Tag Archives: international project management

1 Mars – Montréal #PMI® – Déploiement d’outils internes au niveau mondial : Défis & Succès

15 Fév

An experience sharing session about a tool that was deployed world wide with its positive results and its challenges.

As many Services organizations, we need to provide estimate and work level effort while answering to proposal.

Céline Guérini, Senior Project manager, Dassault Systemes

Céline Guérini, Senior Project manager, Dassault Systemes

Everyone has a tendency to re-invent the wheel or used the method they know.

The intent of this project is to deploy a World Wilde Quotation Model to allow consistency work level effort for Product Life Cycle deployment projects based on internal project management methodology framework.

This key step is part of the Bid Management Process and targets to increase Statement Of Work win ratio in a lean and efficient way.

The goal of this session will be to share the experiences of such projects by highlighting the key challenges and success

Une session organisée par PMI Montréal et animée par Céline Guérini, Senior Project manager, Dassault Systemes

PMI is a registered mark of Project Management Institute, Inc.

Microsoft est partenaire de DantotsuPM

Microsoft est partenaire de DantotsuPM

Enregistrer

Entretien d’embauche en anglais : Quels sont vos défauts ? par Christina Rebuffet

14 Sep

Le prochain cours de Christina, “Get The Job: Réussir son entretien d’embauche en anglais”, est presque prêt !

Apprenez-en davantage sur cette offre

Apprenez-en davantage sur cette offre

Il est basé sur son programme de coaching le plus prisé, sur comment réussir un entretien d’embauche en anglais. Devenez aussi convaincant en anglais que vous l’êtes en français (et améliorez votre argumentaire au passage). Dans son cours Get The Job: Réussir son entretien en anglais, Christina donne TOUT pour répondre de manière claire et concise aux 12 questions incontournables d’un entretien.

Avant d’ouvrir les inscriptions à ce nouveau cours, Christina nous offre 3 leçons gratuites, donc dès la semaine prochaine, ne ratez pas la 1ère leçon: comment être convaincant et sincère dans la réponse à la question: “What are you looking for in this job?”

Pour recevoir ces 3 leçons gratuites, inscrivez-vous sur la liste ici !

Now, today’s episode…“What are your weaknesses?” http://christinarebuffet.com/2016/09/10/quels-sont-vos-defauts/

Le recruteur cherche surtout à savoir si vous êtes le bon candidat pour le poste donc, tôt ou tard, vous aurez cette question: What are your weaknesses ? Quels sont vos défauts ?

Dans cet épisode, Christina partage les expressions en anglais pour décrire ses défauts, expliquer que nous travaillons sur ceux-ci et donner une vraie bonne réponse à la question.

Partenaire de DantotsuPM

Partenaire de DantotsuPM

Enregistrer

My motivation for passing an English Exam ? by Marc Burlereaux

29 Juin

Last week I took an English exam! OK, so what?

Everyone–my wife, friends, and colleagues were all surprised when I told them I wanted to prepare for an English exam.

Here’s what they told me:

  • Marc Burlereaux

    Marc Burlereaux

    You’ve worked for an English bank for 5 years, using English all the time to chair meetings, write minutes and memos

  • You’ve been a PMI® member since 2004, have prepared certifications in English, given speeches in English, and even reviewed PMI® exam questions in English
  • You’ve traveled a lot and have 2 world trips under your belt
  • You’ve been using English in your professional environment for almost 30 years, come on Marc!

Why bother? Are you lacking recognition? Do you want to earn another shiny medal, as a General of the Project Management Army?

Who doesn’t want more recognition? But that’s not what motivated me the most.

In early 2013, I had the opportunity to work in London for almost a year. I then realised that even if my English was quite good, it was sometimes preventing me from conveying the right message to senior stakeholders. I was evaluated more on form rather than substance.

In private discussions I also had some difficulties to understand every nuance : being caught in a heated discussion between a Chelsea fan and a Manchester United aficionado is a true experience, but you try to understand what they’re saying ! And last but not least, more seriously, I was not perceived by some people as a sufficiently senior Project Manager !

It was time to take the bull by the horns, action !

success go get itWhich English Exam did I choose ?

I then applied for an English course, 25 face to face sessions with an English teacher. I met Michael Briner from Bell School the 26th of August 2013 to start this journey. One of his first proposals was to take this opportunity to prepare an English exam that fit with my business needs, to have an interesting and challenging target. Done deal !

I prepared the BEC Higher from Cambridge English which offers various exams that meet different needs.

We choose together the BEC Higher exam as its goal is to « Get the practical language skills you need to work effectively at a senior level in international business.” And as Michael was kind enough to assume that I could pass it.

writing notes learnIt took me a bit less than 3 years … as I took the exam the 7th of June 2016. The first thing to consider is that it takes quite a lot of time to get prepared, depending for sure on your level.

What is the BEC (Business English Certificate) Higher ?

You can find all relevant and detailed information about all Exams proposed by Cambridge English online (including the cost). In a nutshell, the Cambridge English: Business Higher is made up of four papers to test your English skills. You can see exactly what is in each paper below:

Paper Content Marks
(% of total)
Purpose
Reading
(1 hour)
6 parts 25% Shows you can deal confidently with different types of text.
Writing
(1 hour and 10 minutes)
2 parts 25% You need to be able to write a variety of different items such as memos, letters, emails, reports, and proposals.
Listening
(about 40 minutes, including transfer time)
3 parts 25% You need to be able to follow and understand a range of spoken materials, such as presentations, interviews, and discussions.
Speaking
(16 minutes per pair of candidates)
3 parts 25% Tests your ability to communicate effectively in face-to-face situations. Your Speaking test will be face-to-face with one or two other candidates. This makes your test more realistic and more reliable.

How did I prepare for this exam ?

First of all, I would like to warmly thank Michael Briner, who was an efficient coach and extremely supportive in this approach. His extensive knowledge of this exam was essential.

Like with every exam you need to master the test techniques to avoid any stress on D-Day : it is quite a long and dense test indeed.

Pile of BooksThen I read books in English, watch films in English, listen to business talks : all of these are very useful to get more vocabulary, idioms, and typical English phrases.

Another excellent source was SBFG TV (Speak Better Feel Great TV) from Christina Rebuffet : I really like Christina’s videos. They’re an entertaining way of learning serious business English.  I especially like the videos that help us be sure that we stress syllables correctly.

To quote Christina « Pronunciation can make the difference between someone understanding you and someone not understanding you!

I’ve often heard French people mispronounce a word (like « apoloGIES »), and then the English speaker in front of them says « Oh, aPOLogies! Got it. » And the French person, frustrated thinks « That’s what I said!!! ») ».

I learned a lot from her video, even if I knew the definitions!

It just goes to show, that there are several aspects of « knowing a word »!

I also became a fan of TED talks as listening to keynote speakers is a great opportunity to boost my English and also to learn interesting things. Here are three that I found excellent :

You should also have a  look at this article which gives the 10 best TED talks for learning English and why they’re so good.

Last but not least, I did a lot of practice tests to make sure that during the final exam I was ready to focus on the substance only !

résultatsAnd the results ?

Tests that teachI don’t know for the moment. Even if I feel confident about how I did, I have to wait until July 19th, 2016 for the final results. This is the only downside to these tests: waiting so long afterwards! If there’s one thing that Cambridge could include it’s the time it takes to hear back from them, but I’ve heard that the Queen doesn’t have much time to mark so many essays :-).

Anyway, no matter what the final result might be, I already achieved a lot as I met great people before and during the exam and as I made some progress in English : Michael acknowledge it when correcting my last writing test, even though if William Shakespeare is not in great danger… MacMillan Testbuilders mention on their test book cover “Tests that teach” : very true indeed !

PMI® is a registered mark of Project Management Institute, Inc.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Image

une belle initiative: « Project Managers without borders »

8 Mai
Get more information

Get more information

Get Involved – Volunteer with Project Managers without Borders !

The goal is to engage the global project management community through collaborative and sustainable projects that make a positive difference in the world. Make a positive difference in the NGO world, promoting project management and improving NGO benefits realization!

Project Managers Without Borders is a Not-For-Profit organization that is in the foundation stage.

DISCLAIMER : Project Managers Without Borders is not in any way affiliated with Doctors Without Borders, which is a registered trademark of Bureau International de Médecins Sans Frontiéres.

April 21 – Lausanne – Executives round-table: Improving project management competency to drive organizational performance!

10 Mar

Learn from your peers across a broad range of industries how to improve project management competency to drive your organization’s performance!

  1. Ensure that your talent will apply their newly acquired competencies.
  2. Stimulate learning adoption to drive organizational performance.
  3. Demonstrate the ROI of your development programs

21 Avril 2016 Exec Round Table Switzerland

 Keynote Speaker: Michel Aymard, Orange Business Services, Head of Project Management CH & SCE Cluster

bridge the competency gap

bridge the competency gap

Competency gaps continue to plague the successful delivery of projects. Organizations need to find new approaches to increase proficiency levels of their project resources in order to change behaviours and achieve business outcomes.

Come have event and learn what your peers are doing to create talent management programs that successfully deliver improvements in workplace productivity, cost savings and ROI.

It is time for organizations to rethink how they do competency development.

notes thinkRecent research shows that organizations need to focus on the training and development of their project resources in order to achieve better organizational performance. Yet studies are rife with the ineffectiveness of traditional training techniques.

Given that projects represent a key lever for organizations to achieve strategic objectives and that they account for a substantial portion of capital expenditures, improving project management competency could yield significant returns in corporate profits and organizational performance.

empty conf roomThis round-table event is an opportunity to share experiences and solutions about competency development strategies that drive success.

Come, exchange ideas and learn about common challenges and practical solutions that Swiss and international companies are implementing

Networking

Join a community of executives in the field of Talent Management, Project Management and Learning & Performance.

Limited seating, please click here to register!

or contact PMGS or Orange Business Services

Partenaire de DantotsuPM

Partenaire de DantotsuPM

17 Mars – Montréal – Intelligence interculturelle

1 Mar

Intelligence interculturelle; relations interpersonnelles pour le succès planétaire

S’inscrire à cet évènement

globeDans notre ère actuelle de la mondialisation, nous sommes de plus en plus sollicités pour interagir avec, voyager et recevoir, les membres des communautés internationales.

Nous souhaitons tous que chacun soit confortable en notre compagnie, que nos invités soient accueillis selon leurs rôles et reconnaitre nos hôtes selon leurs mœurs et traditions. En ne respectant pas les normes, clic!, en un seul instant, nous pouvons faire gaffe. Ce qui est approprié chez nous ne l’est peut-être pas ailleurs. Avec un seul geste, ou quelques mots, on peut commettre une bévue interculturelle.

Vous souhaitez bâtir des liens d’affaires solides et durables, un peu partout sur la planète?

Joignez-vous à nous pour cet atelier interactif et développez votre intelligence interculturelle; en apprenant les règles contemporaines de l’étiquette des affaires et du protocole international.

Adieux faux-pas et embarras; allô confiance et crédibilité!

CSP est partenaire de DantotsuPM

CSP est partenaire de DantotsuPM

April 18-19 – Durban (South Africa) – PMSA KwaZulu Natal Regional Conference

24 Fév
Details and Registration

Details and Registration

The public and private sectors are increasingly delivering on their mandate and strategic objectives through projects. It’s an exciting time for project managers as notable transformation and infrastructure projects roll out across the country and the continent.

Campana & Schott est partenaire de DantotsuPM

Campana & Schott est partenaire de DantotsuPM

On the 18th and 19th April 2016 the PMSA KwaZulu Natal Regional Conference celebrates the wealth of knowledge South Africa has in successfully delivering projects. This event offers an opportunity to learn from that success, exposing delegates to thought leadership, best practices, case studies and insight into projects that are shaping the region.

MPM est Partenaire de DantotsuPM

MPM est Partenaire de DantotsuPM

Le “small talk” : Pourquoi c’est indispensable pour réussir avec vos collègues américains

26 Jan

“Pourquoi il me parle ce type ? On se connait pas !”

Un billet en deux parties de Christina Rebuffet dont voici la première.

Imaginez…

Vous venez de vous installer dans votre siège pour un vol Paris – Amsterdam. Un autre passager arrive et vous remarquez son passeport américain. Il engage la conversation:

flying-people-sitting-public-transportation-large– “Excuse me, I’m in the window seat. Looks like it’s gonna be a full flight.”

– “Ah, yes.” Vous sortez pour le laisser prendre place.

– “Sorry, excuse me,” il continue. “Well, at least it’ll be a short flight. You going on vacation or business?”

Et là, vous pensez “Pourquoi il me parle ce type ? On se connait pas !”

Les Américains et le “small talk”…

Si vous avez voyagé aux États-Unis, vous avez sûrement remarqué que les Américains se parlent, beaucoup, partout, de tout. Ils semblent être “copains” avec tout le monde. Si vous avez déjà travaillé avec des Américains, vous avez peut-être eu l’impression qu’ils parlent beaucoup pour ne pas dire grande chose. C’est le “small talk,” et même si le contenu de l’échange peut être plutôt banal, l’exercice est tout sauf banal.

Des sujets personnels, voir très personnels

Même dans un contexte professionnel, aux États-Unis, il n’est pas rare de raconter à vos collègues votre vie, celle de vos enfants, de parler du dernier match et même de contredire votre chef (que vous appelez par son prénom, d’ailleurs…) sur certains sujets légers, sans risquer de froisser ses sensibilités.

Cette habitude peut être déstabilisante pour des Français, qui peuvent voir ces petites conversations de tous les jours d’une manière différente. Avec des inconnus, comme dans un avion ou en attendant le bus, un Français aura plus tendance à voir celui qui vient nous parler sans invitation avec un certain degré de suspicion.

Imaginez…

Vous montez dans le bus, vous prenez place et la personne assise à coté de vous lance “Il fait beau aujourd’hui. Vous allez où ?” L’expérience risque d’être plus dérangeante qu’agréable, surtout si vous êtes une femme et celui qui initie la conversation est un homme.

people-feet-Bus-travelling-largeLa même situation aux États-Unis ne sera pas vécu de la même façon. On imagine la conversation se déroulera plutôt de cette manière:

– Jack: Nice day out today. Where you headed?

– Rachel: Yeah, it is. Just going downtown to do a little shopping.

– Jack: Yeah, my wife’s at the mall right now, looking for a present for our daughter. It’s her birthday in 2 weeks.

– Rachel: Oh, how nice! How old is she gonna be?

– Jack: Four. And she’s already a little monster!

– Rachel: Oh, I can imagine. At that age… Well, my stop’s up next. Good talking to you. And happy birthday to your daughter!

C’est une conversation en apparence sans intérêt. Jack ne voulait pas forcément savoir où Rachel allait. La vie de Jack n’intéresse pas Rachel plus que ça. Pour quelqu’un venant d’une culture où il est préférable pour deux inconnus de garder un certain distance, ces échanges paraissent superficiels, creux, voire gênants.

Mais l’importance n’est pas tant le sujet de conversation, que l’acte de la conversation. Le “small talk” joue un rôle important dans la société américaine, tant dans la vie personnelle que dans la vie professionnelle.

La place du “small talk dans une société individualiste

La société américaine est basée sur l’individualisme. Le respect et le sens d’appartenance proviennent plus de ce que l’on fait que de ce que l’on est. Même si vous gérez une entreprise fondée par votre arrière-arrière grand-père, il va falloir faire vos preuves avant que les salariés vous voient comme leur véritable chef.

Group of BusinesspeopleDe ce fait, le sens d’appartenance est loin d’être acquis. Le sens du groupe est plus faible que le sens de l’individu. Il faut donc s’assurer de son appartenance au groupe, donc de sa légitimité au sein du groupe, régulièrement. C’est par le “small talk” que ça se passe.

Ces petites discussions sont aussi une manière de renforcer cette notion d’égalité entre deux individus, tout comme la pratique courante d’utiliser les prénoms dans beaucoup de contextes où, dans d’autres cultures, un certain degré de formalité sera de mise (exprimé par le vouvoiement, par exemple).

En s’ouvrant à l’autre par une petite discussion, on lui montre qu’on accepte en tant que personne, que l’on ne se croit pas supérieur sans le connaitre. Après tout, même s’il est habillé en jean et en sweater, il se trouve que c’est peut-être le fondateur d’une puissante entreprise.

Pour un Américain, ne pas initier le small talk—même un échange de quelques phrases—serait considéré comme malpoli, froid, distant. Ignorer l’autre totalement revient à une réjection de celui-ci en tant qu’être humain, dans un certain sens.

Indispensable dans un contexte professionnel

Dans un contexte professionnel, on voit l’importance du rôle que joue le small talk. En anglais on dit souvent “It’s not what you know, it’s who you know.” On préférerait travailler avec un collègue un peu moins compétent, mais sympathique et agréable qu’avec un expert dans son domaine qui n’échange guère avec ses collègues.

Lnetwork of peoplea capacité à participer dans ces petites discussions de tous les jours avec ses collaborateurs (peu importe leur place dans la hiérarchie) est essentielle pour construire de bonnes relations. C’est à travers ces conversations légères que l’on crée du relationnel, que l’on gagne la confiance de l’autre, que l’on montre que l’on joue le jeu.

Bien sûr, au final, vous serez apprécié pour des aspects plus concrets de votre travail, mais l’impression que vous donnez en tant que personne joue un rôle déterminant sur les opportunités qui s’ouvrent à vous. Cette impression peut même influencer la façon dont on évalue votre travail.

Christina Rebuffet

Christina Rebuffet

Dans la 2ème partie, nous verrons comment apprendre à s’approprier cette manière d’aborder le “small talk” ainsi que 3 techniques pour améliorer vos petites discussions de tous les jours avec vos collègues américains.

Entrainez-vous dès maintenant à lancer des sujets de discussion ET découvrez le vocabulaire indispensable pour réussir votre “small talk” en anglais. Accédez gratuitement au Small Talk Starter Kit: http://bit.ly/SmallTalkKit

Américaine, Christina coache depuis 12 ans des professionnels français à comprendre à la fois la langue et la culture de leurs collègues américains. Animatrice de la chaine YouTube “Speak Better, Feel Great TV, sa mission est de remonter le niveau d’anglais de la France entière !

accéder au pack gratuit

accéder au pack gratuit

11 Février – Montréal – La performance et la culture des équipes virtuelles

25 Jan

Alors que le monde devient plus connecté, les entreprises travaillent de plus en plus en équipes virtuelles dispersés partout dans le monde.

Adina Gottardi

Adina Gottardi

Construire des équipes virtuelles de haute performance présente aux gestionnaires des défis particuliers qui ne sont pas présents dans les équipes en face-à-face. Les sujets traités comprennent l’effet de levier talent, les processus de groupe, la communication dans un monde virtuel, en travaillant dans un environnement mondial, et de motiver des groupes culturellement diversifiés.

Travailler en équipe virtuelle est un défi pour les membres de l’équipe et des gestionnaires de projets ainsi. La présentation expliquera la dynamique d’équipe virtuels basés sur des études de cas présentées dans de grandes universités (Harvard, MIT) et l’attention de canal sur l’avenir des équipes virtuelles et les défis qui viennent avec eux:

  • globe

    Les sites distants

  • Différents fuseaux horaires
  • La différence culturelle
  • Différents éthique de travail
  • Vacances
  • Les femmes au travail dans certains pays en développement

Une courte vidéo, créé par mes collègues de l’Université de Harvard, sera présenté pour décrire les différences culturelles dans une équipe virtuelle.

Les équipes virtuelles ont des avantages énormes dans certains domaines qui seront également explorés dans la présentation.

collaborer à travers le mondeQuelle dynamique pour la création d’équipes virtuelles de haute performance ? Comment tirer parti des talents ? Comment adapter la communication dans un monde virtuel, en travaillant dans un environnement mondial, et comment motiver des groupes culturellement diversifiés ?

Avoir des membres de l’équipe virtuelle accommodants et manager la performance de l’équipe virtuelle se révèlent être certaines des zones les plus difficiles et les négligées dans la gestion des personnes.

Conférencière : Adina Gottardi est une gestionnaire de projet, ayant travaillé dans les équipes virtuelles dans le secteur privé et le gouvernement.

CSP Formation

Partenaire de DantotsuPM

19 Novembre – Webinar – Conduire et motiver une équipe internationale

10 Nov

« Conduire et motiver une équipe internationale (contexte interculturel) »

Vous voulez optimiser votre travail au quotidien ou encore devenir un vrai Manager international ?

Le PMI France vous propose un séminaire en ligne sur le pilotage des équipes à l’international en tenant compte des différentes cultures.

La dimention "Power Distance"

Ne manquez pas les 5 dimensions culturelles proposées et analysées par Geert Hofstede (cliquez sur cette image)

Le management interculturel est un nouveau type de management dans le sens où il consiste à prendre en compte les différences culturelles à la fois dans l’entreprise et avec les partenaires étrangers. En moins de dix ans et en raison des échecs vécus à l’export, le management interculturel est devenu une préoccupation majeure de beaucoup d’entrepreneurs.

Il est vrai que face à une autre culture que la nôtre, nous sommes souvent démunis vis à vis des règles de jeux culturelles que nous ne maîtrisons pas et qui ne sont écrites nulle part…

Il y a bien sûr le facteur de la langue, mais il y a aussi et surtout les facteurs sociaux, les usages, la relation au temps, à l’espace, la communication non verbale, les modes d’intégration cognitifs et tous ces éléments qui semblent suivre un autre cheminement.

La vie est donc loin d’être un fleuve tranquille pour intégrer l’ensemble de ces paramètres interculturels !

dans les rapides l'équipe est la cléQuoiqu’il en soit, l’internationalisation des entreprises et la globalisation des marchés ont forcé les hommes à mieux se comprendre et à mieux s’accepter. C’est là une véritable richesse de la diversité qui est en train de se créer et qui impacte toutes les cultures. A l’entreprise maintenant de savoir se former pour en tirer parti !

Au sommaire de ce webinar:

  1. Qu’est-ce que la motivation
  2. Intégrer la culture de ses collaborateurs
  3. Comprendre la notion de variables culturelles
  4. Piloter en intégrant ces deux éléments.

Intervenant : Laurent Goulvestre, Directeur Grands Comptes chez Publicis mais aussi facilitateur interculturel pour de grands groupes français.

%d blogueurs aiment cette page :