Archive | experience sharing RSS feed for this section

Comment se mettre dans de bonnes conditions pour une présentation en public ?

22 Août

How to Warm Up for a Presentation

http://publicwords.com/how-to-warm-up-for-a-presentation/ par Nick Morgan

C’est le grand jour. Vous avez une présentation à délivrer. C’est votre plus grande audience jamais rencontrée. Les organisateurs vous disent qu’il pourrait bien y avoir cinq cents personnes dans la salle. Vous ne pouvez pas vous permettre de tout rater maintenant.

anxiétéQuelles pensées traversent votre esprit ?

  • Vais-je rater ?
  • Tout se passera-t-il bien ?
  • Et si la technologie me fait défaut ?
  • Et si le public s’ennuie ?
  • S’ils ne rient pas de mes plaisanteries ?
  • Si quelqu’un me pose une question à laquelle je ne peux pas répondre ?
  • Et si ?
  • Et si ?

La plupart des personnes trouvent cette nervosité avant le show très distinctement désagréable et ne seront pas heureuses tant ce que leur prise de parole ne deviendra pas de l’histoire ancienne et qu’ils se détendront avec une boisson au bar.

Certaines personnes obtiennent de moins bons résultats. Elles sont si débilités par la peur que si elles parviennent jamais jusqu’à ce point, elles ont probablement déjà été vomir dans les toilettes.

Quelques chanceux apprécient vraiment l’expérience, utilisant les papillons du trac les amener à un sommet de performance pendant la présentation et se révèlent dans l’excitation du travail avec une audience réceptive.

Comment pouvez-vous y parvenir ?

NQI est Partenaire de DantotsuPM

NQI est Partenaire de DantotsuPM

Quelles sont les autres astuces qui vous aideront à donner la meilleure de vos présentations la prochaine fois que vous êtes sur scène ?

Vous devez vous concentrer sur les deux côtés de l’équation de l’adrénaline dès le début et maintenant est le bon moment pour le faire. Tant votre esprit que votre corps sont impliqués dans la création du cercle – vicieux ou vertueux – qui crée l’adrénaline et les deux doivent être impliqués dans sa canalisation et son contrôle.

business success self confidenceCommencez donc par vous projeter une image de vous donnant un discours splendide.

Rendez la aussi détaillée que vous le pouvez. Rejouez-la deux ou trois fois dans votre esprit, jusqu’à ce qu’elle soit claire et précise. Vous ne pouvez probablement pas bien faire cet exercice si vous n’avez pas visité le lieu avant et, à tout le moins, vous êtes tenu debout dans l’espace que vous occuperez plus tard, en vous imaginant parler à une salle comble. Donc je vais supposer que vous avez déjà fait ceci. Idéalement, vous avez déjà répété le discours à haute voix, donc vous avez quelques souvenirs sensoriels bons et spécifiques sur lesquels vous baser.

Alors, une fois que le cercle vertueux de pensée positive est initié, traitez aussi bien votre organisme.

Respirez correctement et entreprenez une douce séance d’éveil musculaire, utilisant particulièrement les muscles dont vous savez qu’ils ont tendance à se crisper chez vous. L’idée n’est pas de vous épuiser; ce serait contreproductif. Il s’agit plutôt de vous empêcher d’arriver trop agité à cause des quantités inhabituelles d’énergie que vous fournit votre adrénaline.

Si vous manquez d’idées, fléchissez et détenez simplement vos groupes de muscle majeurs. Cela devrait aider. Une promenade rapide est aussi une bonne idée; passez ce temps à rejouer la présentation dans votre esprit, avec succès, bien sûr.

Vous voudrez développer la bonne habitude de chauffer votre voix chaque matin, ou au minimum avant toute présentation.

Le meilleur échauffement est de chanter. Si vous n’êtes pas un chanteur, trouvez donc quelques chansons que vous adorez et qui sont confortables pour votre tonalité et chauffez votre voix dans la douche ou la chambre d’hôtel en respirant soigneusement et en chantant doucement vos chansons préférées avec du contrôle de votre souffle et des passages soutenus. Essayez de choisir des chansons optimistes, gaies.

Woman Drinking Glass of WaterL’eau, bien sûr, est la boisson préférée des orateurs. Tout le reste vient en second ou pire.

Vous sentez-vous encore mal à l’aise?

Une petite nervosité est en réalité une bonne chose. Trop est débilitant. Les images positives devraient aider. Invoquez-les tout simplement à chaque fois les nerfs s’enflamment.

Ceci est aussi un bon moment pour passer en revue le discours encore une fois. Ne reprenez pas tout; il est trop tard pour cela et ce vous rendra desservirait. Au lieu de cela, revoyez le plan de la conversation dans votre tête, pour que vous sachiez exactement où vous allez et ce que vous allez couvrir point par point.

Prenez possession des lieux

salle de conférenceUne fois que vous vous êtes échauffé et avez exécuté la gymnastique mentale et physique pour vous mettre en forme optimale, allez dans la salle. De préférence avant que les foules ne soient là.

Commencez par le devant de la salle, là où vous commencerez à parler. Respirez à fond et regardez autour de vous. Concentrez-vous sur les trois murs à gauche, à droite et en face de vous. À quelle distance sont-ils ? De quelle taille sont-ils ? Comment sont-ils éclairés ? Pouvez-vous les voir distinctement, ou les ténèbres envahissent-elles les coins ?

Maintenant regardez derrière vous. À quelle distance est le mur derrière vous? Comporte-t-il quelque chose ? Quoi que ce soit qui risquerait de distraire le public ? Quoi que ce soit que de plus intéressant que vous ?

theaterFixez la salle dans votre mémoire, sa hauteur, son éclairage, sa taille, les limites les plus éloignées – les œuvres accrochées. Puis, arpentez-la. Marchez dans tout le périmètre, arrêtez-vous régulièrement pour regarder derrière vous, là où vous avez commencé. À quelle distance est l’orateur ? Sera-t-il difficile de vous voir depuis cette emplacement ? Y-a-t-il quoi que ce soit de bloquant dans la ligne de mire du public ?

L’approche est se faire une idée et de ressentir la taille de la salle et ainsi comment vous devrez manœuvrer pour atteindre tout le monde dans l’audience. La plupart des orateurs parlent aux premiers rangs. Ils n’ont ni le volume, ni l’énergie pour atteindre les gens au fond de la salle.

michel on stageUne fois que vous avez arpenté la salle, vous êtes prêts. Continuez à respirer, continuez à exécuter votre scénario mental positif et gardez à l’esprit les premières lignes de votre présentation.

ça y est, vous êtes prêts à aller !

Racontez-nous dans les commentaires de ce billet comment ces astuces vous ont aidé (ou pas…).

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

une mauvaise migration de système ressemble à une passe ratée dans la surface de réparation !

18 Août

Le système est-il prêt ?

Article original en Anglais « Planning System Cutovers » par Dave Nielsen

Office Workers Clapping at Office PartyL’équipe a bossé dur et construit un système qui satisfait à toutes les exigences business. Elle l’a testé et a vérifié qu’il répond à tout le jeu de normes de qualité applicables et les membres de l’équipe l’ont livré dans les temps. Maintenant vous pouvez vous asseoir et vous féliciter de l’excellent travail que vous avez fait en manageant ce projet.

Eh bien, pas tout à fait … …votre travail n’est pas terminé tant que le nouveau système n’est pas en production et la responsabilité du support transférée aux opérations. Pour y parvenir, vous devez planifier la migration parfaite.

Avant la planification de la migration il y a quelques interrogations auxquelles on doit répondre, comme:
  • “Comment le système se comportera-t-il dans l’environnement de production ?”
  • “Comment le système se comportera-t-il dans l’environnement de production ?”
  • “Le nouveau système peut-il supporter tous les utilisateurs qui doivent l’utiliser ?”

Telles sont les questions auxquelles l’on devrait répondre avant d’être prêts pour une transition en production.

Abordons ces questions dans l’ordre.

“Comment le système se comportera-t-il dans l’environnement de production ?”

SMP Test maturiteLa réponse à la première question devrait être “il s’exécutera aussi bien qu’il le faisait dans l’environnement de test”. Vous pouvez répondre avec assurance à la question parce qu’un jeu complet de tests a été exécuté dans un environnement de test qui est en tout un double de l’environnement de production hormis la présence des utilisateurs. Cet environnement est parfois appelé l’environnement de pré-production.

Le serveur qui supporte le système devrait être un clone du serveur de production. Si le système s’exécute dans un environnement distribué, tant l’hôte que le client doivent être dupliqués sur un réseau qui est un double du réseau de production.

Mindmap est Partenaire de DantotsuPM

Mindview est Partenaire de DantotsuPM

Fréquemment nos systèmes nouveaux ou mis à jour doivent fonctionner dans un environnement qui comporte un système d’exploitation standard et du logiciel “sur étagère” supplémentaire (Off The Shelf). Les systèmes d’exploitation et le logiciel “sur étagère” dans l’environnement de pré-production devraient être le duplicata exact de ce qu’ils seront dans l’environnement de production et toutes les versions logicielles devraient être les mêmes.

Assurez-vous que toutes les corrections qui seront appliquées au système de production sont aussi appliquées à l’environnement de pré-production.

Si votre nouveau système exige une mis à jour du système d’exploitation et/ou d’un logiciel auxiliaire assurez-vous que vous installerez les mêmes sur l’environnement de production que sur l’environnement de pré-production. Tester votre système nouveau ou mis à jour sur le même matériel et le logiciel que ceux sur lesquels il fonctionnera dans l’environnement de production est une partie critique des tests. Fréquemment le logiciel se comportera différemment selon la combinaison de matériel/OS sur laquelle il fonctionne. Le système peut fonctionner sur la nouvelle combinaison, mais se comporter différemment selon l’environnement; donc une série complète de tests devrait être utilisée pour tester dans l’environnement de pré-production.

“Comment le système se comportera-t-il dans l’environnement de production ?”

data hard diskLa plupart des systèmes exigent de nos jours que des informations soient stockées et récupérées. Cela peut être minimal, comme un jeu d’identifiants utilisateurs et de mots de passe pour la connexion d’utilisateurs, ou cela peut être l’exigence plus importante d’une grosse base de données relationnelle. Les données qui doivent être propagées depuis l’environnement de production précédent doivent être clairement identifiées et un plan de travail défini pour les capturer et les installer dans le nouveau système pendant la migration.

En attendant, les tests dans l’environnement de pré-production devraient être réalisés avec un jeu de données qui simule l’environnement de production aussi étroitement que possible. Les données devraient imiter la production dans les secteurs de la volumétrie et de la distribution. C’est d’habitude accompli dans les systèmes ayant une grosse base de données relationnelle en prenant une copie instantanée des données de production, la convertissant au nouveau format de données et la chargeant dans l’environnement de pré-production. Ce processus de conversion est critique à la migration.

Pendant la migration, le processus utiliser pour convertir et charger les données dans l’environnement de pré-productions sera répété pour transférer les données vers le nouvel environnement de production. Non seulement le processus doit être répétable, il doit être optimisé pour que le téléchargement, la conversion et le chargement se déroulent rapidement.

“Le nouveau système peut-il supporter tous les utilisateurs qui doivent l’utiliser ?”

fastVotre projet peut ou pas avoir délivré des améliorations de performance. S’il l’a fait, ces améliorations doivent être vérifiées dans l’environnement de pré-production. Si aucune amélioration de performance n’a été exigée, il devrait s’exécuter au moins aussi bien que la précédente version. Le test devrait inclure la mesure de la performance de fonctions fréquemment utilisées en temps de charge. Par exemple, si le nombre maximal d’utilisateurs que le système doit supporter est 1000, à quelle rapidité le 1000ème utilisateur est-il connecté ?

Des points de référence devraient être spécifiés dans les secteurs de la performance, de la charge et le test de stress devrait être exécuté dans l’environnement de pré-production et vérifier par rapport à ces points de référence.

C’est seulement quand tous les points de référence ont été atteints ou dépassés que vous êtes prêts pour la migration.

Les Utilisateurs sont-ils Prêts ?

Le système peut être prêt pour les utilisateurs mais est-ce que les utilisateurs sont prêts pour le système ? De nouveaux systèmes apportent les communications dans l'équipegénéralement de nouvelles fonctionnalités que la communauté métier doit utiliser pour satisfaire aux nouvelles demandes du marché, pour répondre à un besoin de réduire l’effort, pour améliorer les performances, etc.

Les utilisateurs doivent être préparés pour qu’ils puissent bénéficier du nouveau système aussitôt qu’il est activé. Toute nouvelle fonctionnalité demande généralement de former la communauté des utilisateurs, mais au-delà de cela, ils doivent savoir quand le nouveau système sera mis en œuvre. Passer au nouveau système sans notifier la communauté d’utilisateurs, même une communauté d’utilisateurs formés, aboutira à un déluge d’appels de support.

La migration exige souvent une fenêtre de temps pendant laquelle ni les nouveaux systèmes ni les vieux ne seront disponibles.

C’est particulièrement vrai des systèmes qui utilisent d’importants volumes de données. Les données doivent être gelées pour être récupérées du vieux système, converties et copiées vers le serveur du nouveau système. Les utilisateurs n’auront pas d’accès aux données pendant ce laps de temps et donc devraient être notifiés pour qu’ils puissent planifier en amont cette période d’inactivité. Migrer vers le nouveau système pendant les heures de travail normales sans notifier la communauté d’utilisateur déclenchera immanquablement un déluge d’appels de support et peut causer plus de dégâts si les délais ne sont pas respectés. Votre migration comprendra un bulletin avant la fermeture du vieux système mais votre communauté d’utilisateurs doit être informée bien en avance de ce bulletin dans votre processus de migration.

Le Plan de Migration

PM PlanLe travail qui peut être fait sans perturber l’environnement de production devrait être fait en avance de la migration. Des tâches comme des installations de matériel, des installations de base de données, des installations d’OS, des installations logicielles devraient toutes être faites en avance de la migration réelle. Le plan de migration doit identifier et prévoir toutes les activités qui doivent se produire au moment de la migration. Mettre en place de nouveaux systèmes qui remplacent des systèmes existants exigera typiquement que la migration se déroule pendant des heures creuses. Le temps nécessaire devrait être identifié dans votre plan. L’heure H marque le début de vos activités de migration. Le plan devrait inclure chaque activité à exécuter, son responsable principal et le temps alloué à cette tâche. L’identification d’un remplaçant au responsable principal vous donnera un niveau de sécurité supplémentaire .

La première tâche sera le bulletin notifiant la communauté d’utilisateurs que l’arrêt se produira à l’heure H. Vous pouvez vouloir publier plusieurs bulletins pour vous assurer que tous les utilisateurs reçoivent la notification (y compris les utilisateurs qui se connectent 30 minutes avant l’arrêt). La tâche suivante est la récupération de toutes les données de l’environnement de production. Le téléchargement, la conversion et le chargement de données devraient suivre la procédure définie pendant le test.

Il y a plusieurs façons d’approcher la migration.

Vous fournissez un nouvel environnement de production et mettez le vieux à la retraite, vous utilisez l’environnement de production existant et échangez l’environnement de production par celui de la pré-production.

L’approche que vous prenez déterminera vos étapes suivantes et sera influencée par combien d’argent l’organisation doit/peut dépenser sur le système et à quel point le système supporte une mission cruciale pour l’entreprise.

  • Fournir un nouvel environnement de production et mettre le vieux à la retraite ou échanger la pré-production et les environnements de production vous permettra d’exécuter des activités comme l’installation de matériel, les installations de base de données, les mises à jour logicielles, etc avant la migration.
  • La réutilisation de l’environnement de production existant exigera probablement que vous exécutiez ces activités pendant la migration.

Chaque activité devrait être vérifiée sur l’environnement de pré-production et mesurée pour qu’une durée raisonnable puisse être intégrée dans votre plan de migration. Puisque le but ici est de  limiter la durée d’indisponibilité, essayez de prévoir autant d’activités en parallèle que possible sans risquer l’échec. Une fois que l’environnement de production a été mis à jour vous pouvez charger les données converties.

L’étape suivante devrait être un test “de fumée” (smoke test) du nouveau système de production.

Le test devrait être assez minutieux pour assurer qu’aucune étape de migration n’a été manquée, mais rationalisé pour qu’il puisse être exécuté dans une durée relativement brève. Les connexions d’utilisateur sont toujours un bon candidat aux tests de fumée. N’importe quel travail qui est exécuté fréquemment par les utilisateurs en est un autre.

La dernière étape devra exécuter toute mise à jour de l’OS nécessaire pour rediriger les utilisateurs sur le nouveau système et notifier que le système est prêt.

Ce bulletin est aussi une occasion d’informer les utilisateurs de tous les changements du système, comme des numéros de version, de nouvelles fonctionnalités, etc. Rendez le nouveau numéro de version évident à trouver et dirigez des utilisateurs sur les documentations décrivant la mise à jour dans votre bulletin d’annonce. Arrangez-vous pour faire surveiller le nouveau système dès la migration. Puisque la plupart des migrations arrivent pendant les périodes d’utilisation non-maximale, la  surveillance devrait durer au moins jusqu’à ce que le système rencontre une situation d’utilisation maximale, par exemple le lundi matin.

NQI est Partenaire de DantotsuPM

NQI est Partenaire de DantotsuPM

Votre plan devrait toujours être testé sur l’environnement de pré-production pour vous assurer de sa complétude (c’est-à-dire toutes les activités nécessaires sont identifiées) et que les durées sont adéquates. Si l’équipe a des problèmes à réaliser une tâche à 10h00 un mardi où personne ne souffle sur leurs nuques, ils échoueront quand ils essaieront à minuit un samedi avec le le Vice Président des Opérations qui les observe.

Stratégie de Retour Arrière

L

Vous souvenez-vous j’ai mentionné qu’un test de fumée et un contrôle sont les parties essentielles du plan ? Que se passe-t-il si le test de fumée échoue ou le contrôle révèle un degré inacceptable de dégradation de système pendant l’utilisation nominale ? La réponse est: un retour arrière.

Le retour arrière rétablit le système et les données précédents sur l’environnement de production et ressemble fortement à une autre migration.

La stratégie de retour arrière dépendra de l’approche de migration utilisée. L’environnement de production doit-il être changé pour revenir en arrière ? ou est-ce que ce sera simplement une question d’installation de l’ancienne base de données dans l’environnement de pré-production et de rediriger les utilisateurs sur celui-ci ?

La stratégie de retour arrière devrait être testée avec le plan de migration pour s’assurer qu’elle fonctionne.

Cela peut sembler beaucoup de travail, d’autant plus que vous devrez probablement ramener l’environnement de pré-production à son état d’avant la migration, mais cela mérite l’effort particulièrement sur des systèmes de mission cruciale.

Et pour finir

Le plan de migration, y compris la stratégie de retour arrière, devrait être passé en revue avec des experts des migrations précédentes et le groupe de support.

supportLes experts de migrations précédentes sont une source d’informations de valeur sur ce qui marche bien ou pas dans votre organisation. Les leçons apprises sont une autre source d’informations mais les auteurs de ces leçons sont d’encore plus de valeur.

Le groupe de support portera le contrecoup principal de n’importe quelles bévues dans la planification ou l’exécution de la migration. Il devrait se sentir confortable que le plan n’a pas loupé d’étapes et que son exécution leur livrera un système supportable quand il le recevra après la migration.

Le plan de migration sera un livrable clef à la réunion de revue de jalon, ou la réunion de pré-jalon, tenue pour déterminer que vous êtes prêts pour la migration.

Le plan de migration ne semblera pas être un livrable important dans le rush pour compléter le projet dans les temps mais l’attention aux détails de ce plan en avance de la migration vaudra bien tous vos efforts.

Ne pas prêter l’attention nécessaire à ce livrable critique gâchera tout le dur labeur de l’équipe pour atteindre ce point culminant.

Peu importe comment l’équipe a bien réussi pendant le reste du projet, on se souviendra seulement du désastre au moment de la migration bien longtemps après que tout ce bon travail soit oublié. Une mauvaise migration ressemble à  une passe ratée dans la surface de réparation. L’attaquant peut avoir gagné 150m en courant, mais on se souviendra seulement qu’il a coûté la victoire à son équipe en ratant la dernière passe décisive.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

comment mieux manager son manager ?

17 Août

Nous ne parlons pas assez souvent de l’importance du « management vers le haut », ou de contrôler les relations avec ses supérieurs.

Original Post: Managing Up in Project Management By Stephanie SimonGlobal Knowledge

rencontres, rencontrerLes chefs de projet travaillent souvent avec une grande diversité de personnes sur un projet donné.

  • Parfois nous travaillons avec les membres de notre équipe.
  • Parfois avec notre commanditaire ou sponsor de projet, un fournisseur ou client.
  • Et d’autres fois, nous avons des interactions avec les autres membres de l’équipe projet étendue.

Il peut être difficile de réaliser bien contrôler tous ces différents types de relations, en particulier lorsque certaines de ces personnes sont plus gradées que nous dans l’organisation.

Vous entendez parfois des personnes parler de « management vers le bas », ou de contrôler ces personnes qui vous sont hiérarchiquement rattachées, comme votre équipe projet. Mais nous ne parlons pas assez souvent de l’importance du « management vers le haut », ou de contrôler les relations avec ses supérieurs.

get outLe management vers le haut est un réel challenge.

Nous sommes souvent intimidés par le rang et l’autorité, et cela fort judicieusement quand la personne a la capacité de vous virer.

Une de bases de la gestion de ses supérieurs est de développer des relations de travail positives basées sur la confiance.

  1. Démontrez tout d’abord que vous êtes compétent et digne de confiance, faites un bon suivi et livrez ce que l’on attend de vous. Ce sont de bonnes premières étapes pour établir cette relation.
  2. Communiquez régulièrement et assurez-vous d’être honnête dans vos communications. N’essayez pas de cacher les mauvaises nouvelles ; elles ressortiront par la suite, et la dissimulation initiale de l’information diminuera la confiance et la qualité de la relation.
  3. Prenez le temps de connaître toutes les personnes avec lesquelles vous travaillez, même si vous travaillez à distance. Elles apprécieront que vous leur demandiez quelque chose sur elles-mêmes, et une meilleure compréhension de l’autre personne vous aidera à manager vers le haut et vers le bas.

manager vers le hautPour manager vers le haut, prenez le temps de découvrir ce qui est important pour vos supérieurs et quelles sont leurs priorités.

  1. Soyez certain de comprendre leurs attentes de votre part et du projet.
  2. Gardez toujours cette information à l’esprit.
  3. Apprenez comment travailler sur les désaccords avec ces personnes plus séniors. Il est possible d’être en désaccord. Soyez préparé et ayez vos faits et arguments prêts.
  4. Soyez en mesure d’expliquer clairement ce qui est dans le meilleur intérêt du projet et pourquoi.
  5. Prenez également le temps d’écouter et de comprendre les divergences de vues. Si vous avez développé de bonnes relations de travail, vous pourrez plus aisément travailler sur ces différences et trouver la meilleure solution pour le projet.
  6. Si tout le reste a échoué, essayez l’humour – mais employez-le judicieusement. Je trouve que l’humour permet souvent d’établir du relationnel et de relâcher la pression.
 Image courtesy of Ambro at FreeDigitalPhotos.net

Image courtesy of Ambro at FreeDigitalPhotos.net

Rappelez-vous quel sera l’impact si vous vous soumettez tout le temps à l’autorité.

Vous devrez lutter en permanence pour réaliser votre projet dans les temps, et avec le contenu désiré.

Bien que ce soit difficile, veillez à garder à l’esprit l’importance du management vers le haut pendant tout le projet.

Recherchez les occasions d’établir du relationnel. Faites l’effort conscient de travailler avec une variété de personnes de styles et priorités différents.

CSP est partenaire de DantotsuPM

CSP est partenaire de DantotsuPM

Et cherchez les bons modèles ! Ils sont là, face à vous. Vous remarquerez que leurs carrières progressent, parce que le relationnel a une très grande importance.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

êtes-vous quelqu’un avec lequel les autres veulent travailler ?

9 Août

Persona de travail en équipe : êtes-vous quelqu’un avec lequel les autres veulent travailler ?

Teamwork Persona: Are You Someone Others Want to Work With?

http://katenasser.com/teamwork-persona-being-someone-others-want-work-with par Kate Nasser

Pamela Melroy

Pamela Melroy

La Colonel Pamela Melroy, l’ancien commandant de navette spatiale à la NASA, a récemment posé une question très révélatrice des compétences relationnelles pendant ses présentations sur le mentoring de carrière au space and science festival on the Intrepid Museum.

De jeunes adultes dans les écoles, de nouveaux entrants dans le milieu du travail, ou des travailleurs expérimentés changeant de carrière, laissent souvent cette question de côté. Ils se concentrent sur le développement des compétences professionnelles. Pourtant les compétences relationnelles et les compétences de travail en équipe sont les réponses à cette question du Colonel Melroy : « êtes-vous quelqu’un avec lequel les autres veulent travailler ? ». Il faut être plus qu’un brillant scientifique pour vivre dans l’espace avec d’autres.

Commencer à développer votre personæ de travail en équipe le plus tôt possible et ne vous arrêtez jamais. Vos compétences relationnelles et de travail d’équipe déterminent si d’autres veulent passer du temps avec vous.

teamworkVoici une liste de contrôle pour vous guider.

  1. Flexibilité et affabilité. Quels comportements exposez-vous qui rendent facile de bien s’entendre avec vous ? Quels traits ou comportements développerez-vous pour le rendre encore plus facile ?
  2. Fiabilité. Amenez-vous tous vos talents et capacités au travail chaque jour ? Brillez-vous ou vous retirez-vous dans les moments difficiles ?
  3. Honnêteté pas manque de tact. Communiquez-vous avec honnêteté et compassion ? Êtes-vous êtes direct sans être abrupt ? Votre personæ de travail en équipe attirera d’autres personnes à vous si vous êtes faciles à comprendre sans être blessant.
  4. Collaboration. Comment réagissez-vous à ce mot ? Voulez-vous crier : « je suis fortement Compétitif ! » Si vous l’avez fait, d’autres vous voudront-ils dans leur équipe ? Réfléchissez-y.
  5. Confiance pas arrogance. Quelle impression donnez-vous? Les coéquipiers veulent votre confiance. Elle allège la charge. Ils ne veulent pas votre arrogance. Elle augmente la charge. Faites une liste de comportements dont vous pensez qu’ils expriment de la confiance et de ceux qui dénote cette arrogance. Demandez à d’autres quelle impression fous faites. Travaillez sur la première liste et éliminez la deuxième ! Voici comment vous améliorerez votre personæ d’équipe.
  6. Modération des extrêmes. Presque tout le monde a quelques comportements extrêmes. Cela pourrait être des habitudes que vous avez développées ou des traits de caractère qui se sont développés. La question clé est : pouvez-vous les modérer pour qu’ils n’ennuient pas les autres ?
  7. Courage et humilité. Le travail exige les deux selon la situation. Quand la pression monte, comment réagissez-vous ? Quand les conditions exigent un peu de contrainte, pouvez-vous bien le supporter ?
  8. Respect. Démontrer du respect envers les autres est essentiel pour un excellent personæ de travail en équipe. Car c’est la base de tout travail d’équipe.
  9. Intégrité. Le facteur suprême pour déterminer si les gens voudront bosser avec vous. La confiance est tout.
NQI est Partenaire de DantotsuPM

NQI est Partenaire de DantotsuPM

Le développement de vos compétences professionnelles est le parcours professionnel normal. Le développement de votre personæ de travail en équipe amènera un succès de carrière incroyable. Commencez dès maintenant !

Qu’ajouteriez-vous à cette checklist de personæ de travail en équipe ?

Enregistrer

Vous avez réalisé un projet particulièrement réussi : le Prix Projet de l’année du PMI® Montréal est peut-être pour vous !

5 Août

Prix projet de l’année 2016 !

Gala elixirDepuis déjà 11 ans, le Gala élixir vise à souligner l’excellence en gestion de projet au Québec en récompensant des projets s’étant démarqués  par leur rendement supérieur ainsi que leur gestion exemplaire dans différents domaines d’expertise.

Vous avez un projet réussi qui a respecté le budget, l’échéancier et le contenu ?

Soumettez-le pour le Prix élixir « Projet de l’année » 2016 et comptez vous parmi les grands projets de Montréal !

Vous connaissez un projet communautaire qui mérite la reconnaissance ? Informez-nous par courriel info@pmimontreal.org

DATES IMPORTANTES

  • Inscription: 16 sept.
  • Dossier complet:  23 sept.
  • Annonce des finalistes: 4 oct.
  • Soirée Gala: 8 nov.

DOCUMENTS UTILES POUR PR2PARER VOTRE DOSSIER

PMI is a registered mark of Project Management Institute, Inc.

Enregistrer

Enregistrer

Comment faire remplir les suivis de temps par votre équipe ?

1 Juil

Ces 3 étapes simples feront que votre équipe renseigne les suivis de temps…

Un billet lu sur www.Projectmanager.com

  1. Expliquer pourquoi c’est important

time valueD’abord, ayez une conversation honnête sur pourquoi vous voulez utiliser un suivi des temps sur votre projet. Il y a des tas d’avantages à enregistrer les temps. Certains ou tous ceux-ci pourraient s’appliquer à votre activité :

  • De meilleures données sur combien de temps les tâches prennent pour que vous puissiez réutiliser ceci pour estimer plus efficacement à l’avenir.
  • Une meilleure visibilité d’où le temps est passé, ainsi vous pouvez ajuster vos plans si nécessaire.
  • Une meilleure prise de conscience de qui est occupé et qui pourrait prendre plus de tâches.

Introduisez l’idée de feuilles de temps à une de vos réunions régulières. Expliquez pourquoi il y a une valeur business dans leur utilisation et répondez à toutes les questions qu’ils peuvent avoir. Notez les préoccupations que vous entendez et trouvez ensuite des façons de les adresser avant l’étape 2…

  1. Engager l’équipe sur les outils

global toolsUne fois que vous avez choisi le logiciel que l’équipe utilisera, faites une démonstration. Montrez comment ils peuvent rapidement créer une feuille de temps et la soumettre. Demandez s’il y a des questions et donnez-leur ensuite l’occasion de l’essayer par eux-mêmes.

Il est beaucoup plus puissant de le montrer visuellement à votre équipe que d’essayer d’expliquer sans une démonstration. Une fois qu’ils voient comme il est intuitif et facile d’enregistrer leur temps, ils seront plus positifs sur le sujet.

C’est aussi une bonne idée de leur montrer ce que vous ferez avec les données. Par exemple, des feuilles de temps précises peuvent vous aider à estimer plus efficacement plus tard dans le projet.

NQI est Partenaire de DantotsuPM

NQI est Partenaire de DantotsuPM

  1. Former et supporter

Woman Typing on Laptop ComputerDes apps de conduite de projet intuitifs comme ProjectManager.com sont faciles à prendre en main et utiliser. C’est un travail très simple que d’enregistrer vos heures travaillées, particulièrement si cela est fait dans le contexte d’une suite logicielle en ligne qu’ils utilisent chaque jour de toute façon. Votre équipe peut commencer immédiatement, donc le surcoût de formation est minimal.

Vous devrez cependant créer des accès pour qu’ils puissent commencer à entrer leurs données. Vous pouvez aussi trouver intéressant de réitérer les messages sur pourquoi vous vous passez à l’enregistrement des temps pour le management de projet.

Supportez votre équipe pendant leurs premières semaines d’utilisation des feuilles de temps par :
  • L’envoi de rappels qu’ils doivent remplir leurs feuilles de temps.
  • Leur répéter que vous n’êtes pas loin pour les aider à trouver comment le faire s’ils ne s’en souviennent pas.
  • L’offre de passer en revue leurs feuilles de temps avant soumission.
  • La réitération que ce n’est pas du contrôle de leurs heures.

Automatisez et Intégrer

Les meilleurs systèmes de feuille de temps vous laissent intégrer vos échéanciers de projet. Cela signifie que vous ne devrez jamais ajouter manuellement de tâches aux feuilles de temps parce qu’ils les tireront automatiquement des tâches sur lesquelles votre équipe devrait travailler à partir du plan de projet. Cela vous économise beaucoup de temps et facilite encore les choses pour votre équipe : il n’y a que peu de travail à faire pour eux.

Visitez le site de ProjectManager.com

Visitez le site de ProjectManager.com

Vous pouvez aussi automatiser des rapports à partir des feuilles de temps. Alimentez vos tableaux de bord en temps réel avec ces feuilles de temps pour une vue précise à tout instant de ce que fait l’équipe et de combien de capacité vous disposez. C’est une réelle valeur ajoutée pour les managers parce qu’ils ont un accès instantané aux données utiles, significatives qui aident à planifier et prendre des décisions.

Les données vous aident à être plus proactifs donc vos projets ont plus de chances de succès et sont moins risqués en conséquence. Et la transition vers l’utilisation de feuilles de temps peut être vraiment facile si vous utilisez des outils déjà intégrés dans votre logiciel de management de projet d’entreprise.

Enregistrer les temps accroit la productivité parce que (même après que vous ôtiez le temps pris pour entrer les données) vous gagnez dans votre capacité à mieux allouer les ressources et mieux estimer le travail à réaliser. Avec ProjectManager.com, votre équipe peut enregistrer ses temps dans la même interface qu’elle utilise pour manager ses projets. L’intégration des feuilles de temps et vos échéanciers de projet rend facile de capturer les temps et analyser ensuite les résultats. Pourquoi ne pas faire un essai dès aujourd’hui ?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

My motivation for passing an English Exam ? by Marc Burlereaux

29 Juin

Last week I took an English exam! OK, so what?

Everyone–my wife, friends, and colleagues were all surprised when I told them I wanted to prepare for an English exam.

Here’s what they told me:

  • Marc Burlereaux

    Marc Burlereaux

    You’ve worked for an English bank for 5 years, using English all the time to chair meetings, write minutes and memos

  • You’ve been a PMI® member since 2004, have prepared certifications in English, given speeches in English, and even reviewed PMI® exam questions in English
  • You’ve traveled a lot and have 2 world trips under your belt
  • You’ve been using English in your professional environment for almost 30 years, come on Marc!

Why bother? Are you lacking recognition? Do you want to earn another shiny medal, as a General of the Project Management Army?

Who doesn’t want more recognition? But that’s not what motivated me the most.

In early 2013, I had the opportunity to work in London for almost a year. I then realised that even if my English was quite good, it was sometimes preventing me from conveying the right message to senior stakeholders. I was evaluated more on form rather than substance.

In private discussions I also had some difficulties to understand every nuance : being caught in a heated discussion between a Chelsea fan and a Manchester United aficionado is a true experience, but you try to understand what they’re saying ! And last but not least, more seriously, I was not perceived by some people as a sufficiently senior Project Manager !

It was time to take the bull by the horns, action !

success go get itWhich English Exam did I choose ?

I then applied for an English course, 25 face to face sessions with an English teacher. I met Michael Briner from Bell School the 26th of August 2013 to start this journey. One of his first proposals was to take this opportunity to prepare an English exam that fit with my business needs, to have an interesting and challenging target. Done deal !

I prepared the BEC Higher from Cambridge English which offers various exams that meet different needs.

We choose together the BEC Higher exam as its goal is to « Get the practical language skills you need to work effectively at a senior level in international business.” And as Michael was kind enough to assume that I could pass it.

writing notes learnIt took me a bit less than 3 years … as I took the exam the 7th of June 2016. The first thing to consider is that it takes quite a lot of time to get prepared, depending for sure on your level.

What is the BEC (Business English Certificate) Higher ?

You can find all relevant and detailed information about all Exams proposed by Cambridge English online (including the cost). In a nutshell, the Cambridge English: Business Higher is made up of four papers to test your English skills. You can see exactly what is in each paper below:

Paper Content Marks
(% of total)
Purpose
Reading
(1 hour)
6 parts 25% Shows you can deal confidently with different types of text.
Writing
(1 hour and 10 minutes)
2 parts 25% You need to be able to write a variety of different items such as memos, letters, emails, reports, and proposals.
Listening
(about 40 minutes, including transfer time)
3 parts 25% You need to be able to follow and understand a range of spoken materials, such as presentations, interviews, and discussions.
Speaking
(16 minutes per pair of candidates)
3 parts 25% Tests your ability to communicate effectively in face-to-face situations. Your Speaking test will be face-to-face with one or two other candidates. This makes your test more realistic and more reliable.

How did I prepare for this exam ?

First of all, I would like to warmly thank Michael Briner, who was an efficient coach and extremely supportive in this approach. His extensive knowledge of this exam was essential.

Like with every exam you need to master the test techniques to avoid any stress on D-Day : it is quite a long and dense test indeed.

Pile of BooksThen I read books in English, watch films in English, listen to business talks : all of these are very useful to get more vocabulary, idioms, and typical English phrases.

Another excellent source was SBFG TV (Speak Better Feel Great TV) from Christina Rebuffet : I really like Christina’s videos. They’re an entertaining way of learning serious business English.  I especially like the videos that help us be sure that we stress syllables correctly.

To quote Christina « Pronunciation can make the difference between someone understanding you and someone not understanding you!

I’ve often heard French people mispronounce a word (like « apoloGIES »), and then the English speaker in front of them says « Oh, aPOLogies! Got it. » And the French person, frustrated thinks « That’s what I said!!! ») ».

I learned a lot from her video, even if I knew the definitions!

It just goes to show, that there are several aspects of « knowing a word »!

I also became a fan of TED talks as listening to keynote speakers is a great opportunity to boost my English and also to learn interesting things. Here are three that I found excellent :

You should also have a  look at this article which gives the 10 best TED talks for learning English and why they’re so good.

Last but not least, I did a lot of practice tests to make sure that during the final exam I was ready to focus on the substance only !

résultatsAnd the results ?

Tests that teachI don’t know for the moment. Even if I feel confident about how I did, I have to wait until July 19th, 2016 for the final results. This is the only downside to these tests: waiting so long afterwards! If there’s one thing that Cambridge could include it’s the time it takes to hear back from them, but I’ve heard that the Queen doesn’t have much time to mark so many essays🙂.

Anyway, no matter what the final result might be, I already achieved a lot as I met great people before and during the exam and as I made some progress in English : Michael acknowledge it when correcting my last writing test, even though if William Shakespeare is not in great danger… MacMillan Testbuilders mention on their test book cover “Tests that teach” : very true indeed !

PMI® is a registered mark of Project Management Institute, Inc.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

le redressement de projets en 10 leçons

28 Juin

« Je ne crois pas que quelqu’un soit né sachant comment mener une équipe de projet vers le rétablissement et le succès » Rebecca Winston

Lessons from a Turn-Around PM billet de Rebecca Winston, JD, Past PMI Chair et PMI Fellow

magicCertaines des leçons que j’ai appliquées, je les ai apprises au prix d’un certain nombre de cicatrices, et de l’observation d’autres de chefs de projet que j’ai rencontrés ou avec lesquels je suis en relation. Il n’y a aucune formule magique ni nec plus ultra; Seulement quelques leçons relativement simples qui démentent la difficulté avec laquelle elles sont mises en œuvre.

D’abord, je ne crois pas que quelqu’un soit né sachant comment mener une équipe de projet vers le rétablissement et le succès. Je ne suis pas ni n’ai rencontré non plus le chef de projet de redressement qui connaisse en fin de compte la réponse sur comment transformer un projet dysfonctionnel ou en échec. Cependant, j’ai appris de nombreuses leçons.

Première leçon : Croyez en vous.

yes you canNotez bien que je n’ai pas dit croire que vous avez toutes les réponses parce que vous ne les avez pas. Mais vous devez croire que vous pouvez faire le boulot. Si vous ne le croyez pas, qui devrait croire en vous, qui vous donnera une apparente confiance, un sens de la direction et un objectif ?

Seconde leçon : Ne dénigrez pas le précédent chef de projet.

Vous faites face à plusieurs pièges si vous vous engagez dans la diffamation du chef de projet précédent. On ne sait jamais qui dans l’équipe peut être leur ami et pourrait répéter vos propos à l’ancien chef de projet. Certaines de ces déclarations peuvent être vraies, d’autres peuvent seulement refléter votre opinion et certaines peuvent s’avérer erronées. Vous ne connaissez pas tous les problèmes auxquels s’est frotté le précédent chef de projet. Tout que vous avez sont vos impressions et vos observations, toutes deux perçues par vos yeux et non pas les leurs au moment où ils les exécutaient.

De plus, critiquer le chef de projet précédent devant ses pairs peut vous couper d’un précieux réseau. Vous pouvez avoir besoin des autres chefs de projet dans l’organisation pour tester vos idées, questionner la signification et la mise en œuvre de procédures internes, découvrir comment supprimer des points de blocage connus et autres sujets. Beaucoup de ces chefs de projet peuvent vivre dans la crainte d’être les prochains éliminés s’ils ont des difficultés sur leurs projets.

Oh et n’oubliez pas que la personne qui est votre manager peut avoir été le manager du précédent chef de projet. Il peut même l’avoir embauché. Critiquer le chef de projet précédent peut revenir à mettre en doute leur bon jugement.

MPM est Partenaire de DantotsuPM

MPM est Partenaire de DantotsuPM

Troisième leçon : Gardez toute votre attention sur faire avancer le projet.

La plupart des chefs de projet n’ont pas d’yeux derrière leur tête. Les yeux servent à regarder soit vers l’avant, soit derrière soi (pas les deux en même temps). Regarder derrière soi ne change pas le projet et peut en fait vous empêcher de trouver les solutions nécessaires pour résoudre les problèmes. Cela peut aussi vous condamner à revivre dans les risques du passé.

Bien sûr, il faut comprendre ce qui s’est passé et les indicateurs précédents, mais rester dans ce mode ne permet pas à l’équipe d’avancer.

En matière de leadership, l’équipe de projet doit suivre le chef de projet qui avance sans se bloquer sur le passé.

Leçon 4 : Croyez en équipe.

équipe projet/businessNe commencez pas par remplacer des membres de l’équipe avec des personnes avec lesquelles vous vous sentez plus à l’aise. Assurez-vous de faire votre analyse d’équipe et de lui donner du temps. Les changements causent une mise en doute de l’équipe et les membres restants peuvent devenir moins productifs qu’ils ne l’étaient ou ne pourraient être.

Vous, comme chef de projet, devez comprendre que, alors que vous vous sentez à l’aise avec de certains individus, le défi d’accroître la base des talents avec lesquels travailler est important. Ils apporteront de nouvelles idées, une perspicacité de projet, la compréhension des risques tant antérieurs que ceux à venir. Certains peuvent avoir des connexions avec des sponsors, des clients, des fournisseurs et d’autres personnes nécessaires au succès du projet.

Leçon 5 : Ayez un plan. (quelque chose de familier pour la plupart des chefs de projet)

suivre la bonne directionLe plan devrait avoir reçu les avis de l’équipe de projet comme tout plan de projet, mais il devrait être vendu comme le plan vers le succès.

Une communication positive est exigée. Le martelage du manque de réussite ou de progrès passés ne réunira pas l’équipe autour de l’esprit de succès. Tant vous-même que l’équipe devez croire que le succès peut être atteint et qu’il le sera dans les paramètres donnés pour le projet.

Leçon 6 : Renégociez.

négocier et renégocierVous êtes nouveau et avez de nouveaux besoins, peut-être quelques nouveaux prérequis, ou de nouvelles parties prenantes.

N’ayez pas peur d’exercer des demandes de renégociation.

Elles peuvent être conduites selon des styles différents, des besoins de communication différents, et avec une compréhension des leçons qui ont été apprises jusqu’à présent sur le projet.

Leçon 7 : Communiquez, communiquez et communiquez encore un peu plus

Une leçon du management de projet en général, mais qui devient encore plus nécessaire dans un projet de rétablissement. Communiquez, communiquez et communiquez encore un peu plus — peut-on le répéter suffisamment ?

Des parties prenantes diverses incluant les membres de l’équipe devront être rassurées, devront recevoir plus d’informations au moins pendant un peu de temps, une meilleure compréhension des risques et des stratégies de traitement et d’autres sujet sur lesquels ils peuvent vouloir fournir des données.

De temps en temps, on peut estimer qu’ils sur-communiquent. Le besoin de sur-communication peut se réduire dans le temps selon combien il reste de temps pour terminer le projet.

Campana & Schott est partenaire de DantotsuPM

Campana & Schott est partenaire de DantotsuPM

Leçon 8 : Soyez créatif.

croissant jambon beurreLe chef de projet de redressement ne peut pas toujours compter ce qu’il a fait dans le passé. Il devra créer de nouveaux rapports, délivrer ces rapports de nouvelles manières, construire un esprit d’équipe différent, utiliser de nouveaux canaux de communication, ou stimuler l’équipe à être plus créative et innovatrice. Parfois cela peut être aussi simple que de ne pas amener des croissants pour la réunion d’équipe, mais de fournir à la place un jambon-beurre au petit-déjeuner. Le bruit créé par un changement aussi simple peut mener à une conversation qui rende le nouveau chef de projet plus réel.

NQI est Partenaire de DantotsuPM

NQI est Partenaire de DantotsuPM

Leçon 9 : Restez en contact avec votre réseau.

network of peopleElle s’applique à tout chef de projet, mais je l’ai trouvé encore plus importante en menant un projet de redressement. Restez en contact avec votre réseau. Vous aurez besoin d’une caisse de résonance. Il y aura des jours sombres et irritants; des jours où vous sentirez que vous serez le prochain chef de projet à ne pas trouver le chemin.

Votre réseau personnel vous écoutera, vous encouragera et vous offrira peut-être des solutions que vous pourrez utiliser et vous approprier.

Leçon 10 : Ne pensez pas que ce projet sera comme le précédent.

De nouveau une leçon générale de management de projet, mais elle prend une nouvelle signification sur un projet de redressement. Ne pensez pas que ce projet sera comme le précédent.

Quelques aspects peuvent l’être, mais beaucoup n’incluent pas cette équipe projet, les risques qui ont été rencontrés et leurs impacts, et les parties prenantes, pour n’en nommer que quelques-uns. Déclarer que ce projet est comme un autre que vous avez récemment réalisé transmettra à l’équipe un manque de singularité de leur projet et les fera se questionner sur pourquoi ils ont échoué. Les faire se mettre en cause eux-mêmes plus qu’ils ne le faisaient déjà est non productif.

toolsVotre boîte à outils doit s’enrichir en permanence.

Il y a ici beaucoup de leçons et nombre d’entre vous en ont déjà d’autres dans leurs bagages de chefs de projets. J’espère que certaines de celles commentées ici peuvent être ajoutées à votre boîte à outils.

De même qu’un chef de projet devrait toujours être en mode apprentissage, votre boîte à outils devrait être en croissance permanente.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

7 ans, l’âge de raison ? Pas encore et merci pour cela à tous les lecteurs et lectrices !

26 Juin

4000 billets, 3000 commentaires, 2 millions de vues… …inimaginable à la création de ce blog en Juin 2009.

DantotsuPM 1er Article 26 Juin 2009C’est en Juin 2009, le 26 juin pour être précis que j’ai publié le premier billet sur ce blog.

Si vous relisez ce billet, vous constaterez comme moi que le cœur des sujets traités est resté très fidèle aux thématiques annoncées au lancement: Management de Projet, PMO, Management de Programmes, Management de Portefeuille de Projet, Certifications et Compétences des PMs, Leadership

De nouveaux centres d’intérêt ont rejoints ces premiers comme Agile, les Outils et Méthodes, la page Rendez-Vous ou encore la communication et les « soft skills » des chefs de projet.

Depuis 7 ans, plus de 4000 articles postés, 3000 commentaires, 2 millions de vues dont plus de la moitié par référencement naturel sur les moteurs de recherche, 1500 visites par jour, 700 abonnés au blog, 600 sur Twitter, 3000 sur LinkedIn, 7200 sur Viadeo…

Stats Juin 2016En effet, vous pouvez suivre ces contenus directement sur le blog, ou sur votre plateforme de média social favorite: Twitter, LinkedIn, Viadeo, Google+… et même Pinterest!

Ce projet de création de blog et d’animation d’une communauté m’a permis au plan personnel de travailler de nouvelles compétences tout en faisant quelque chose qui me passionne et semble (selon vos retours) apporter une certaine valeur aux personnes qui lisent les billets :

  • rechercher des meilleurs articles, vidéos et auteurs du moment sur les sujets qui m’intéressent
  • découvrir de nouvelles idées, approches, techniques (un zeste de sérendipité)
  • écrire des billets, en traduire, les mettre en forme et en page, les illustrer, structurer les idées…
  • rencontrer d’autres blogueurs, des chefs de projets passionnés et des entreprises qui travaillent dans ce domaine: éditeurs informatiques, écrivains, formateurs et organismes de formation, consultants, speakers, associations professionnelles de chefs de projets, recruteurs…
  • me former au marketing et à la vente avec la recherche de partenaires qui me forcent (et je les en remercie) à toujours prêter attention à la réelle valeur ajoutée des articles pour les lecteurs
  • intervenir lors de séminaires sur le management de projet, tant en animation de conférences qu’en tant que speaker et organisateur

compétences blog

  • et toujours se faire plaisir en partageant avec d’autres passionné(e)s !

« Aller toujours plus loin et rechercher le meilleur du meilleur »

Je pense avoir confirmé par les faits le bon choix du nom du blog, Dantotsu, qui en japonnais signifie vouloir devenir meilleur que meilleur, viser à produire la meilleure qualité, chercher à s’améliorer en permanence, excéder les attentes de ses « clients »…

Aussi, je me demande souvent comment améliorer encore ce blog et pour y parvenir vos retours sont primordiaux. Croyez bien que je vous sais très occupés et que j’apprécie à leur pleine valeur ces quelques minutes que vous prendrez pour me communiquer vos idées, critiques  et suggestions (et/ou partager vos propres expériences pour de futurs billets car ce blog vous est ouvert).

L’aventure continue !

adventure

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Comment parler de votre projet ?

14 Juin

How to talk about your project

http://sethgodin.typepad.com/seths_blog/2016/02/how-to-talk-about-your-project.html par Seth Godin

Pas dans le sens marketing, mais stratégiquement, à vous-même, vos partenaires, votre management, vos investisseurs :

NQI est Partenaire de DantotsuPM

NQI est Partenaire de DantotsuPM

time for questionsÀ quoi cela sert-il ? Quand quelqu’un achète votre produit ou service, il l’achète pour faire quoi ?

Qui (ou quoi) essayez-vous de changer en faisant ce travail ? De quel point de départ à quel point d’arrivée ?

Comment saurez-vous si cela fonctionne ?

Que me rappelle ce travail ? Y-a-t-il des projets parallèles, similaires, des choses comme celle-là qui ont été réalisées auparavant ?

Quelle est la partie difficile ?

Combien de votre temps et attention passez-vous sur la partie difficile ?

MPM est Partenaire de DantotsuPM

MPM est Partenaire de DantotsuPM

Quelle partie qui n’est pas sous votre contrôle doit absolument se produire pour que l’ensemble fonctionne ? (Devez-vous être chanceux ?)

Combien (de temps et d’argent) cela va-t-il prendre pour découvrir si vous avez une chance que cela marche ?

Quels atouts possédez-vous déjà que vous pourrez utiliser et démultiplier dans ce projet ?

Lesquels devez-vous acquérir ?

Après le lancement du projet, de quels nouveaux atouts disposerez-vous ?

Quelles sont les personnes qui devront vous aider ? Ont-elles l’expérience d’aider des gens comme vous ?

Campana & Schott est partenaire de DantotsuPM

Campana & Schott est partenaire de DantotsuPM

Cela vaut-il le coup?

Les organisateurs de projet qui réussissent sont enchantés d’engager une conversation sur toutes ces questions. Si vous vous cachez de celles-ci, il est grand temps de découvrir pourquoi.

Enregistrer

Enregistrer

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 570 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :