or waiting for something to happen. Being proactive is therefore moving forward: daring!

Thus, beyond processes, risk-taking is often a paradigm shift. This culture of reasonable risk-taking must be stimulated at the highest level of organizations to remove the fear of failure and allow teams to dare to win.

Campana & Schott est partenaire de DantotsuPM

Campana & Schott est partenaire de DantotsuPM

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

free online training course to support APMG’s Public-Private Partnerships Certification Program

25 Sep

The Online Training Course is designed as a learning resource to assist candidates studying for the APMG PPP Certification Program’s Foundation exam – it is available for free on the certification program’s dedicated website.

APMG’s PPP Certification Program was launched to address the absence of a global certification on PPPs and to promote the adoption of PPP good practices with an internationally recognized credential (CP3P).

Partenaire de DantotsuPM

Partenaire de DantotsuPM

The Foundation level exam tests candidates have a suitable understanding of Chapter 1 of the certification program’s body of knowledge, the PPP Certification Program Guide. This understanding will enable candidates to act as informed members of a PPP finance project.

Access Frequently Asked Questions about the programme

Access Frequently Asked Questions about the programme

The new online training offers a flexible approach to learning with a simple and clear online course, designed to take students through the full CP3P Foundation syllabus. This exciting initiative provides a valuable opportunity for candidates to test and build their knowledge of managing and delivering PPPs globally.

Test questions are provided at the end of each module to help enhance a candidate’s learning and there is also an exam simulator at the end of the course. Candidates are able to study at their own pace.

Details at the dedicated PPP Certification web Site

Partenaire de DantotsuPM

Partenaire de DantotsuPM

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

PMI® explore la phase post projet de réalisation en continu des bénéfices attendus

24 Sep

Les résultats et livrables de vos projets continuent-ils de produire la valeur attendue après être terminés ?

téléchargez ce rapport en anglais du PMI

téléchargez ce rapport en anglais du PMI

La réponse à cette question est l’objet du tout dernier rapport détaillé du PMI®, le « Pulse of the Profession® », dans lequel est analysée la phase post projet de réalisation et gestion des bénéfices du projet (« benefits realization management – BRM »).

Il ne s’agit pas seulement de suivre les bénéfices mais aussi d’identifier tout problème qui interfère avec l’atteinte des bénéfices et prendre action pour y remédier.

Donc, autant sinon plus de leadership que pendant le projet est nécessaire pour enraciner des changements, une ferme discipline et grande rigueur.

Un projet n’est pas entrepris pour produire un livrable mais bien pour réaliser des bénéfices business et atteindre des objectifs précis.

Il s’agit donc de s’assurer que ces attentes légitimes soient bien satisfaites !

Download the report from PMI’s Webite

Partenaire de DantotsuPM

Partenaire de DantotsuPM

Un rapport que tous les certifiés PMP du PMI et plus généralement tous les chefs de projets trouveront certainement intéressant à lire et prendre en compte.

PMI, PMP, Pulse of the Profession are registered mark of Project Management Institute, Inc.

Enregistrer

20 Octobre – Montréal ( #PMI ®) – La performance et la culture des équipes virtuelles

23 Sep

Alors que le monde devient plus connecté, les entreprises travaillent de plus en plus en équipes virtuelles dispersées partout dans le monde.

Construire des équipes virtuelles de haute performance présente aux gestionnaires des défis particuliers qui ne sont pas présents dans les équipes en face-à-face. Les sujets traités comprennent l’effet de levier talent, les processus de groupe, la communication dans un monde virtuel, le travail dans un environnement mondial, et la motivation des groupes culturellement diversifiés.

NQI est Partenaire de DantotsuPM

NQI est Partenaire de DantotsuPM

De plus en plus d'équipes géographiquement et culturellement distribuées

De plus en plus d’équipes géographiquement et culturellement distribuées

Travailler en équipe virtuelle est un défi pour les membres de l’équipe et des gestionnaires de projets. La présentation expliquera la dynamique d’équipe virtuelles basée sur des études de cas présentées dans de grandes universités (Harvard, MIT) et  l’avenir des équipes virtuelles et les défis qui viennent avec elles:

  • Les sites distants
  • Différents fuseaux horaires
  • La différence culturelle
  • Différentes éthiques de travail
  • Politiques de vacances
  • Les femmes au travail dans certains pays en développement

Une courte vidéo sera présentée pour décrire les différences culturelles dans une équipe virtuelle.

D’autre part, les équipes virtuelles ont des avantages énormes dans certains domaines qui seront également explorés dans la présentation.

La présentation est centrée sur la dynamique de la création d’équipes virtuelles de haute performance, en tirant parti des talents, la communication dans un monde virtuel mondial, et la motivation des groupes culturellement diversifiés. la gestion des attentes des membres de l’équipe virtuelle et leur performance  se révèle être certaines des zones les plus difficiles et négligées dans la gestion des personnes.

S’inscrire à cet évènement

PMI is a registered mark of Project Management Institute, Inc.

Petit rappel : « Qu’est-ce qu’un WBS (ou SDP) ? »

23 Sep

Petit rappel : « Qu’est-ce qu’un WBS ? »

http://www.matchware.com/fr/products/mindview/mindview2_be/wbs.htm#01 et http://www.workbreakdownstructure.fr/

Les origines et l’objectif

Conçu à l’origine par le Département américain de la Défense dans les années 50, puis développé plus avant par la NASA au début des années 60, le WBS ou Work Breakdown Structure [aussi connu en français comme la Structure de Découpage de Projet, SDP] est un document utilisé dans le cadre de la gestion de projet pour en définir la portée et l’envergure. Un WBS décrit l’objectif final, et non les moyens d’atteindre cet objectif.

Par exemple, si l’objectif du projet est de construire une maison, le WBS définit tous les éléments d’une maison terminée et opérationnelle, avec un niveau de détail de plus en plus approfondi. Il ne spécifie pas la méthodologie de construction de ces éléments, sauf si cette méthodologie fait partie intégrante du produit fini.

Mindview est Partenaire de DantotsuPM - Cliquez ici pour une démonstration en ligne !

Mindview est Partenaire de DantotsuPM – Cliquez ici pour une démonstration en ligne !

La décomposition

Une structure WBS (work breakdown structure), fondement essentiel de tout projet, permet de découper l’ensemble du travail à accomplir en sections gérables. Le guide PMBOK (« Project Management Body of Knowledge »), conçu et réalisé par le Project Management Institute, définit le WBS en tant que « découpage hiérarchique en livrables spécifiques des travaux à exécuter ». Un WBS de projet permet donc de décomposer celui-ci visuellement en unités gérables et compréhensibles par tous les membres de l’équipe, chaque niveau du WBS permettant d’approfondir le détail des tâches jusqu’au niveau final : les tâches concrètes à réaliser. La figure suivante représente un exemple de projet WBS à trois niveaux.

Le WBS divise visuellement l’ensemble du projet en plusieurs sous-ensembles qui sont compréhensibles et appréhendables par l’équipe assignée au projet. Chaque niveau du projet propose plusieurs sous-niveaux, jusqu’à arriver au niveau final : les tâches concrètes à réaliser.

La création du WBS

WBS Standard Practice

Get the Project Management Institute Practice Standard for WBS

Le chef de projet crée la structure WBS en identifiant les grands ensembles du projet, puis en les divisant en sous-ensembles jusqu’à arriver aux tâches concrètes du projet qu’il est possible d’assigner à des personnes spécifiques. Les tâches nécessaires à l’obtention de chaque sous-ensemble, ainsi identifiées et regroupées, représentent l’unité de travail à accomplir pour produire le sous-livrable correspondant.

Si vous avez déjà fait l’expérience d’un projet planifié dans le détail, vous reconnaitrez facilement l’ensemble de tâches constituant l’unité de travail : il s’agit des tâches individuelles que les personnes assignées au projet doivent compléter dans un temps donné et avec un niveau d’implication donné.

Les coûts dans le WBS

Businesswomen Balancing Over MoneyDu point de vue des coûts, ces unités de travail sont généralement allouées à des départements spécifiques au sein de l’entreprise, dont ils ont la responsabilité. Ces départements, ou centres de coûts, qui figurent généralement sur l’organigramme de la société en tant qu’entités distinctes, se voient allouer un budget en fonction des tâches à réaliser. En mettant en parallèle le découpage du projet (WBS) avec ces centres de coût, l’entreprise dispose ainsi non seulement d’une vue globale de la progression du projet, mais également de son impact financier.

Campana & Schott est partenaire de DantotsuPM

Campana & Schott est partenaire de DantotsuPM

Un WBS (Work Breakdown Structure) vous indique en un coup d’œil :

  • Quels sont les différents éléments du projet
  • Comment le travail se répartit entre ces différents éléments
  • Comment les coûts budgétaires sont alloués aux différents éléments

Il n’apporte toutefois aucune précision sur les tâches individuelles ou l’ordre d’exécution de ces dernières.

Méta Projets Management est partenaire de DantotsuPM

Méta Projets Management est partenaire de DantotsuPM

Autres pointeurs utiles :

 

Enregistrer

Enregistrer

5 Octobre – Montpellier ( #PMI ®) – Simplifiez la création du WBS et la planification

22 Sep
Mindview est Partenaire de DantotsuPM - Cliquez ici pour une démonstration en ligne !

Mindview est Partenaire de DantotsuPM – Cliquez ici pour une démonstration et réalisez un essai en ligne !

« Simplifiez la création du WBS et la planification – Technologie, Mind Mapping et comment ils travaillent ensemble. »

La conférence organisée par La Branche Languedoc-Roussillon du PMI France vous invite à assister à cette conférence animée par Marc Cantain, directeur des ventes à Matchware, éditeur du logiciel MindView.

Cet événement aura lieu le Mercredi 5 Octobre 2016 de 18h00 à 20h00 dans les locaux d’ORANGE à Montpellier. L’événement est gratuit et sera dispensé en Français. Orange, Bâtiment A – 245 rue de la Galera – 34000 Montpellier

Fatigué des Post-It et des sessions de tableau blanc?

Le Mind Mapping est une manière efficace de recueillir des besoins. Lorsque le Mind Mapping est couplé à l’outil informatique, il simplifie les processus, fait gagner du temps dans la génération des différents supports et améliore la communication.

Le Mind Mapping a toujours été présenté comme un outil d’organisation et de planification, un moyen efficace de développer, organiser, et présenter les multiples facettes du plan de projet. Principalement utilisé pour la construction de la WBS, les utilisations avancées de cette technique simplifient également le processus de la communication du plan de projet.

Ces utilisations seront démontrées par interaction avec le public au cours de cette présentation directe d’un outil incontestable, polyvalent et utile.

Comment vous inscrire ?

PMIFR Languedoc RoussillonMerci de suivre ce lien http://pmi-france.org/branches/languedoc-roussillon/conferences

Attention, toute personne non inscrite avant le vendredi 30 Septembre 14h00 ne pourra accéder au site. Il faudra vous munir d’une pièce d’identité et nous signaler si vous avez besoin d’une place de parking.

Pour les membres du PMI, vous pourrez réclamer 2 PDUs pour la participation à cette conférence.

PMI is a registered mark of Project Management Institute, Inc.

Enregistrer

28 Septembre – Webinar – Keep your Project Management Office on track with P30

22 Sep

Organizations need to know how well their methods for change and improvement – portfolios, programmes and projects – are performing

  • P3OAre they meeting objectives and supporting the business in making the right decisions?
  • Are they the right investments?
  • Are they delivering value and change most effectively?

Portfolio, Programme and Project Offices (P30) provides guidance for your PMO team to ensure they have the right skills and strategies in place to support your projects, programmes or portfolios.

Axelos banner webinarsThis webinar will open with AXELOS’ Neil Glover and Mike Acaster offering their guidance on P30 and the key capabilities the certification will equip you with. They will then hand over to Axelos PMO team to share their expertise on how to run a successful PMO, including their top tips and lessons learned.

The last 20 minutes of the session will be dedicated to audience Q&A.

SMPP est Partenaire d DantotsuPM

SMPP est Partenaire d DantotsuPM

Make sure you sign up for the session even if you cannot attend the live viewing as Axelos will email you a recording.

Register for this free Axelos Webinar

Enregistrer

Allons-nous vers la fin du management hiérarchique ?

22 Sep
Yves Cavarec

Yves Cavarec

La collaboration se développe à mesure que les activités deviennent complexes au sein de nos organisations.

Le cabinet PM Skills a mené, avec le soutien du Blog du Management de Projet, DantotsuPM, une enquête sur la coopération au travail. Plus de 500 personnes ont participé à l’étude en ligne du 24 juin au 20 juillet 2016. Yves Cavarec nous présente une synthèse des résultats.

Visitez le site web

Visitez le site web

La coopération ou le travail collaboratif est le fait de dépendre d’un autre pour réaliser une tâche. La collaboration se développe à mesure que les activités deviennent complexes au sein de nos organisations. Les chefs de projet connaissent bien cela : leur métier consiste à faire coopérer des gens qui, le plus souvent, ne travaillent pas ensemble.

Savoir coopérer : la compétence n° 1

L’enquête révèle que pour ceux qui travaillent en mode projet, la qualité de leurs résultats dépend à 65% d’une bonne coopération avec les autres et à 35% pour leurs compétences professionnelles. Pour ceux qui ne travaillent pas en mode projet, la coopération pèse à hauteur de 57% sur leurs résultats. Cette similitude des résultats entre ceux qui travaillent sur des projets et les autres peut étonner.

collaborateLe taylorisme, c’est du passé

La moitié des répondants ne travaillant pas en mode projet rendent fréquemment ou très fréquemment des comptes en dehors de leur voie hiérarchique directe. C’est presque la même proportion que pour ceux qui travaillent en mode projet (56%).

La coopération s’est généralisée au-delà des projets et l’organisation taylorienne, avec une stricte division du travail, n’est plus qu’un souvenir dans les livres d’Histoire.

Les managers en retrait

l’indice de coopération est de 75 sur 100 pour l’interaction avec nos collègues d’autres services et entités au sein de notre organisation.

l’indice de coopération est de 75 sur 100 pour l’interaction avec nos collègues d’autres services et entités au sein de notre organisation.

L’enquête a été l’occasion d’établir un indicateur pour analyser avec qui les répondants coopèrent le plus.

En moyenne, on interagit beaucoup avec les collègues de la même équipe (ou service) : l’indice de coopération est de 72, sur un maximum de 100. L’indice monte à 75 en moyenne pour ce qui de l’interaction avec les collègues d’autres services et entités au sein de leur organisation. En comparaison, on interagit peu avec son responsable hiérarchique : l’indice est de 45 – c’est moins qu’avec les fournisseurs, clients et autres partenaires externe (indice moyen de 62).

La fin de la hiérarchie ?

l’indice de coopération n'atteint que 45 avec notre manager direct

l’indice de coopération n’atteint que 45 avec notre manager direct

87% des répondants du secteur privé et associatif rendent des comptes en dehors de leur hiérarchie (parfois, fréquemment ou très fréquemment). C’est plus que dans la fonction publique (69%).

La hiérarchie est même dénoncée comme un frein à la coopération : 29% des répondants indiquent qu’ils coopéreraient davantage si leur hiérarchie les laissait faire. Et 43% considèrent qu’ils coopéreraient plus dans un autre contexte.

Cela a-t-il encore du sens que les organisations conservent une structure hiérarchique ?

Coopération et rivalité

70% des répondants considèrent qu’il existe une forme de rivalité ou de concurrence au travail. Dans ce groupe, 16% voient la rivalité comme une saine émulation. Mais pour les autres (54%), cette rivalité est perçue comme étant négative et constitue même une forme de violence au travail (16% de ce groupe). Notons toutefois que 30% des répondants ne perçoivent ni rivalité ni concurrence au travail.

CSP est partenaire de DantotsuPM

CSP est partenaire de DantotsuPM

Comme l’explique le sociologue François Dupuy, la coopération est présentée comme allant de soi, pourtant, dans les faits, c’est tout sauf une évidence. On fait beaucoup pour éviter d’avoir à coopérer. Par exemple, à la maison, on préfère avoir deux télévisions ou une télé et une tablette pour éviter d’avoir à coopérer au moment de choisir un programme. Au travail aussi, pour éviter d’avoir à coopérer, on achète plus des ressources. On met en place un tas de stratégies pour contourner la coopération.

Ainsi, dans les projets, on nous dit qu’il faut un plan de management du projet. C’est un document qui décrit les règles de travail sur un projet en particulier. On fait ce document en début de projet, parce qu’on a peur, par exemple, qu’en laissant les gens coopérer pour décider au dernier moment qui va payer pour un changement, ils n’en viennent à se disputer. Et c’est une réalité. Le risque de la coopération, c’est que les parties prenantes finissent par se disputer à cause d’intérêts divergents.

Note: L’opportunité de la coopération serait-elle que les gens soient naturellement intelligents et coopèrent en trouvant des intérêts convergents !

Essayez Bubble Plan !

Essayez Bubble Plan !

Gérer des projets pour booster sa carrière

Le projet reste par essence le saint des saints de la coopération. L’étude montre que le savoir-faire de coopération, pratiqué dans les projets, est utile dans toute l’organisation. Il est possible que les futurs dirigeants et dirigeantes figurent en ce moment-même dans les rangs des chefs de projet. Êtes-vous l’un de ceux ou celles-ci ?

Les résultats complets sont disponibles

L’enquête a été réalisée par PM Skills, un cabinet de conseil fondé en 2005 par Yves Cavarec. Pour vous procurer les résultats complets, veuillez en faire la demande en contactant directement Yves via LinkedIn.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

13-14 Octobre – Lille – Agile Tour 2016

21 Sep

L’évènement 2016 le plus agile et le plus convivial de la région.

nord-agileL’association Nord-Agile garantit que :

  • Vous vous passionnerez des conférences animées par des speakers nationaux et internationaux
  • Vous vous amuserez aux cours d’ateliers de coding, de management agile ou de dessin
  • Vous échangerez avec les acteurs moteurs de l’agilité dans la région lilloise
  • Vous partagerez vos expériences à l’occasion d’un forum ouvert

Fort du succès des années précédentes, les organisateurs ont décidé de consacrer davantage de temps pour célébrer l’agilité.

Accessible à tous, l’Agile Tour vise un public étendu souhaitant découvrir ou approfondir les méthodes agiles telles que Scrum et découvrir leurs apports et impacts tant au niveau industriel que sociétal.

CertYou est partenaire de DantotsuPM

CertYou est partenaire de DantotsuPM

Ils s’engagent sur 2 objectifs sur ces 2 jours :

  1. octroyer plus de temps et de plaisir aux échanges entre les participants
  2. permettre à davantage d’animateurs et speakers de vous partager leurs expériences

Afin de contribuer à nourrir ces échanges, une nouveauté cette année : un forum ouvert.

Inscriptions et Détails

Enregistrer

%d blogueurs aiment cette page :