Archive | forum de discussion RSS feed for this section

Comment être bilingue recâble votre cerveau !

19 Août

How being bilingual rewires your brain

https://www.weforum.org/agenda/2016/02/how-being-bilingual-rewires-your-brain by World Economic Forum in collaboration avec Quartz

Il est bien connu qu’être bilingue apporte des bénéfices cognitifs: La commutation entre deux langues a été comparée à une gymnastique intellectuelle.

Mais maintenant, la recherche suggère que maîtriser deux langues peut fondamentalement changer la structure de votre cerveau, le re-câblant pour fonctionner différemment des cerveaux de ceux qui parlent seulement une langue.

« Les bilingues sont vraiment un modèle de contrôle cognitif » comme la scientifique cognitif Judith F. Kroll, de l’Université d’État de Pennsylvanie, l’a indiqué à Quartz, citant la capacité des bilingues à garder deux langues en même temps dans leur tête et de commuter de façon experte entre elles aux bons moments.

WEF - bilingualism in EuropeKroll a présenté son travail à l’association américaine pour l’avancement de Science lors d’une rencontre à Washington, DC. Si vous parlez deux langues et avez jamais trouvé cette tâche difficile (choisir la bonne langue selon le contexte), c’est parce que les deux langues sont toujours « actives » dans les cerveaux des bilingues, comme Kroll et d’autres scientifiques cognitifs l’ont observé.

Autrement dit, le cerveau traite continuellement les informations dans les deux langues.

NQI est Partenaire de DantotsuPM

NQI est Partenaire de DantotsuPM

Enregistrer

Enregistrer

et si vous leviez la tête de ce diagramme de Gantt et preniez le temps de réfléchir ?

18 Juil

Prenez vous du temps chaque jour juste pour vous poser et réfléchir ?

Se poser et réfléchirNous baignons dans un contexte de frénésie et de boulimie d’activités. Toute minute inoccupée semble être du temps perdu. Il est facile de se laisser manager par son agenda Outlook, ses courriels, ses tâches projets et choses domestiques.

Steve nous rappelle combien il est important de savoir se créer des espaces de réflexion pour se ressourcer et sortir grâce à ceux-ci du rôle d’exécutant qui nous menace.

Article original sur le blog de Steve Radick.

Je sais que nous sommes tous occupés.

Nous avons des dates-buttoir à respecter, des courriels à écrire/répondre, des projets sur lesquels travailler, des problèmes de management à traiter, des courses à faire, des familles dont prendre soin, et beaucoup beaucoup d’autres choses que nous faisons quotidiennement.  Pour donner du sens à tout cela, nous créons des routines et des programmes quotidiens – se réveiller, sortir les chiens, aller faire un jogging, amener les enfants à l’école, répondre aux courriels urgents, faire un premier brouillon de document de projet, assister à la réunion de statut, etc. Dieu sait que je n’effectuerais pas la moitié du travail réalisé sans mon agenda Outlook pour me rappeler quand je dois aller à une réunion ou passer un appel téléphonique.  Souvent, diviser notre journée en tâches plus maniables est la seule manière de maintenir un certain niveau de santé mentale.

Mais que perdons-nous quand nous entrons dans une telle routine ?  Pouvez-vous introduire  l’« innovation » comme une partie de cette routine ?

  • Quand est la dernière fois où vous avez créé un rendez-vous dans Outlook pour rattraper le retard sur vos lectures de blogs (ou RSS) ?
  • Quand une date d’échéance de projet est avancée, quelle est la première chose qui est éliminée ?
  • Combien de fois avez-vous dit, « je sais, je devrais vraiment écrire un article sur un blog ou commenter les articles de quelques autres ce soir, mais je suis épuisé et cela peut attendre ? »
  • Combien de fois sortez vous de votre « bulle » de projet individuel et faites-vous l’effort concerté de simplement sortir et apprendre quelque chose de nouveau ?

Quand est la dernière fois où vous vous êtes simplement assis et avez réfléchi au sujet de votre projet/organisation/contrat/initiative et vous êtes-vous questionné ?

  • Au sujet de la stratégie dans le long terme ?
  • Au sujet de comment améliorer le moral de votre équipe ?
  • Au sujet de la façon de devenir plus efficace ?
  • Au sujet de la façon d’améliorer les choses ?
  • Au sujet des problèmes externes qui pourraient positivement ou négativement impacter votre travail ?
  • Quand est la dernière fois où vous avez proposé une nouvelle idée qui n’était pas dans votre description des fonctions ou SOW de projet ?

J’ai eu une intéressante conversation récemment avec un des responsables sénior dans ma compagnie et il m’a dit que c’est l’une des choses qui sépare le bon de l’excellent.

Viser plus haut, voir plus grand.

Viser plus haut, voir plus grand.

Le bon élément respectera toutes ses dates-limites, sortira des produits de qualité, ne hérissera personne, sera là à l’heure, et fera tout qui lui est demandé.

L’excellent élément d’autre part, peut manquer quelques dates-limites et peut rendre quelques personnes folles, mais il sera également celui qui proposera la prochaine grande idée.

  • Quelle est la dernière vraie idée que vous avez eue au travail qui ne vous a pas été imposée par quelqu’un d’autre ?
  • En avez-vous parlé ?
  • Avez-vous agi sur cette idée ?

Aussi, suivez mon conseil et libérez 30 minutes de votre journée pour réfléchir.

Ceci peut vouloir dire :

  • Rattraper son retard sur ses blogs favoris (RSS)
  • Lire le journal
  • Avoir une réunion d’équipe où le seul point de l’ordre du jour est « que pouvons-nous améliorer ? »
  • Sortir pour déjeuner avec une personne d’un métier ou business différent et se renseigner sur ce qu’elle fait
  • Être comme Dr. House, trouver une balle à jeter en l’air et réfléchir à la façon résoudre un problème
  • Installer des alertes Google sur des sujets liés à son organisation et s’engager à les suivre
  • Créer une liste d’idées « si j’étais roi/reine pendant 1 jour » pour son organisation
  • Faire une recherche Twitter sur son organisation/marque et voir ce que d’autres en disent

Pouvez-vous libérer le temps dans votre agenda pour devenir excellent ?

Enregistrer

Enregistrer

PMI France Chapter recherche un chef de projet bénévole Responsabilité Sociétale

14 Juil

Afin d’augmenter sa responsabilité sociétale, PMI France Chapter aimerait aider les associations humanitaires à recruter plus facilement des chefs de projet bénévoles pour des missions humanitaires en proposant un portail de diffusion des offres.

De manière plus détaillée, la mission consiste en :

Recherche des associations

  • doctor holding an injectionRecherche des propositions de missions correspondant à des besoins en chef de projet
  • Contacter l’association et définir les méthodes de recrutements, la qualité des candidats

Accord de partenariat

  • Définir si les associations sont intéressées par des accords
  • Définir et mettre en place un modèle de contrat type
  • Définir et mettre en place les flux de communication

Conception du portail d’offres

  • Définir l’architecte du portail d’offres
  • Établir comment suivre l’offre: activation et relance, mode de réponse, retrait, …

Déploiement et suivi des offres et des partenariats

  • Faire un bilan régulier avec les associations
  • LPMI FRANCE - LOGO 20 ans - encadré finalister les demandes d’évolution et d’amélioration des associations
  • Définir si les propositions d’amélioration peuvent être mises en place et comment
  • Proposer un plan de mise en place des améliorations retenues

Si vous êtes intéressé(e), merci d’aller sur VRMS : https://vrms.pmi.org/OpportunitySearch/OpportunitySearch

Enregistrer

PMI-Montréal : 4ème plus grande section au monde ! (sur 295 !)

3 Juil

Bravo au PMI Montréal, premier chapitre francophone à atteindre les 4500 membres (PMI France n’est pas loin avec ses plus de 4300 adhérents en Juin 2016) !

Message publié par Benoit Lalonde, Président du PMI Montréal:

« PMI-Montréal : plus grande section au Canada

PMI-Montréal : plus grande  section francophone

Logo-PMI MontréalCeci représente nos efforts collectifs, membres, conseil d’administration, entreprises et partenaires pour faire de Montréal et du Québec des plaques tournantes en gestion de projet.

La gestion de projet est en progression dans un marché complexe et nous sommes convaincus que la qualité des gestionnaires de projet québécois, l’expertise développée en partenariat avec les universités et chaires de recherche se reflètent dans la confiance que nous témoignent nos membres.

C’est donc très motivés et portés par cette grande nouvelle que le conseil d’administration a tenu une de ses retraites stratégiques annuelles à l’ITHQ le samedi 11 juin. Notre premier objectif : analyser les suggestions et commentaires de nos membres obtenus lors de notre World Café et par la suite conjuguer le tout avec notre vision 2020.

Soyez assurés  que nous continuons à faire valoir les meilleurs pratiques en gestion de projet et travaillerons à son rayonnement continu, et ce, toujours dans votre intérêt.

Passez un très bel été et au plaisir de vous revoir en septembre ! »

PMI® is a registered mark of Project Management Institute, Inc.

Enregistrer

êtes-vous prêts pour le changement ?

30 Juin

Peut-être une meilleure question serait-elle, quelqu’un est-il jamais prêt pour le changement ?

Are You Ready for Change?

http://www.ginaabudi.com/are-you-ready-for-change par Gina Abudi

backpackNous vivons régulièrement le changement dans nos vies, que ce soit un changement lié à notre travail ou dans notre vie privée. Certains de ces changements, nous les pilotons et donc nous sommes prêts. D’autres ne sont pas de notre choix ou peuvent survenir plus tôt que nous le préférerions. Dans ces cas, nous pouvons ne pas être prêts et, pouvons plutôt rejeter ce changement.

Les gens qui sont prêts pour le changement, ou mieux préparés au changement quand ils y sont confrontés, ont ces caractéristiques :

  • Passion.

Ils sont engagés dans ce qu’ils font et recherchent en permanence l’amélioration. Ils croient que beaucoup est possible.

  • Optimisme.

Ils voient des opportunités plutôt que des problèmes. Ils ont en général une perspective positive.

  • Amour des challenges.
Partenaire de DantotsuPM

Partenaire de DantotsuPM

Les défis sont passionnants! Ce sont des choses à conquérir plutôt que des choses à éviter. Ils prendront des risques calculés pour trouver une meilleure voie.

  • Capacité de résistance.

Ils peuvent s’adapter et rebondir dans l’adversité. Ils s’attendent à ce que des erreurs se produisent, feront des corrections et avanceront. Ils ont un but et ils vont l’atteindre.

  • Confiance.

Ils sont confiants en leurs compétences et connaissances et en leur capacité d’apprendre de nouvelles choses. Ils voient un problème et sont confiants qu’ils peuvent le résoudre.

changementsEt vous ? êtes-vous êtes prêts pour le changement ?

Prêts à changer votre manière de lire par exemple comme le suggère Frank Walman ?

Si vous n’y êtes pas déjà immergés, il arrive ! Nous pouvons toujours compter sur le changement.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

les risques dont on parle le plus ne sont pas forcément les plus importants !

9 Juin

Mirages de sécurité…

Bruce Schneier

Bruce Schneier

Le sentiment de sécurité ne correspond pas toujours la réalité, nous dit l’expert en sécurité informatique Bruce Schneier.

Il explique pourquoi nous dépensons des milliards à adresser de nouveaux risques potentiels qui font la une des journaux, comme avec « le cinéma autour de la sécurité » de votre aéroport favori, alors que nous négligeons des risques bien plus probables. Bruce explique aussi comment nous pouvons casser ce modèle.

Je retiens de son intervention à TED, en particulier, la distinction qu’il convient de faire entre le sentiment de sécurité et la réalité et combien ces 2 vues d’un même risque peuvent être décalées. Décalage parce que nous ne sommes tout simplement pas très doués pour prendre des décisions rationnelles en matière de sécurité.

Nous avons en effet un biais naturel à exagérer l’importance ou l’impact potentiel de risques inconnus ou avec lesquels nous ne sommes pas familiers. Nous surestimons souvent les risques lorsque nous ne sommes pas en situation de contrôle.

Nous avons aussi tendance à répondre davantage aux histoires qu’aux données. Et, il faut reconnaître que nous ne sommes pas très doués pour gérer les grands chiffres mais plus habiles avec les petits.

D’autre part, toute information qui viendra confirmer notre idée sera mieux appréciée (mais pas forcément à sa juste valeur) qu’une autre qui va à l’encontre de ce que nous pensons tenir pour certain.

Une très intéressante vidéo (sous titrée en français) que je vous recommande.

jetez un coup d’œil à ce livre

jetez un coup d’œil à ce livre

Pour ceux qui souhaitent aller plus loin sur ce sujet:

Regardez les travaux du psychiatre Aaron Beck et des psychologues Amos Tversky et Daniel Kahneman sur le rôle des « biais cognitifs »

Ainsi que les livres:

black Swan

Le cygne noir : La puissance de l’imprévisible

 

brise-glace virtuels pour équipes travaillant à distance !

27 Mai

Virtual icebreakers for remote teams

http://www.lisettesutherland.com/2015/06/virtual-icebreakers-for-remote-teams/  par Lisette SUtherland

[…]

ice breaker questionsVous trouverez mille recommandations en ligne, voici certaines de mes questions préférées.

  • foodQuelle sont vos mets préférés et moins appréciés ? Une question si simple dont les réponses semblent toujours faire découvrir quelque chose d’intéressant !
  • Quel était votre premier job ?
  • Racontez une histoire à propos de votre nom…
  • Complétez la phrase « Quand je danse, je ressemble à __________ »
  • Quelle est votre bande dessinée préférée ?
  • Quel est votre moment préféré [de l’année, du mois, de la semaine, de la journée… ] ?

Prenez une photo de …

Si vous avez un système de discussion en ligne ou de partage sur lequel des photos peuvent être affichées, vous pouvez poser des questions auxquelles répondre par des images.

  • shoesVos chaussures (idée  de LucidMeetings.com)
  • Vue de l’extérieur par votre fenêtre
  • Votre poste de travail
  • Quelque chose sur votre bureau
  • La ville où vous êtes (et faites deviner ce lieu aux autres participants)

Astuces de pro

fast

ne passez pas un temps excessif sur cette entrée en matière.

Si vous organisez la réunion, exécutez rapidement cette discussion « brise-glace ». Vous vous réunissez parce que des choses doivent être discutées avec l’ensemble de l’équipe. Ces questions de démarrage ne devraient donc pas entraver l’atteinte de cet objectif.

N’entrez pas trop dans le domaine personnel. Limitez vos questions à des sujets généraux, de surface, peu importants. Des émotions inattendues pourraient être déclenchées si vous allez trop en profondeur.

C’est OK si quelqu’un ne veut pas participer. Faites savoir aux gens qu’il est OK de choisir de ne pas participer.

Restez dans le positif. Les questions négatives peuvent s’enchainer de façon surprenante.

Écoutez le podcast « Collaboration Superpowers » sur les brise-glace virtuels pour les équipes à distance sur le site Lisette Sutherland.

21 Mai – Journée Mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement

21 Mai

Promouvoir le dialogue mutuel

Image courtesy of Ambro at FreeDigitalPhotos.net

Image courtesy of Ambro at FreeDigitalPhotos.net

En instaurant le 21 mai la « Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement « , l’ONU donne une orientation importante en plaçant le dialogue mutuel – au-delà du sexe, de l’âge, de la nationalité, de l’appartenance culturelle et de la religion – au centre de tous les efforts pour parvenir à un monde de paix, capable de faire face à l’avenir.

Cette journée donne l’occasion de mieux connaître et apprécier ce que nous devons aux autres cultures, et à prendre la mesure de la diversité de leurs apports, de leur unicité, de leur complémentarité et de leur solidarité.

Connaître et reconnaître nos différences, les respecter en ce qu’elles fondent notre propre identité, c’est donner la chance aux siècles qui s’annoncent de s’épanouir enfin hors des conflits identitaires de tous ordres. La diversité culturelle est un droit humain fondamental.

Une vidéo TED de Ann Morgan montre combien chacun d’entre nous peut recouvrer la vue sur d’autres cultures à travers ses lectures.

En effet, Ann Morgan se considérait bien informée jusqu’à ce qu’elle découvre « l’angle mort culturel massif » dans sa bibliothèque . Au milieu d’une multitude d’ auteurs anglais et américains, il y avait très peu d’œuvres d’auteurs en dehors du monde anglophone . Alors, elle s’est fixé un objectif ambitieux : lire un livre de chaque pays du monde (196) au cours d’une année.

Elle a depuis invité les autres anglophiles à lire les œuvres traduites afin que les éditeurs travaillent davantage pour amener à eux des joyaux littéraires étrangers. Découvrez les cartes interactives de son voyage initiatique de lecture.

Image

une belle initiative: « Project Managers without borders »

8 Mai
Get more information

Get more information

Get Involved – Volunteer with Project Managers without Borders !

The goal is to engage the global project management community through collaborative and sustainable projects that make a positive difference in the world. Make a positive difference in the NGO world, promoting project management and improving NGO benefits realization!

Project Managers Without Borders is a Not-For-Profit organization that is in the foundation stage.

DISCLAIMER : Project Managers Without Borders is not in any way affiliated with Doctors Without Borders, which is a registered trademark of Bureau International de Médecins Sans Frontiéres.

VUCA est un acronyme à connaitre dans le management de projet, les affaires, les armées, l’enseignement, …

6 Mai

Volatility, Uncertainty, Complexity and Ambiguity

https://en.wikipedia.org/wiki/Volatility,_uncertainty,_complexity_and_ambiguity

Volatilité, incertitUde, Complexité et Ambiguïté

VUCA est un acronyme utilisé pour décrire ou questionner la volatilité, l’incertitude, la complexité et l’ambiguïté des conditions et situations. L’utilisation commune du terme VUCA a commencé dans les années 1990 et provient du vocabulaire militaire. Il a été par la suite utilisé dans des idées émergentes dans leadership.

vucaLa signification plus profonde de chaque élément de VUCA permet de mieux comprendre l’intérêt stratégique de VUCA aussi bien dans les comportements de groupes et personnes que dans les organisations.

  • V = Volatilité. La nature et la dynamique de changement ainsi que la nature et la vitesse des forces et catalyseurs de changement.
  • U = incertitUde (Uncertainty). Le manque de prévisibilité, les potentielles surprises, et la prise de conscience et compréhension des problèmes et événements.
  • C = Complexité. La multiplicité des forces et problèmes, aucune chaine simple de cause-à-effet et la confusion dans laquelle baigne une organisation.
  • A = Ambiguïté. Les brumes de la réalité, le potentiel de mauvaise compréhension et les significations multiples de conditions; la confusion entre cause-et-effet.
Partenaire de DantotsuPM

Partenaire de DantotsuPM

Ces éléments présentent le prisme à travers lequel les organisations voient leur état actuel et futur. Ils présentent des frontières à la planification et aux directions stratégiques. Ils sèment ensemble la confusion dans les décisions ou au contraire aiguisent la capacité de regarder en avant, de se projeter et de progresser. VUCA prépare le terrain pour manager et mener.

En général, les éléments de VUCA ont tendance à construire la capacité d’une organisation à :

ne pas voler en solo

  1. Anticiper les problèmes  qui dictent les conditions
  2. Comprendre les conséquences des problèmes et actions
  3. Apprécier l’interdépendance des variables
  4. Préparer à des alternatives dans la réalité et les chalenges
  5. Interpréter et  exploiter les opportunités

Dans la plupart des organisations contemporaines, business, militaires, enseignement, gouvernement et autres : VUCA est un code pratique pour être prêt et attentif. Au-delà de l’acronyme est un corpus de connaissances qui traite de l’étude de modèles d’apprentissage pour être prêt à VUCA, anticiper, évoluer et intervenir.

L’échec n’est pas en soi une catastrophe, mais l’échec d’apprendre de l’échec l’est certainement .

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 570 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :